Gergiev Klang in progress (I)

∏ ∏ ∏ ∏


- Paris, Salle Pleyel, le 11 décembre 2010
- Mahler, Symphonie n°2 en ut mineur


- Anastasia Kalagina, soprano
- Olga Borodina, contralto
- Chœur de Radio-France
- Orchestre du Théâtre Mariinsky
- Valery Gergiev, direction



   
 Add. 06/2011 : la bande intégrale du concert du 11 décembre.
 

Cela prend forme. Quoi ? C'est un peu la question : ce cycle Mahler parisien, ou le Mahler de Gergiev en général ? Bien malin celui qui saura le dire. Le problème me semble être le suivant : ce Mahler est aussi protéiforme et imprévisible que le sont les prestations du chef d'une part, les orchestres (et leurs états de forme) qu'il dirige de l'autre. Si l'on s'en tient à l'intégrale en cours à Pleyel (ne restent plus que les symphonies n° 3, 7 et 9 avec le LSO), il est en tout clair qu'une bonne vitesse de croisière a été trouvée, et ce parce qu'un style, une manière, et notamment un son ont été trouvés. Pourquoi n'était-ce pas le cas dès la 8e que j'ai commentée ici ? Je ne sais pas vraiment. L'œuvre, dans son premier mouvement du moins, ne se prêtait sans doute pas assez à l'esthétique singulière développée par Gergiev. Surtout, il semble que le Mariinsky se soit présenté pour ce semi-marathon en bien meilleure forme qu'en septembre dernier. A son meilleur, cet orchestre typique dans l'atypique atteint une singularité plastique dont son directeur peut tirer profit, en ce sens que ses qualités comme ses faiblesses prennent un sens cohérent. Difficile de prévoir que la Résurrection se prêterait mieux à l'expérience, pourtant. C'est tout l'intérêt - mais oui, l'intérêt, dans une intégrale Mahler... - de ce qu'a proposé Gergiev dans cette séquence hivernale : remettre assez radicalement en cause un "Mahler Klang mainstream" dont une bonne partie des tics interprétatifs, des facilités convenues peuvent découler, après quarante ans de lente standardisation germano-américaine. Il ne s'agit pas de jeter aux orties les meilleurs rejetons de cette évolution, car l'univocité sonore ne signifie pas, évidemment, le nivellement d'inspiration (quoiqu'à long terme la question se pose). Mais depuis combien de temps n'a-t-on pas entendu, par exemple, un Mahler russe intéressant ? En-dehors de l'intégrale de Kondrashin, et d'essais semi-concluants de Svetlanov, la terre reste à peu près vierge.
    Un Mahler russe, c'est bien sûr, en représentations du moins, un certain son, plus émacié, inconfortable et en même temps allégé que l'esthétique Rolls-Royce quasi-obligatoire de Berlin à Chicago, d'Amsterdam à Cleveland, de Munich à New-York. C'est aussi peut-être un esprit de caractérisation plus incisif, porté sur l'individualité expressive des pupitres plutôt que sur une logique de blocs - grand et puissant tapis de cordes, basses ronflantes, bois capiteux et cuivres XXL. C'est, qui sait, une forme d'émancipation pour des musiciens dont l'esprit de discipline s'applique, par la formation et l'habitude, à filer droit pour jouer leur musique, et à chercher autre chose dans les autres musiques. Cette tendance à l'éclatement et au fourmillement ce traduit d'autant mieux si le chef a une vision chambriste à défendre, ce qui est le cas, à mon sens, de Gergiev. Un Mahler chambriste : tout le monde pense à la dernière manière d'Abbado. Mais cela n'a pas grand chose à voir. D'abord parce que la dimension de luxe sonore (et donc d'un certain confort d'écoute facilitant la concentration sur le discours) est ici absente. Ensuite parce que Gergiev ne gomme pas du tout les aspérités, voire les accentue en jouant des déséquilibres naturels du Mariinsky. Orchestre dont les cors manquent d'ampleur, dont les cordes graves sont lyriques mais sans grand impact physique, dont les bois sont capables d'un très grand engagement mais en aucun cas de chaleur plastique.
