Maria Masycheva, l'espoir de perpétuer


© R. Goncharov
- Entretien réalisé le 22 octobre 2009 à Paris, Maison de Radio-France. 

- Paris. Salle Gaveau, le 18 octobre 2009. Franz Joseph Haydn (1732-1809) : Sonate en si bémol majeur, Hob XVI/41 ; Sergueï Rachmaninov (1873-1943) : Etudes-Tableaux op. 39 (extraits) ; Sergueï Prokofiev (1891-1953) : Sarcasmes, op. 17 ; Johannes Brahms (1833-1897) : 7 Fantaisies, op. 116. Maria Masycheva, piano.
- Paris. Maison de Radio France, Salle Olivier Messiaen, le 20 octobre 2009. Maurice Ravel (1875-1937) : Concerto pour la Main Gauche. Orchestre National de France. Maria Masycheva, piano. Didier Benetti, direction.
- Paris. Salle Cortot, le 26 janvier 2010. Robert Schumann (1810-1856) : Novelettes, op. 21 (n°2 & 8) ; César Franck (1822-1890) : Prélude, Choral et Fugue ; Sergueï Lyapunov (1859-1924) : Etudes d’Exécution Transcendante, op. 11 (n°1 & 11). Maria Masycheva, piano.

 

  Elle a fait ses classes moscovites chez Virsaladze, comme Boris : comme ce dernier elle est partie ensuite élargir ses horizons sous les cieux germaniques ; de la première, elle a acquis quelque chose de l’attitude hautaine, du sens de la rectitude, et de l’absolue nécessité de s’effacer derrière le discours à condition que celui-ci sorte tout seul du piano.
  Plus accessoire compte-tenu de l’anarchie de valeurs ambiante, mais ô combien sympathique dans le contexte de la dite anarchie, elle elle la nouvelle lauréate du Concours Long-Thibaut : on attend toujours que soient annoncés des engagements à hauteur supposée de cette distinction - serait-ce plus facile pour qui vient d’au-delà de l’Oural ? A cette occasion, nous avons eu le plaisir de la rencontrer (entretien ci-après). Et en guise d’attente donc, nous retrouvions une troisième fois (après les finales récital et concerto du concours) Maria Masycheva pour un passage aux Mardis d’Animato, Salle Cortot.

Un éclair de lucidité !

  La victoire au Marguerite Long : un succès implacablement logique au vu de l’absence totale de concurrence, mais l’on a déjà vu des jurys éliminer avant même des finales leurs seuls candidats consistants. Dieu merci, certains jurys sont encore présidés par Aldo Ciccolini, et quand celui-ci assume de faire prononcer un verdict digne de sa stature, le résultat s’en ressent, et ne ressemble pas tout à fait aux délires que l’on voit un peu partout ailleurs dans les compétitions prestigieuses. Masycheva étant l’unique pianiste sérieux de cette session, elle est placée au-dessus du lot, et le lot étant ce qu’il est, doit certes se contenter du Second Grand Prix - au grand dam du public, et peut-être pas seulement du public, qui espérait une victoire française, et qui semblait même avoir apprécié le consternant concerto de Chopin d’un chinois.
  Tout cela est évidemment bien secondaire. Nous n’avions jamais entendu parler, honte à nous, de Maria Masycheva avant d’écouter la fin de la finale récital du concours, Salle Gaveau. Outre un beau et rare Haydn, et des Rachmaninov très maitrisés discursivement jusqu’à en manquer de tension harmonique, on aura retenu les deux autres morceaux de ce beau programme (voir plus bas) : des Sarcasmes de Prokofiev admirables tant dans la narration que dans le contrôle de l’articulation, ce qui va naturellement de pair. Et surtout, l’intégrale de l’opus 116 de Brahms, plat final de résistance qui, précisément, démontrait beaucoup de... résistances de la part de la jeune russe : résistance d’abord à la pression des circonstances, au moment de se jeter dans cette aventure sauvage ; aux difficultés techniques, cela va de soi ; et à la charge émotionnelle, disciplinée au sein d’une conduite dont on devinait ici, à la suite logique de Prokofiev, qu’elle n’avait pas dû être acquise n’importe où.
Car l’on ne savait, alors, d’où venait Maria Masycheva ! A savoir, de la classe des classes, celle d'Elisso. 

