Orchestre de Paris : l'histoire peut reprendre

© Gerard Uferas

- Paris, Salle Pleyel, le 15 septembre 2010

- Dukas, La Péri, poème dansé pour orchestre - Sibelius, Kullervo, op. 7

- Soile Isokoski, soprano
- Juha Uusitalo, baryton-basse
- Orchestre de Paris, 
- Choeur National d'Estonie
- Chœur de l'Orchestre de Paris
- Andrus Siimon, chef de chœur 
- Paavo Järvi, direction


    Quelques digressions

    Cela m'a surpris, mais "ils" n'ont pas forcé le trait comme je le pensais au sujet du nouveau départ de l'Orchestre de Paris. Je m'attendais en effet à une débauche considérable de communication communicante pour expliquer subliminalement au bon public que l'ère Eschenbach, Pleyel à moitié vide les mercredi et jeudi, les musiciens tirant des tronches de dix mètres durant les climax des chefs-d'œuvres, les konzertmeistern attaquant leurs traits à la traîne des derniers pupitres, et les programmes à la fois prétentieux et ultra conventionnels des dernières années, eh bien, que de tout cela il était fait table rase pour une nouvelle aventure palpitante et artistiquement bien plus crédible. Ce n'est pas arrivé : on s'est contenté de publier le programme, d'expliquer aux journalistes (pour ce que j'en ai entendu dire, ne fréquentant  plus depuis plus d'un an les conférences de presse) que Paavo Järvi était l'homme de la situation comme tout directeur musical en cours d'installation se doit de l'être, et basta.

    C'est là que, pour la première fois puisque je parle maintenant de ce que je veux, je vais dire un mot de l'inénarrable figure de Didier de Cottignies. Mes lecteurs les plus proches doivent se sentir défaillir à cette annonce, et se dire que cette fois, c'en est fini, je vais bel et bien me faire jeter du haut du pont de l'Alma avec du ciment aux pieds. Mais ils se trompent et sous-estiment mon esprit de contradiction : pour ce dont il est question ici, mon opinion franche est que l'ex-délégué général du National (ex-directeur artistique de Decca, ex-tout plein de choses en fait) est bien la meilleure chose, en tout cas pour le moment, qui pouvait arriver à l'OP. Il est vrai que parler du peu de sympathie et de considération que je voue à l'endroit de DDC est le plus tendre des euphémismes. Mais curieusement, quand il a été nommé au début de l'année 2009 directeur artistique du premier orchestre privé du pays, j'en ai conçu une forme de soulagement, étant encore à ce moment soumis aux aléas de l'accréditation journalistique pour parler des concerts. J'étais alors déjà persona non grata à l'OP, donc l'événement était pour moi à somme nulle, voire positive en considérant que j'allais (ce qui fut le cas, d'ailleurs) pouvoir remettre des pieds honorables au National - dont DDC m'avait interdit, en l'espace d'un mois, l'accès aux générales puis les invitations aux concerts. 
D. de Cottignies © C. Abramowitz
    Est-ce d'avoir repris l'habitude de payer ma place chaque soir qui me fait remplacer la rancune par une complaisante indifférence ? Sans doute pas. Simplement je constate : je constate qu'on ne remet pas une charge lestée en mouvement sans leviers, qu'on ne pousse pas au risque sans offrir de protection, qu'on n'attire pas les mouches avec du vinaigre. Dans un milieu aussi consanguin, cooptant à tout va, drogué de sa propre endogamie, s'attirer les services de la mère supérieure a du bon pour transformer un entrepôt désaffecté en salle de shoot branchée. Il y a de quoi en tous les cas : outre le brillant nouveau directeur, les baguettes de Dohnanyi, Nelsons, Barenboim, Salonen (dans La Mer !) ; les invitations de Berezovsky, Goerne, Mullova (dans Sibelius !), Kremer, Andsnes, Shaham, Mørk, Leonskaja. Des chefs-d'œuvres trop rares comme ce Kullervo de rentrée, mais aussi Tapiola, la Sixième de Prokofiev, le sublime Concerto pour violon de Britten... Et la bête étant bien assez chargée par ailleurs, le centenaire Mahler est laissé aux autres, le bicentenaire Liszt étant lui mis à l'honneur et même au gala, puisque Barenboim dirigera l'OP dans les deux concertos... du clavier (parce que Beethoven, c'est trop facile, quoi). Naturellement, on sent aussi la patte de celui qui fut le conseiller publicitaire musical de Kubrick dans la dose appréciable de vulgarité offerte en contre-partie de ce festin (Lang Lang, Fray, Blechacz...). 
    Mais il en va avec DDC comme de toutes les productions des barons du milieu, à l'identique des festivals made in René Martin  & Cie: tout le plus rentable étant mis sur la table de manière à satisfaire tout le monde, c'est à une absence de choix plus qu'à une direction qu'on assiste, qui a le mérite de photographier l'état de la scène mondiale, pour le meilleur et le pire, et c'est toujours mieux que le non-événement permanent que faisait vivre l'orchestre depuis quelques années. Et c'est ainsi que l'honnêteté me conduit à affirmer que la livrée 2010-2011 concoctée sous l'égide de l'homme-dont-les-gens-avisés-n'oublient-pas-de-serrer-la-main-au-concert est la plus enthousiasmante conçue pour une formation parisienne depuis un bail. 