    Or, la 2e est l'une des deux ou trois symphonies de Mahler qui se sont vues chargées en standards mastocs, grandiloquents et sur-théâtralisés à un point annihilant le théâtre. Et c'est peut-être pour cela que Gergiev y surprend le plus agréablement, ce qui ne serait probablement arrivé avec le pourtant bien plus infaillible et musclé LSO. En matière de dynamiques, d'abord, on doit s'habituer d'entrée à un niveau, notamment chez le quintette, nettement inférieur à ce que proposent les orchestres occidentaux dans Mahler - même les orchestres parisiens. Gergiev évite d'ailleurs de pousser ses cordes en permanence dans leurs retranchements, ménageant le maximum dynamique pour une toute petite liste d'endroits stratégiques : le climax du I bien sûr (m. 335-330), le dernier du III (m. 465-468) et l'entame du finale. Je n'ajouterais même pas d'autres pans du finale, étant donné que Gergiev y a presque réussi à trouver bon nombre d'alternatives à la surenchère s'y pratiquant couramment. C'est cependant dans les mouvements instrumentaux que se trouvent les choses les plus passionnantes. Cette 2e est globalement rapide, et assez peu sujette aux changements extrêmes de tempos, mis à part dans l'exposé du second thème, où Mahler ne laisse en fait guère le choix ; en revanche, et c'est hautement exemplaire, le climax n'ajoute aucune théâtralité à celle déjà écrite. Plus intéressantes sont les relations formelles à l'intérieur du mouvement, notamment dans les impairs : Gergiev fait systématiquement jouer les réexpositions nettement plus vite que les exposés, poussant assez spontanément (vu qu'il répète peu, on imagine, du moins) l'orchestre à une caractérisation subtilement altérée. Il est à mon avis courant d'observer une baisse de tension à la suite du monumental climax du premier mouvement, et ce n'est pas le cas ici. La remarque s'applique aux dernières mesures, très réussies. Surtout, les épisodes lyriques trouvent ici une lumière très originale, qui est le cœur de la personnalité de cette interprétation : un exemple très représentatif est celui qui précède la première réexposition (m. 208-243, les solos de flûte et violon, excellents), qui le premier laissait voir le curieux mais très plaisant tropisme de ce Mahler : Rimsky-Korsakov ! Si vous avez dans l'oreille les merveilleux enregistrements des opéras de celui-ci qu'a laissé Gergiev (prenez le sublime premier acte de Kitèje) avec le même orchestre, (enfin, le Kirov) vous avez une idée du climat, de l'imaginaire sonore qui habitait ce passage et quantité d'autres.
    L'andante est certainement plus dérangeant encore, semblant abuser d'un second (ou troisième) degré viennois : l'amusant est que la trivialité est évitée, semble-t-il, par... l'absence de "beauté", au sens du standard opulent et chaleureux, des cordes. Non qu'elles soient laides : mais leur extrême finesse confine à une amertume et un inconfort qui force à une écoute moins naïve et sentimentale que celle vers laquelle on incline naturellement. Il est frappant de noter combien des logiques contraires peuvent ici fonctionner : qu'on repense au fameux concert d'Abbado à Lucerne, dans ce mouvement, où l'élégance sonore est poussée à un point qui n'admet qu'une simplification, une décharge en sophistication du discours pour ne pas être complaisante - inversez maintenant radicalement le schéma. Cela ne fonctionne certes qu'à force d'une discipline réelle, même si elle se cache assez bien : il en faut pourtant pour réussir aussi bien le second épisode de ce mouvement, tricoté avec une rare finesse par les triolets des premiers violons et un remarquable cor solo, et créant un climat malsain, morbide au possible. Rien de malicieux ou de faussement innocent dans la réexposition en pizz : on va plus avant dans ce déniaisement douloureux et sarcastique, harpes et flûtes agressives - soit, c'est le contraire de ce qui est écrit... 