  La remarque pouvait bien s'appliquer à son exécution absolument dominée du Concerto pour la Main Gauche, que j'ai eu la chance d'entendre par deux fois: lors de la finale concerto du concours: moment où j'ai aperçu Aldo Ciccolini, qui semblait jusqu'alors, chose fort compréhensible, s'ennuyer ferme, mimer une vigoureuse approbation vis-à-vis de ses collègues de jury - parmi lesquels Peter Frankl; et Zhu Xiao Mei. Puis à l'occasion de la générale du concert de gala, deux jours plus tard. En ces deux occasions, la jeune russe bénéficiait, relative surprise, d'un partenariat soigné de la part de l'Orchestre National de France et de son timbalier aspirant chef, Didier Benetti. Pour l'anecdote, j'avais vu l'excellent Didier déjà diriger à l'improviste le Main Gauche, en novembre 2008, alors que le National avait été laissé en plan à la dernière minute d'avant une générale par Yannick Nézet-Séguin: sorte de prémonition, le soliste n'était autre que Boris Berezovsky...
JPEG - 196.8 ko
Maria Masycheva interprète le Concerto pour la Main Gauche de Ravel, avec l'Orchestre National de France placé sous la direction de Didier Benetti, le 22 octobre 2009, en finale du Concours Marguerite Long. © J. Panconi

 
  Trois mois plus tard, rendez-vous était donné Salle Cortot, pour égayer une saison assez morne - gâtée par la cohorte d'asiatiques préparationnaires du Concours Chopin - des Mardis d'Animato. Un rendez-vous faute de mieux aussi, pourrait-on dire, quelque soit mon attachement à l'acoustique à la fois intime et propre au brio pianistique de Cortot. Mais est-ce un hasard, remarque encore valable plusieurs mois après, si Maria Masycheva ne trouve pas en France d'engagements à la hauteurs de sa récompense, arrachée à un Marguerite Long d'évidence peu ravi de la distinguer? 
  Quoiqu'il en soit, ce que j'ai entendu ce 26 janvier 2010 a presque dépassé mes espérances, et en tout cas s'est révélé encore plus empli de promesses que la finale récital de Gaveau. Au tout premier chef, je retiens le plus beau Prélude, Choral et Fugue de Franck qu'il m'a été donné d'entendre en concert, en particulier par la grâce - c'est le terme physiquement perçu - d'un choral pianistiquement aveuglant. La même exceptionnel solidité technique était à son avantage dans les très difficiles seconde et huitième novelettes de Schumann, dans lesquelles on attendra de Masycheva un lâché-prise encore plus grand à l'avenir, à l'avenant de celui qu'elle laisse apercevoir dans la sublime voix lointaine de la 8e. Irréprochables et enthousiasmantes Transcendantes de Lyapunov, signature fort bien choisie pour conclure cette carte de visite de future incontournable du piano russe.