    Pour quelqu'un qui n'a son nom cité en public que pour être couvert d'éloges, je me demande bien par quelle équipe de bras cassés en public relations (enfin, si, j'ai une idée) le bon Didier est entouré pour n'avoir pas réussi à mettre dans sa poche la critique autorisée d'entrée de jeu. En tout cas, après ce concert. Et pourtant : indifférence ou compliments paresseux de Diapason, de Resmusica, de Concertonet, coup de menton d'un Machard des mauvais jours dans Le Monde, ne reste que le toujours aimable Merlin dans Le Figaro, qui, fait rare, s'est fendu d'une annonce en règle affirmant que le concert était bon avant d'avoir eu lieu puis d'une critique corroborant avec une exemplaire exactitude l'annonce.  En plein conflit sur les retraites et panique de fin de quinquennat, mon canard préféré a sûrement intérêt à distribuer ses offres d'abonnement dans les programmes de l'OP pour remobiliser le cœur d'électorat là où il se trouve. Enfin, je pourrais finalement m'arrêter là et constater la quasi évidence : que pour en une soirée me faire apprécier Cottignies et adopter, en minorité qui plus est, la ligne du Fig', Paavo Järvi est forcément un génie !!!

[fin des digressions, et des divagations]

J. Uusitalo © Heikki Tuuli
    Certes, je comprends les réserves qui se sont exprimées ici et là sur cette Péri : j'en ai moi-même posé à l'entracte, face à des amis plus enthousiastes. Mais certainement pas, contrairement à ce qui a été écrit, sur la direction du maestro estonien, qui me paraît en substance tirer le maximum qui se puisse attendre de la partition. Structurellement, ce n'est rien d'autre qu'imparable, presque trop d'ailleurs, pour une musique dont le caractère festif paraissait tout à propos pour lancer cette soirée d'intronisation, et que Järvi tire presque du côté du "faux-festif" russe, où la discipline dans la jouissance sonore tente de se faire profondeur - mais comme ce n'est pas russe, ce ne peut sans doute pas totalement fonctionner. Surtout quand les violons souffrent encore audiblement d'années de confinement à la maigreur et l'acidité molle. Les efforts pour en sortir sont au moins visibles, mais momentanément pas davantage (dans Sibelius, ce sera une toute autre affaire). Ainsi, dès que l'équilibre se fait haut et que la conduite dépend de l'intelligibilité de la ligne violonistique, l'ensemble perd de sa superbe (à partir du chiffre 7, disons, où les frustrations commencent). Ce n'est qu'un long travail de fond qui y changera quelque chose, mais pour le reste, comme lors de sa remarquable Nouveau Monde en juin dernier, Järvi transmet une assurance instrumentale étonnante à des pupitres qui n'en avaient plus guère, à commencer par les cors, solides et justes de bout en bout, comme toute la fanfare (au sens chronologique et de l'effectif). La petite harmonie reste encore en retrait des autres orchestres parisiens (en terme de sonorité, pas d'engagement ici), mais cela peut bien changer aussi. Et finalement, dans cette partition, préfère-t-on une pure mais vaine - compte-tenu du propos - orgie sonore, ou une tentative réussie de créer du discours ?