    C'est sans doute le troisième mouvement de cette Résurrection qui ressemblait le plus aux témoignages (disque et vidéo) laissés par Gergiev avec le LSO, essentiellement parce que son premier trait distinctif et d'aller un peu plus vite que la normale d'abord, et petit à petit beaucoup plus vite ensuite. Cette avancée qui assume de davantage marquer la pulsation que d'ordinaire a sans doute pour effet de limiter la portée spirituelle du ruhig fliessender. Mais a l'avantage de faire gagner en ivresse des jeux motiviques ce qu'on perd en plaisir des jeux de timbres  - encore que : il faut ici encore plus qu'ailleurs accepter le déroutant équilibre haut-juché du Marrinsky, qui reposer presque tout entier sur ses piccolos plutôt que ses trombones et contrebasses. Surtout, ici comme dans ce qui précédait, la vitesse ne semble pas un pis-aller à la une vacuité de propos. Gergiev emmène bien d'un point à un autre, dans cette épine dorsale de la symphonie, qui contient autant de réminiscences des mouvements précédents que de prémonitions du finale. Tout s'entrechoque ici dans un chaos qui n'est pas le magma organisé des esthètes du bazar orchestral - auxquels Gergiev donne parfois satisfaction, il est vrai : mais, dans la mesure où tout est joué à peu près rigoureusement et en mesure, un chaos spirituel, une indétermination de sens inquiétante et tendue, qui est justement pleine de sens : d'abord parce que la conduite rebondit, respire malgré la fuite haletante en avant, et ensuite parce que la personnalité aigre-douce de la petite harmonie trouve encore matière à une belle remise en question des habitudes d'écoute. Dans le premier climax, ce n'est pas tant l'éclat des trompettes qui importe que le maintien, voire l'augmentation de la tension chez les bois à leur suite. La finalité du mouvement ne se trouve ni dans cette fanfare, ni dans la suivante, mais bien plutôt dans le fugato précédant immédiatement la première fanfare, entamée sous d'angoissants, désagréables flûte et piccolo (ci-dessus), ou dans le fantomatique passage  introduisant la réexposition (m. 338-348), et a fortiori dans les cinq dernières pages, que l'on a rarement entendues aussi tendues, haletantes et significatives (en fait, nettement plus encore que dans ce concert au Barbican).


    Olga Borodina attaque son "O röschen Rot" sur... un do. Ceci mis à part, son Urlicht est de très belle facture vocale et d'appréciable sobriété expressive. Il est surtout en harmonie avec l'esprit général de la symphonie ainsi jouée, qui ne va guère du funèbre à la lumière mais plutôt du morbide au funèbre assaini. Aucune illusion béate ni de fausse naïveté ici, mais une rêverie dépressive sans apprêts, soulignée par un excellent violon solo, et des trompettes à la limite de la rupture, mais en fait idéalement fragiles. Gergiev ne force pas l'entame du finale, qui n'en sera pas moins remarquable, du moins pour sa partie instrumentale, là encore menée plus vite que la moyenne. Le point culminant du premier épisode (Wieder breit, m. 162) est garanti 100% anti-Hollywood (cela, même Abbado n'y était pas parvenu avec Lucerne). On pourrait évidemment dire que c'est seulement parce que les cors manquent de puissance ici. Oui et non : après tout, le thème est ici un motif déjà annoncé, avec une douceur onirique malhonnête (m. 77 et suiv.). Les trilles empilés qui suivent son occurrence supposée triomphale sont-ils ceux que Mahler aurait écrit pour une fanfare effectivement triomphale avant l'heure ? En tout cas, il n'y a ici nulle rupture de continuité jusqu'à l'allegro marcato, et c'est bien l'essentiel, car il est préférable de ne pas avoir l'impression qu'un nouveau mouvement commence ici. Le dit allegro est mené tambour battant : les cordes y accusent un peu plus qu'ailleurs (sinon à l'entame de la symphonie) leur manque de densité (notamment à l'entame  du Kräftig), m. 220, mais se montrent extrêmement vaillantes cependant. Toute la dernière section instrumentale menant au chœur est quant à elle supérieurement bien tenue, et est peut-être celle qui résume le mieux le lyrisme, mieux, l'esprit du lyrisme de cette interprétation.