Rencontre avec Maria Masycheva

- Vous venez de répéter à nouveau le Concerto pour la Main Gauche ce matin, que vous avez présenté à la finale du concours et que vous jouerez à nouveau au concert de gala ce soir. Peut-on dire que votre parcours d’étudiante et de compétitrice s’est arrêté hier et votre carrière de concertiste commence aujourd’hui ?
- Je ne sais pas ! Pour ce qui concerne les études, je continue à travailler à Berlin auprès de Klaus Hellwig, dont l’enseignement est très important pour moi. C’est vrai que j’ai passé beaucoup de concours, c’est devenu une habitude. J’avais déjà obtenu des prix à Tbilissi, Lisbonne, Mérignac, Andorre. Au Marguerite Long cette année, le Premier Grand Prix n’a pas été attribué, mais le second est un Grand Prix aussi, après tout, et peut donc être considéré comme une consécration. Est-ce une raison pour passer à autre chose, ce n’est pas sûr : les concours restent formateurs tant que cela vous oblige à préparer et approfondir de nouveaux programmes, généralement très difficile, et rien que pour cela, ce n’est jamais du temps perdu. Avoir tel prix pour faire carrière n’est donc pas la seule finalité.
- Vous entrez dans une belle lignée de pianistes russes lauréats au Long-Thibaud : Elisabeth Leonskaja et Viktor Eresco, Igor Zhukov, et plus récemment Katia Skanavi et Ilya Rashkovskiy…
- C’est d’autant plus valorisant que le jury, présidé par Aldo Ciccolini, s’est montré intransigeant, en ne retenant que cinq candidats pour la finale et en ne décernant pas de premier prix. Comme je vous l’ai dit, ce prix vaut pour autant qu’un premier prix.
- Votre succès est aussi une grande satisfaction pour ceux dont qui aiment et soutiennent le jeu et l’enseignement issus des grandes traditions russes , que personne peut-être aujourd’hui n’incarne mieux qu’Elisso Virsaladze, dont vous avez fréquenté la classe…
- Je dois aussi exprimer une grande reconnaissance à l’égard de Vera Koroshina, qui comme Virsaladze a été une élève de Neuhaus : c’est elle qui m’a donnée les bonnes bases au Collège Académique de Musique (l’antichambre du Tchaikovsky, NDLR). Mais quiconque est passé dans la classe de Virsaladze au Conservatoire Tchaikovsky lui doit une grande reconnaissance. Elle est aussi importante comme professeur que comme interprète. Son enseignement est réputé pour sa sévérité et cette réputation est justifiée ! Je ne connais personne qui n’ait pas à un moment ou à un autre de ses études dans sa classe connu un passage difficile, qui n’ait pas douté ou manqué de se décourager. Mais le résultat est là, quand nous sortons, dans tous les cas, nous jouons mieux du piano. Et puis, c’est en entrant dans sa classe que j’ai rencontré mon mari, Georgy Gromov ! (Vainqueur, entre autres nombreux prix, du Concours Grieg d’Oslo en 2008)
- Parmi les jeunes pianistes russes, Dinara Nadzhafova (Dinara Klinton aujourd'hui) nous a beaucoup impressionné la saison passée à Paris : vous êtes-vous rencontrées ?
- Elle est arrivée dans la classe de Virsaladze à peu près quand j’en partais. Mon mari, qui y étudie toujours, la connaît mieux… Nous trouvons tous deux que c’est quelqu’un de supérieurement doué, doté d’une grande capacité de travail et de beaucoup de professionnalisme. 
- Revenons à vous et à ce concours. Lors de la finale récital, on pouvait être surpris par l’originalité de votre programme, et son caractère assez austère, étonnant dans ce contexte, où l’on s’attend plutôt à des passages obligés comme la fantaisie de Schumann, la sonate funèbre ou les ballades de Chopin, les plus grandes sonates de Beethoven, etc...