    Le discours, je me demande vraiment comment ceux qui ont fait la fine bouche dans leurs papiers respectifs ont pu en former des réserves dans Kullervo. Je veux bien concevoir que Salonen, peut-être Saraste, y soit capables d'encore plus de tenue, et encore, avec cet orchestre, j'en doute. Tenir ainsi en haleine cette heure et quart de fresque épique à l'orchestration non seulement complexe et virtuose, mais déroutante à souhaits, avec des moyens aussi modestes, voilà qui tient lieu, mieux que n'importe quelle déclaration d'intentions, de profession de foi pour l'avenir : après un directorat Eschenbach marqué avant tout par une coutume consistant à réduire la continuité musicale à néant, le plus grand pari n'est pas technique (après tout, ces musiciens ne doivent pas être plus mauvais que d'autres), il est, disons, d'ordre spirituel. Cesser de jouer comme si l'on avait peur d'arriver ou de ne pas arriver au bout d'une partition. Cesser de jouer comme si tenter d'exprimer quelque chose était dangereux. Cesser de redémarrer les œuvres dix fois par mouvement. Bref, aller quelque part, et si possible d'un point à un autre. C'est ce que fait faire Järvi, et ce n'est globalement pas nouveau, du reste.  

    Il est du reste en excellente compagnie, ne serait-ce que - cela ne va pas de soi - les solistes ne découvrent pas l'œuvre : Soile Isokoski a participé à l'enregistrement EMI de Järvi, tandis que Juha Uusitalo était déjà Kullervo dans la version (CPO) d'Ari Rasilainen. Tous deux sont quasi-irréprochables. Uusitalo avait assez déçu (en revenant semble-t-il de fâcheux soucis de santé) il y a deux ans dans le Symphonique Lyrique de Zemlinsky donnée par Salonen au TCE. Il nous revient en bien meilleur forme, et s'il tarde un peu à trouver une assurance à la mesure de sa carrure, il se montre aussi puisant que poignant dans la mort du héros. Isokoski est elle parfaite, sûre d'intonation comme dans ses flirts avec le sprechgesang dans les dialogues de séduction initiaux. Quant à l'OP, il retrouve la flamme qui l'avait déjà fait se surpasser en juin dans Dvorak, et les violons répondent cette fois présents. L'acidité réapparaît parfois, mais sporadiquement, et les baisses de tensions sont rares : elles concernent logiquement les longs développements oniriques, essentiellement dans la jeunesse de Kullervo. Enfin, il faut mettre le chapeau très bas face au clou du spectacle : la magnifique prestation des forces conjointes du Chœur de l'Orchestre de Paris et du Chœur National d'Estonie (ce dernier était déjà à l'honneur dans l'enregistrement EMI), qui se couvrent de gloire à chaque intervention, atteignant au sublime dans l'énoncé funèbre à l'entame du V.  Une magnificence qui fait certes regretter de ne pas avoir entendu ce chef et ces voix avec une phalange de classe internationale. Mais rien que pour la force conductrice montrée dans les mouvements extrêmes, la performance orchestrale d'ensemble doit être saluée comme le signe indiscutable d'une confiance certaine placée en Järvi, qui laisse entrevoir le redémarrage - à la suite de Barenboim et Bychkov - d'une belle histoire interrompue
 