    Le chœur en question est au fond la principale réserve que j'ai ressentie. Pas tant à cause des forces de Radio-France, honorables quoique manifestement pas à leur meilleur et peut-être un peu échaudées par le pesant Requiem Allemand donné deux jours plus tôt. L'énergie et l'impact sonore auront notamment à l'entame du sublime canon sur "Mit Flügeln, die ich mir errungen". Mais si l'on peut arguer du fait que l'équilibre peu favorable aux voix masculines était cohérent avec la personnalité de l'orchestre, je reste sceptique, dans la continuité de la 8e, quant aux qualités de chef de chœur de Gergiev. Si les entrées ne posent pas de problèmes (elles sont difficiles à rater, il faut dire), l'ensemble ne respire pas d'une franche assurance, et une dimension magnétique et unitaire fait défaut. Borodina et Kalagina sont à leur affaire sans toutefois se couvrir de gloire dans le duo final (dont la descente finale manque de lyrisme et de cohésion), ce qui est forcément un peu frustrant. Mais aussi assez marginal en proportion de la somme de fraîcheur et d'envie d'un Mahler original offerte par Gergiev et le Mariinsky. C'est même un petit événement qu'il faut souligner compte-tenu du relatif anonymat interprétatif du cycle discographique qui s'achève avec le LSO. On se doute que si Gergiev ne l'a pas fait avec ses petersbourgeois, c'est que la barque financière de ces derniers est déjà bien assez difficile à maintenir à flot, alors que les londoniens peuvent se payer le luxe d'une auto-production et édition. Avec toute l'affection que j'ai pour le LSO, c'est bien dommage, car il ne fait à peu près aucun doute que la vraie personnalité du Mahler gergievien (qui finalement existe !) est conditionnée à ce cadre rimsko-stravinskien qui permet d'autres perspectives narratives et spirituelles que dans le carcan du Mahler Klang international.
    Peut-être pourra-t-on un jour voir, je l'espère du moins, cette singularité documentée. Nul doute que cela offrira aux symphomanes en mal de polémiques passionnées un bel objet d'intérêt... à en juger par la réception elle-même singulière d'une Salle Pleyel comble : aux derniers rappels, une moitié du public donnait une vigoureuse claque debout, l'autre s'avachissant sans applaudir ou se frayant une fuite au-dehors, leur Mahler "normal" étant porté disparu depuis une heure et quart. J'ai choisi de rester, et debout : parce que juge qu'il faut saluer une forme de courage consistant à proposer un Mahler qui dérangera une bonne partie de ceux pour qui Mahler est une drogue, et n'intéressera pas ceux qui ont décrété depuis longtemps que, de toute façon, donner une intégrale Mahler était le plus scandaleux des conservatismes...

Libellés