- C’est vrai, mais ce sont des œuvres que je joue depuis longtemps et que j’ai pris le temps d’approfondir, que j’aime donc présenter dans les concours. La sonate en si bémol majeur de Haydn (XVI/41) est beaucoup moins jouée que celles en ut majeur et mineur ou que celle en fa majeur ou même celle en la bémol majeur...; les Etudes-Tableaux de l’opus 39 de Rachmaninov, dont je joue une sélection, sont méconnues par rapport aux opus 33 ou aux préludes, et en effet plus complexes et sans doute intimidantes, mais ce sont celles que j’aime le plus jouer en ce moment. Les Sarcasmes de Prokofiev, oeuvre magnifique (dont Elisso Virsaladze a donné une interprétation inoubliable, NDLR, je les ai travaillés très jeune, comme beaucoup d’étudiants en Russie, et n’ai jamais cessé de les jouer depuis. Enfin, l’opus 116 de Brahms est plus connu mais reste un cycle d’une exigence technique et intellectuelle redoutable : même si c’est là encore assez austère, face à jury de grands pianistes il peut être gratifiant et valorisant de le jouer. Quant aux chefs d’œuvres que vous évoquez, je les jouerai quand je m’y sentirai prête ! Et n’oubliez pas qu’Aldo Ciccolini avait interdit aux candidats de jouer un certain nombre de pièces rebattues, dont les ballades de Chopin et les sonates célèbres de Beethoven...
- De façon plus générale, votre répertoire est assez original : vous jouez davantage Bach que la plupart des jeunes pianistes virtuoses, par exemple.
- Parce que je ne peux pas m’en passer ! Je joue ses six concertos pour clavier ainsi que ceux pour deux et trois claviers, et le cinquième Brandebourgeois que j’ai eu la chance de jouer pour l’un de mes premiers concerts, à neuf ans, quand j’étais pianiste d’un orchestre de chambre. Je joue régulièrement le premier livre intégral du Clavier Bien Tempéré et espère pouvoir bientôt présenter le second livre.
- Dans le même ordre d’idée, vous pratiquez la musique de notre temps...
- J’essaye d’en jouer à chaque fois que l’on m’en offre la possibilité, oui. J’ai joué à plusieurs reprises les concertos de Wolfgang Rihm et d’Alfred Schnittke. Je m’intéresse aux compositeurs qui comme eux traitent avec les langages d’aujourd’hui les grandes formes anciennes, que je pratique quotidiennement avec Bach : j’aime aussi beaucoup, par exemple, Sofia Gubaïdulina, dont j’ai souvent joué la Chaconne. De même ai-je à mon répertoire de récital la Toccata de Jorg Widmann, la Fugue pour la Main Gauche de Richard Dubugnon. Et je joue également Rain Tree Sketch II de Toru Takemitsu.
- Il y a souvent deux attitudes assez radicales chez les pianistes, russes notamment, concernant les transcriptions : rejet ou pratique assidue. Qu’en est-il pour vous ?
- Je pratique. C’est même assez important dans mon travail quotidien : outre des classiques comme Bach/Busoni, ou le scherzo du Songe d’une Nuit d’Eté transcrit par Rachmaninov, je joue souvent des transcriptions de lieder de Schubert...
- De Liszt ?
- Non, de mon mari ! Il en écrit beaucoup, dans un style plus sobre et transparent, proche de l’écriture schubertienne. Mais je les lui laisse pour les concerts. En revanche, j’adore les transcriptions de Mikhail Pletnev des ballets de Tchaikovsky, que je joue en récital. Et nous nous retrouvons avec mon mari pour jouer sa transcription pour deux pianos de la suite de Cinderella de Prokofiev.

