Contributeurs/à propos



Florian Forestier -  chroniques pour Actu-philosophia 
- ouvrages publiés
Valentina Chepiga 
(traductions) - site/publications
Yves Vernin (photographies) - Portefolio
- ouvrages publiés
VII/2010 Le petit concertorialiste est un producteur de critique musicale régi par un principe simple, l'indépendance absolue vis-à-vis du système journalistique : pour l'essentiel, cela signifie que l'on n'y trouvera jamais que des critiques de concerts entendus en tant qu'auditeur ordinaire, c'est-à-dire payant, sauf mention du contraire. Dans tous les cas de figure, le petit concertorialiste ne sollicitera jamais d'invitation presse pour aucun de ses collaborateurs, du moins en France.
Il est né à la suite d'un constat, celui des limites imposées à la presse critique musicale pour faire son travail sérieusement. Limites d'indépendance liées à la consanguinité du milieu, entre autres ; mais aussi limites intrinsèques de l'exercice journalistique, par nature corrompu et, dans le cas de cette horrible chose qu'on appelle la culture, condamné à obéir à une logique promotionnelle indifférente au jugement de valeur. Il s'ensuit un autre principe qui n'est pas le moins important: on ne trouvera jamais ici d'annonces ni de publicités comme cela se fait sur tous les sites liés à la musique sans exception, car être dépendant d'une place d'invité ou tributaire des revenus générés par une annonce sont des entraves de même nature à l'exercice de la critique.

Un autre constat important est celui de la prééminence qu'acquiert le format blog dans la critique musicale internationale. Le cas français, où les auteurs de publications imprimées et ceux des revues en ligne sont souvent les mêmes, ou du moins s'imitent, est un trompe-l'œil : dans la plupart des grands pays de musique, du moins anglo-saxons, les principales plumes professionnelles autant que les amateurs éclairés cohabitent harmonieusement dans une blogosphère sans cesses enrichie, souvent pour le meilleur. La réflexion sur les structures de la vie musicale, sur la lecture des partitions, sur les techniques instrumentales,
 les propositions de grilles d'écoute y sont bien plus riches et diverses. Cela suppose un format de publication souple, réactif, sans limitation d'espace ni de support d'illustration audiovisuel.

Techniquement, le petit concertorialiste est donc un blog, administré par son auteur principal, Théo Bélaud. Il a vocation à dépasser, pour son contenu, ce statut, et à s'ouvrir à toutes les collaborations indépendantes, originales et de qualité, que ce soit en matière critique ou de dossiers, et études thématiques ou encore traductions.