Brahms31 Orchestre Philharmonique de Radio-France29 Schumann29 Chopin25 Mozart25 Quatuor23 Rachmaninov23 Mahler21 Orchestre de Paris21 Schubert21 Orchestre National de France19 Opéra17 Orchestres britanniques16 Pianistes français16 Ravel16 Choeur/Maitrise de Radio-France15 Violoncelle15 Bach14 Prokofiev14 Salonen14 Sibelius14 Bartok13 Chostakovitch13 Orchestres allemands/autrichiens13 Berg12 Edition musicale / historiographie12 Franck (M.)12 La Roque12 Tchaikovsky12 Cité de la Musique11 Debussy11 Haydn11 Järvi (Paavo)11 Mendelssohn11 Philharmonie de Paris11 Stravinsky11 Maison de Radio-France10 Wagner10 Berezovsky9 Ensembles/solistes baroques9 Lugansky9 Pianistes hongrois9 Buniatishvili8 Châtelet8 Hannigan8 Louvre8 Barenboim7 London Symphony Orchestra7 Opéra National de Paris7 Orchestres russes7 Pianistes italiens7 Schoenberg7 Bruckner6 Gergiev6 Jurowski6 Le Touquet6 Présences6 Ranki6 Strauss6 clarinette6 Andsnes5 Berlioz5 Bouffes du Nord5 Ciccolini5 Davis (Colin)5 Janacek5 Leonskaja5 London5 London Philharmonic Orchestra5 Masur5 Pollini5 Sokolov5 de la Salle5 Bastille4 Boulez4 Britten4 Cortot (salle)4 Dusapin4 Ensemble Intercontemporain4 Ensemble Modern4 Gatti4 Ligeti4 Moussorgsky4 Orchestres américains4 Philharmonia Orchestra4 Repin4 Rudenko4 Staatskapelle Berlin4 Wittgenstein4 Academia Santa Cecilia3 Alto3 Bagatelle3 Berlin3 Bruxelles3 Chung3 De Falla3 Denoke3 Dvorak3 Festival d'Automne à Paris3 Freire3 Gaveau3 Grange de Meslay3 Grimaud3 Hautbois3 Inbal3 Kalagina3 Klukon3 Kurtag3 Mantovani3 Mariinsky3 Medtner3 Muti3 Nigl3 Ollu3 Orchestre Philharmonique de Saint Petersbourg3 Orchestre Philharmonique de Vienne3 Palais Garnier3 Pletnev3 Rameau3 Rosen3 Rossini3 Saraste3 Seine Musicale3 Szymanowski3 Tetzlaff3 Thielemann3 Virsaladze3 Webern3 Widmann3 Zemlinsky3 Znaider3 Abbado2 Adorno2 Aix-en-Provence2 Angelich2 Arbo2 Auteuil2 Boulez-Saal2 Braunstein2 Breitkopf2 Buniatishvili (G.)2 Chauviré2 Chicago Symphony2 Choeur de l'Orchestre de Paris2 Concertgebouw d'Amsterdam2 Conolly2 Covent Garden2 Cowell2 Dalhaus2 Dohnanyi2 Dukas2 Dutilleux2 Ensemble Orchestral de Paris2 Fauré2 Fedosseyev2 Flûte2 Furtwängler2 Gershwin2 Gewandhaus Leipzig2 Glück2 Goerne2 Grieg2 Grinberg2 Gubanova2 H.J. Mayer2 Hahn2 Haitink2 Hanslick2 Harding2 Hengelbrock2 Heras-Casado2 Herrmann2 Hillborg2 Hirsch2 Honeck2 Institut Hongrois2 Ives2 Jansons2 Jordan2 Kavakos2 Khachatryan2 Klinton2 Koopman2 Kovacevich2 Kreisler2 Lachenmann2 Langrée2 Lutoslawski2 Lyapunov2 Manzoni2 Masycheva2 Matsuev2 Mattei2 Messiaen2 Meyer (Paul)2 Mullova2 Mälkki2 Noseda2 Oelze2 Orchestre Symphonique Tchaikovsky2 Orchestre du Conservatoire de Paris2 Orchestre du Festival de Lucerne2 Orsay2 Petibon2 Pontoise2 Prohaska2 Quatuor Arod2 Quatuor Artemis2 Quatuor Borodin2 Quatuor Diotima2 Quatuor Pavel Haas2 Roth2 Roussev2 Rydl2 Saariaho2 Saint Roch2 Sallinen2 Scriabin2 Sinfonia Varsovia2 Soulez2 Temirkanov2 Théâtre de la Ville2 Weber2 West-Eastern Divan Orchestra2 Youn2 Yuja Wang2 Zehetmair2 Zinman2 1041 Ablinger-Sperrhake1 