Théo Bélaud
Contrat Creative Commons
le petit concertorialiste by Théo Bélaud est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 2.0 France.

 NB: Maria Masycheva jouera au Festival Piano-folies du Touquet le 27 août, à l'orée d'un week-end qui se poursuivra avec Dinara Klinton et Vadim Rudenko: pour les parisiens, le déplacement (2h30 en train ou en voiture) me semble s'imposer...

Libellés

Brahms31 Orchestre Philharmonique de Radio-France29 Schumann29 Chopin25 Mozart25 Quatuor23 Rachmaninov23 Mahler21 Orchestre de Paris21 Schubert21 Orchestre National de France19 Opéra17 Orchestres britanniques16 Pianistes français16 Ravel16 Choeur/Maitrise de Radio-France15 Violoncelle15 Bach14 Prokofiev14 Salonen14 Sibelius14 Bartok13 Chostakovitch13 Orchestres allemands/autrichiens13 Berg12 Edition musicale / historiographie12 Franck (M.)12 La Roque12 Tchaikovsky12 Cité de la Musique11 Debussy11 Haydn11 Järvi (Paavo)11 Mendelssohn11 Philharmonie de Paris11 Stravinsky11 Maison de Radio-France10 Wagner10 Berezovsky9 Ensembles/solistes baroques9 Lugansky9 Pianistes hongrois9 Buniatishvili8 Châtelet8 Hannigan8 Louvre8 Barenboim7 London Symphony Orchestra7 Opéra National de Paris7 Orchestres russes7 Pianistes italiens7 Schoenberg7 Bruckner6 Gergiev6 Jurowski6 Le Touquet6 Présences6 Ranki6 Strauss6 clarinette6 Andsnes5 Berlioz5 Bouffes du Nord5 Ciccolini5 Davis (Colin)5 Janacek5 Leonskaja5 London5 London Philharmonic Orchestra5 Masur5 Pollini5 Sokolov5 de la Salle5 Bastille4 Boulez4 Britten4 Cortot (salle)4 Dusapin4 Ensemble Intercontemporain4 Ensemble Modern4 Gatti4 Ligeti4 Moussorgsky4 Orchestres américains4 Philharmonia Orchestra4 Repin4 Rudenko4 Staatskapelle Berlin4 Wittgenstein4 Academia Santa Cecilia3 Alto3 Bagatelle3 Berlin3 Bruxelles3 Chung3 De Falla3 Denoke3 Dvorak3 Festival d'Automne à Paris3 Freire3 Gaveau3 Grange de Meslay3 Grimaud3 Hautbois3 Inbal3 Kalagina3 Klukon3 Kurtag3 Mantovani3 Mariinsky3 Medtner3 Muti3 Nigl3 Ollu3 Orchestre Philharmonique de Saint Petersbourg3 Orchestre Philharmonique de Vienne3 Palais Garnier3 Pletnev3 Rameau3 Rosen3 Rossini3 Saraste3 Seine Musicale3 Szymanowski3 Tetzlaff3 Thielemann3 Virsaladze3 Webern3 Widmann3 Zemlinsky3 Znaider3 Abbado2 Adorno2 Aix-en-Provence2 Angelich2 Arbo2 Auteuil2 Boulez-Saal2 Braunstein2 Breitkopf2 Buniatishvili (G.)2 Chauviré2 Chicago Symphony2 Choeur de l'Orchestre de Paris2 Concertgebouw d'Amsterdam2 Conolly2 Covent Garden2 Cowell2 Dalhaus2 Dohnanyi2 Dukas2 Dutilleux2 Ensemble Orchestral de Paris2 Fauré2 Fedosseyev2 Flûte2 Furtwängler2 Gershwin2 Gewandhaus Leipzig2 Glück2 Goerne2 Grieg2 Grinberg2 Gubanova2 H.J. Mayer2 Hahn2 Haitink2 Hanslick2 Harding2 Hengelbrock2 Heras-Casado2 Herrmann2 Hillborg2 Hirsch2 Honeck2 Institut Hongrois2 Ives2 Jansons2 Jordan2 Kavakos2 Khachatryan2 Klinton2 Koopman2 Kovacevich2 Kreisler2 Lachenmann2 Langrée2 Lutoslawski2 Lyapunov2 Manzoni2 Masycheva2 Matsuev2 Mattei2 Messiaen2 Meyer (Paul)2 Mullova2 Mälkki2 Noseda2 Oelze2 Orchestre Symphonique Tchaikovsky2 Orchestre du Conservatoire de Paris2 Orchestre