Abrahamyan1 Académie d'Etat de Moscou1 Adams1 Adès1 Afkham1 Agache1 Aikin1 Aimard1 Ambronay1 Amy1 Antheil1 Antonini1 Ars Nova1 Ashkenazy1 Athénée1 Attahir1 BBC Symphony Orchestra1 Baechle1 Ballet1 Balthasar-Neumann Ensemble und Chor1 Barath1 Barber1 Barbican1 Barenboim (Michaël)1 Bashkirova1 Bausch1 Bedford1 Begley1 Benjamin1 Benzi1 Berglund1 Berio1 Berlinskaïa1 Blacher1 Blomstedt1 Bonitatibus1 Borodin1 Borodina1 Bou1 Bourion1 Bozar1 Brauer1 Bringuier1 Briot1 Bronfman1 Brunnet-Grupposo1 Bryant1 Buchbinder1 Bulycheva1 Bärenreiter1 Cage1 Cambreling1 Capuçon (G.)1 Carsen1 Casadei1 Casella1 Caussé1 Cerha1 Chailly1 Chamayou1 Chamber Orchestra of Europe1 Chapuis1 Charpentier1 Cheng1 Choeur National d'Estonie1 Choi1 Choir of Eltham College1 Christie1 Ciampollini1 Ciuller1 Clavecin1 Claycomb1 Cleveland Orchestra1 Collegium 17041 Colli1 Colonne1 Concert des Nations1 Condoluci1 Conlon1 Conservatoire Royal1 Coppey1 Cor1 Couperin1 Courkal1 Crapez1 Crumb1 Csalog1 Cuende1 Dalayman1 Dalbavie1 Damiens1 Danse1 Danto1 Dasch1 Davislim1 De Visée1 De la Fuente1 Delangle1 Delestska1 Demarquette1 Desjardins1 Deutsch1 Devilleneuve1 Diener1 Dohnanyi (E.)1 Dolgov1 Dombrecht1 Dubois1 Dudamel1 Dudinova1 Dumaux1 Duruflé1 Dutoit1 Eisler1 El Khoury1 Elgr1 Elliot1 Elsner1 End of the World1 Engerer1 Ensemble Avanti1 Ensemble Correspondances1 Ensemble Kanazawa1 Ensemble Musikfabrik1 Ensemble Pierre Robert1 Ensemble Resonanz1 Evin1 Eötvös1 Faber1 Farina1 Fasolis1 Faust1 Fedele1 Fedorova1 Fekete1 Fin du monde1 Fink1 Fiolia1 Fischer (I.)1 Fischer (J.)1 Forcalquier1 Forsyth1 Franck1 Frang1 Fray1 Fritz1 Frühbeck de Burgos1 Fujimura1 Gardiner1 Gerstein1 Giardinio Armonico1 Gilels1 Ginzburg1 Glanert1 Glazounov1 Gluzman1 Gould (S.)1 Granados1 Granjon1 Grimal1 Grisey1 Groves1 Groza1 Gubisch1 Gulbenkian1 Gutman1 Güra1 Hackbarth1 Haenchen1 Haendel1 Hampson1 Hantaï1 Harada1 Harteros1 Helmchen1 Henschel (D.)1 Henschel (J.)1 Henze1 Herlitzius1 Hoffman (Gary)1 Hofmann1 Honegger1 Hope1 Horowitz1 I Barrochisti1 Il Fondamento1 Inoue1 Invernizzi1 Isokoski1 Isserlis1 Izquierdo1 Jablonski1 Jalbert1 Jando1 Janowski1 Jansen1 Jarrousky1 Joneleit1 Josefowicz1 Juntunen1 Järvi (Neeme)1 Kaasch1 Kahn1 Kameneva1 Karnéus1 Karthäuser1 Karttunen1 Kaufmann1 Keohane1 Kerl1 Ketelen1 Kiss-B1 Kivy1 Kochanovsky1 Kodaly1 Kolosova1 Komsi (A)1 Komsi (P)1 Koroliov1 Kozhukhin1 Kravets1 Kremer1 Kriiku1 Krylov1 Kuijken (S.)1 La Monnaie1 Laneri1 Lang1 Lang Lang1 Larsson1 Le Sage1 Le Texier1 Legendre1 Leleux1 Lemalu1 Les Arts Florissants1 Les Siècles1 Liadov1 Lichdl1 Lille1 Lindberg1 Lingotto1 Linnebach1 Lisiecki1 Lisitsa1 Loges1 London Philharmonic Choir1 Lortie1 Los Angeles Philharmonic Orchestra1 Lucchesini1 Luks1 Lupu1 Maazel1 Madetoja1 Madzar1 Mahler Chamber Orchestra1 Maltman1 Manfrino1 Mann1 Marais1 Margita1 Marks1 Mattila1 Maxwell Davies1 Mehta1 Metcjetina1 Meyer1 Michelangeli1 