du Festival de Lucerne2 Orsay2 Petibon2 Pontoise2 Prohaska2 Quatuor Arod2 Quatuor Artemis2 Quatuor Borodin2 Quatuor Diotima2 Quatuor Pavel Haas2 Roth2 Roussev2 Rydl2 Saariaho2 Saint Roch2 Sallinen2 Scriabin2 Sinfonia Varsovia2 Soulez2 Temirkanov2 Théâtre de la Ville2 Weber2 West-Eastern Divan Orchestra2 Youn2 Yuja Wang2 Zehetmair2 Zinman2 1041 Ablinger-Sperrhake1 Abrahamyan1 Académie d'Etat de Moscou1 Adams1 Adès1 Afkham1 Agache1 Aikin1 Aimard1 Ambronay1 Amy1 Antheil1 Antonini1 Ars Nova1 Ashkenazy1 Athénée1 Attahir1 BBC Symphony Orchestra1 Baechle1 Ballet1 Balthasar-Neumann Ensemble und Chor1 Barath1 Barber1 Barbican1 Barenboim (Michaël)1 Bashkirova1 Bausch1 Bedford1 Begley1 Benjamin1 Benzi1 Berglund1 Berio1 Berlinskaïa1 Blacher1 Blomstedt1 Bonitatibus1 Borodin1 Borodina1 Bou1 Bourion1 Bozar1 Brauer1 Bringuier1 Briot1 Bronfman1 Brunnet-Grupposo1 Bryant1 Buchbinder1 Bulycheva1 Bärenreiter1 Cage1 Cambreling1 Capuçon (G.)1 Carsen1 Casadei1 Casella1 Caussé1 Cerha1 Chailly1 Chamayou1 Chamber Orchestra of Europe1 Chapuis1 Charpentier1 Cheng1 Choeur National d'Estonie1 Choi1 Choir of Eltham College1 Christie1 Ciampollini1 Ciuller1 Clavecin1 Claycomb1 Cleveland Orchestra1 Collegium 17041 Colli1 Colonne1 Concert des Nations1 Condoluci1 Conlon1 Conservatoire Royal1 Coppey1 Cor1 Couperin1 Courkal1 Crapez1 Crumb1 Csalog1 Cuende1 Dalayman1 Dalbavie1 Damiens1 Danse1 Danto1 Dasch1 Davislim1 De Visée1 De la Fuente1 Delangle1 Delestska1 Demarquette1 Desjardins1 Deutsch1 Devilleneuve1 Diener1 Dohnanyi (E.)1 Dolgov1 Dombrecht1 Dubois1 Dudamel1 Dudinova1 Dumaux1 Duruflé1 Dutoit1 Eisler1 El Khoury1 Elgr1 Elliot1 Elsner1 End of the World1 Engerer1 Ensemble Avanti1 Ensemble Correspondances1 Ensemble Kanazawa1 Ensemble Musikfabrik1 Ensemble Pierre Robert1 Ensemble Resonanz1 Evin1 Eötvös1 Faber1 Farina1 Fasolis1 Faust1 Fedele1 Fedorova1 Fekete1 Fin du monde1 Fink1 Fiolia1 Fischer (I.)1 Fischer (J.)1 Forcalquier1 Forsyth1 Franck1 Frang1 Fray1 Fritz1 Frühbeck de Burgos1 Fujimura1 Gardiner1 Gerstein1 Giardinio Armonico1 Gilels1 Ginzburg1 Glanert1 Glazounov1 Gluzman1 Gould (S.)1 Granados1 Granjon1 Grimal1 Grisey1 Groves1 Groza1 Gubisch1 Gulbenkian1 Gutman1 Güra1 Hackbarth1 Haenchen1 Haendel1 Hampson1 Hantaï1 Harada1 Harteros1 Helmchen1 Henschel (D.)1 Henschel (J.)1 Henze1 Herlitzius1 Hoffman (Gary)1 Hofmann1 Honegger1 Hope1 Horowitz1 I Barrochisti1 Il Fondamento1 Inoue1 Invernizzi1 Isokoski1 Isserlis1 Izquierdo1 Jablonski1 Jalbert1 Jando1 Janowski1 Jansen1 Jarrousky1 Joneleit1 Josefowicz1 Juntunen1 Järvi (Neeme)1 Kaasch1 Kahn1 Kameneva1 Karnéus1 Karthäuser1 Karttunen1 Kaufmann1 Keohane1 Kerl1 Ketelen1 Kiss-B1 Kivy1 Kochanovsky1 Kodaly1 Kolosova1 Komsi (A)1 Komsi (P)1 Koroliov1 Kozhukhin1 Kravets1 Kremer1 Kriiku1 Krylov1 Kuijken (S.)1 La Monnaie1 Laneri1 Lang1 Lang Lang1 Larsson1 Le Sage1 Le Texier1 Legendre1 Leleux1 Lemalu1 Les Arts Florissants1 Les Siècles1 Liadov1 Lichdl1 Lille1 Lindberg1 Lingotto1 Linnebach1 Lisiecki1 Lisitsa1 Loges1 London Philharmonic Choir1 Lortie1 Los Angeles Philharmonic Orchestra1 Lucchesini1 Luks1 Lupu1 Maazel1 Madetoja1 Madzar1 Mahler Chamber Orchestra1 Maltman1 Manfrino1 Mann1 Marais1 Margita1 Marks1 Mattila1 Maxwell Davies1 Mehta1 Metcjetina1 Meyer1 Michelangeli1 Milling1 Minaar1 Moiseiwitsch1 Moroz1 Moscou1 Mosolov1 Müller-Schott1 Münchner Staatsoper1 Nagano1 Nahon1 Naughton1 Nelsons1 Nemo1 Netopil1 Neuburger1 New York Philharmonic1 Nono1 Nott1 Odinius1 Ohlsson1 Opéra Comique1 Opéra d'Etat de Vienne1 Orchestra dil Maggio Musicale Fiorentino1 Orchestra of the Age of Enlightment1 Orchestre Baroque d'Amsterdam1 Orchestre National de Lille1 Orchestre Philharmonique Tchèque1 Orchestre Philharmonique d'Helsinki1 Orchestre Philharmonique de Berlin1 Orchestre Philharmonique de Munich1 Orchestre Philharmonique de Rotterdam1 Orchestre Philharmonique de Varsovie1 Orchestre Révolutionnaire et Romantique1 Orchestre du Festival de Budapest1 Orchestre-Atelier Ostinato1 Oskrostsvaridze1 Ovenden1 Pahud1 Panula1 Papavrami1 Pappano1 Paris de la Musique1 Peintre1 Perahia1 Perenyi1 Perle1 Persson1 Pertusi1 Petersen (M.)1 Petrenko1 Pfitzner1 Philadelphia1 Philharmonie de Berlin1 Philharmonie de Cluj1 Piau1 Pintscher1 Pires1 Pittsburgh Symphony1 Plessner1 Poltéra1 Pons1 Poppe1 Poulenc1 Pratt1 Pärt1 Quatuor Arditi1 Quatuor Asasello1 Quatuor Bennewitz1 Quatuor Casals1 Quatuor Danel1 Quatuor Doric1 Quatuor Ebène1 Quatuor Emerson1 Quatuor Escher1 Quatuor Girard1 Quatuor Hagen1 Quatuor Kocian1 Quatuor Modigliani1 Quatuor Oistrakh1 Quatuor Parkanyi1 Quatuor Prazak1 Quatuor Renoir1 Quatuor Zaïde1 Quatuor Zemlinsky1 Queyras1 Rancatore1 Rasilainen1 Reich1 Reinecke1 Renavand1 Rimsky-Korsakov1 Robertson1 Roesel1 Rome1 Rophé1 Rose1 Rotterdam1 Rouvali1 Royal1 Rozanova1 Rubackyte1 Rundfunk Sinfonie-Orchester Berlin1 Räisäinen-Midth1 Röschmann1 SWR Baden Baden1 Saint Clotilde1 Saint Denis1 Saint Saëns1 Saint-Roch1 Salabert1 Salzburg1 San Francisco Symphony1 Savall1 Saxophone1 Sceaux1 Scherbakov1 Schleiermacher1 Schnittke1 Schukkof1 Schuster1 Schwanewilms1 Schäffer1 Segerstam1 Selig1 Semishkur1 Sempé1 Sequenza 9.31 Serdyuk1 Sidhom1 Silvasti1 Simonpietri1 Sinchuk1 Sinfonieorchester des Bayerischer Rundfunk1 Sinopoli1 Siragusa1 Sokolov (Valery)1 Solti1 Son (Y.E.)1 Sorokine1 Southbank Centre1 Spano1 Staatskapelle Dresden1 Staud1 Stenbaek1 Stockhammer1 Stoklossa1 Storgards1 Straka1 Suh1 Swensen1 Swingle Singers1 Synergy Vocals1 Tamestit1 Tansman1 Tchetuev1 Tchinchinadze1 Teitgen1 Texas Festival Chamber Ensemble1 Thomas (I.)1 Thorette1 Théâtre de Poche Montparnasse1 Tiberghien1 Tilson Thomas1 Tippett1 Tischenko1 Trifonov1 Trio Guarneri1 Trombone1 Turin1 Uchida1 Ursuleasa1 Usitalo1 Uusitalo1 Vanskä1 Varjon1 Varèse1 Vasquez1 Vassalo1 Vassilakis1 Vedernikov1 Veneziano1 Ventris1 Verbey1 Verdi1 Vocal Consort Berlin1 Vogt1 Voisin1 Volle1 Volmer1 Volodos1 Vondung1 Wegner1 Weinberg1 Welser-Möst1 Wesseling1 Weynants1 White1 Wispelwey1 Wit1 Yamada1 Yastrybeva1 Ye-Eun1 Yundi Li1 Zagorinskaia1 Zelenka1 Zhidkova1 Zimmermann (F-P)1 Zukerman1 Zukerman Chamber Players1 Zylberstein1 d'Oria Nicolas1 de Maria1
Plus d'éléments