Milling1 Minaar1 Moiseiwitsch1 Moroz1 Moscou1 Mosolov1 Müller-Schott1 Münchner Staatsoper1 Nagano1 Nahon1 Naughton1 Nelsons1 Nemo1 Netopil1 Neuburger1 New York Philharmonic1 Nono1 Nott1 Odinius1 Ohlsson1 Opéra Comique1 Opéra d'Etat de Vienne1 Orchestra dil Maggio Musicale Fiorentino1 Orchestra of the Age of Enlightment1 Orchestre Baroque d'Amsterdam1 Orchestre National de Lille1 Orchestre Philharmonique Tchèque1 Orchestre Philharmonique d'Helsinki1 Orchestre Philharmonique de Berlin1 Orchestre Philharmonique de Munich1 Orchestre Philharmonique de Rotterdam1 Orchestre Philharmonique de Varsovie1 Orchestre Révolutionnaire et Romantique1 Orchestre du Festival de Budapest1 Orchestre-Atelier Ostinato1 Oskrostsvaridze1 Ovenden1 Pahud1 Panula1 Papavrami1 Pappano1 Paris de la Musique1 Peintre1 Perahia1 Perenyi1 Perle1 Persson1 Pertusi1 Petersen (M.)1 Petrenko1 Pfitzner1 Philadelphia1 Philharmonie de Berlin1 Philharmonie de Cluj1 Piau1 Pintscher1 Pires1 Pittsburgh Symphony1 Plessner1 Poltéra1 Pons1 Poppe1 Poulenc1 Pratt1 Pärt1 Quatuor Arditi1 Quatuor Asasello1 Quatuor Bennewitz1 Quatuor Casals1 Quatuor Danel1 Quatuor Doric1 Quatuor Ebène1 Quatuor Emerson1 Quatuor Escher1 Quatuor Girard1 Quatuor Hagen1 Quatuor Kocian1 Quatuor Modigliani1 Quatuor Oistrakh1 Quatuor Parkanyi1 Quatuor Prazak1 Quatuor Renoir1 Quatuor Zaïde1 Quatuor Zemlinsky1 Queyras1 Rancatore1 Rasilainen1 Reich1 Reinecke1 Renavand1 Rimsky-Korsakov1 Robertson1 Roesel1 Rome1 Rophé1 Rose1 Rotterdam1 Rouvali1 Royal1 Rozanova1 Rubackyte1 Rundfunk Sinfonie-Orchester Berlin1 Räisäinen-Midth1 Röschmann1 SWR Baden Baden1 Saint Clotilde1 Saint Denis1 Saint Saëns1 Saint-Roch1 Salabert1 Salzburg1 San Francisco Symphony1 Savall1 Saxophone1 Sceaux1 Scherbakov1 Schleiermacher1 Schnittke1 Schukkof1 Schuster1 Schwanewilms1 Schäffer1 Segerstam1 Selig1 Semishkur1 Sempé1 Sequenza 9.31 Serdyuk1 Sidhom1 Silvasti1 Simonpietri1 Sinchuk1 Sinfonieorchester des Bayerischer Rundfunk1 Sinopoli1 Siragusa1 Sokolov (Valery)1 Solti1 Son (Y.E.)1 Sorokine1 Southbank Centre1 Spano1 Staatskapelle Dresden1 Staud1 Stenbaek1 Stockhammer1 Stoklossa1 Storgards1 Straka1 Suh1 Swensen1 Swingle Singers1 Synergy Vocals1 Tamestit1 Tansman1 Tchetuev1 Tchinchinadze1 Teitgen1 Texas Festival Chamber Ensemble1 Thomas (I.)1 Thorette1 Théâtre de Poche Montparnasse1 Tiberghien1 Tilson Thomas1 Tippett1 Tischenko1 Trifonov1 Trio Guarneri1 Trombone1 Turin1 Uchida1 Ursuleasa1 Usitalo1 Uusitalo1 Vanskä1 Varjon1 Varèse1 Vasquez1 Vassalo1 Vassilakis1 Vedernikov1 Veneziano1 Ventris1 Verbey1 Verdi1 Vocal Consort Berlin1 Vogt1 Voisin1 Volle1 Volmer1 Volodos1 Vondung1 Wegner1 Weinberg1 Welser-Möst1 Wesseling1 Weynants1 White1 Wispelwey1 Wit1 Yamada1 Yastrybeva1 Ye-Eun1 Yundi Li1 Zagorinskaia1 Zelenka1 Zhidkova1 Zimmermann (F-P)1 Zukerman1 Zukerman Chamber Players1 Zylberstein1 d'Oria Nicolas1 de Maria1
Plus d'éléments