Théo Bélaud
Contrat Creative Commons

Libellés

Brahms31 Orchestre Philharmonique de Radio-France29 Schumann29 Chopin25 Mozart25 Quatuor23 Rachmaninov23 Mahler21 Orchestre de Paris21 Schubert21 Orchestre National de France19 Opéra17 Orchestres britanniques16 Pianistes français16 Ravel16 Choeur/Maitrise de Radio-France15 Violoncelle15 Bach14 Prokofiev14 Salonen14 Sibelius14 Bartok13 Chostakovitch13 Orchestres allemands/autrichiens13 Berg12 Edition musicale / historiographie12 Franck (M.)12 La Roque12 Tchaikovsky12 Cité de la Musique11 Debussy11 Haydn11 Järvi (Paavo)11 Mendelssohn11 Philharmonie de Paris11 Stravinsky11 Maison de Radio-France10 Wagner10 Berezovsky9 Ensembles/solistes baroques9 Lugansky9 Pianistes hongrois9 Buniatishvili8 Châtelet8 Hannigan8 Louvre8 Barenboim7 London Symphony Orchestra7 Opéra National de Paris7 Orchestres russes7 Pianistes italiens7 Schoenberg7 Bruckner6 Gergiev6 Jurowski6 Le Touquet6 Présences6 Ranki6 Strauss6 clarinette6 Andsnes5 Berlioz5 Bouffes du Nord5 Ciccolini5 Davis (Colin)5 Janacek5 Leonskaja5 London5 London Philharmonic Orchestra5 Masur5 Pollini5 Sokolov5 de la Salle5 Bastille4 Boulez4 Britten4 Cortot (salle)4 Dusapin4 Ensemble Intercontemporain4 Ensemble Modern4 Gatti4 Ligeti4 Moussorgsky4 Orchestres américains4 Philharmonia Orchestra4 Repin4 Rudenko4 Staatskapelle Berlin4 Wittgenstein4 Academia Santa Cecilia3 Alto3 Bagatelle3 Berlin3 Bruxelles3 Chung3 De Falla3 Denoke3 Dvorak3 Festival d'Automne à Paris3 Freire3 Gaveau3 Grange de Meslay3 Grimaud3 Hautbois3 Inbal3 Kalagina3 Klukon3 Kurtag3 Mantovani3 Mariinsky3 Medtner3 Muti3 Nigl3 Ollu3 Orchestre Philharmonique de Saint Petersbourg3 Orchestre Philharmonique de Vienne3 Palais Garnier3 Pletnev3 Rameau3 Rosen3 Rossini3 Saraste3 Seine Musicale3 Szymanowski3 Tetzlaff3 Thielemann3 Virsaladze3 Webern3 Widmann3 Zemlinsky3 Znaider3 Abbado2 Adorno2 Aix-en-Provence2 Angelich2 Arbo2 Auteuil2 Boulez-Saal2 Braunstein2 Breitkopf2 Buniatishvili (G.)2 Chauviré2 Chicago Symphony2 Choeur de l'Orchestre de Paris2 Concertgebouw d'Amsterdam2 Conolly2 Covent Garden2 Cowell2 Dalhaus2 Dohnanyi2 Dukas2 Dutilleux2 Ensemble Orchestral de Paris2 Fauré2 Fedosseyev2 Flûte2 Furtwängler2 Gershwin2 Gewandhaus Leipzig2 Glück2 Goerne2 Grieg2 Grinberg2 Gubanova2 H.J. Mayer2 Hahn2 Haitink2 Hanslick2 Harding2 Hengelbrock2 Heras-Casado2 Herrmann2 Hillborg2 Hirsch2 Honeck2 Institut Hongrois2 Ives2 Jansons2 Jordan2 Kavakos2 Khachatryan2 Klinton2 Koopman2 Kovacevich2 Kreisler2 Lachenmann2 Langrée2 Lutoslawski2 Lyapunov2 Manzoni2 Masycheva2 Matsuev2 Mattei2 Messiaen2 Meyer (Paul)2 Mullova2 Mälkki2 Noseda2 Oelze2 Orchestre Symphonique Tchaikovsky2 Orchestre du Conservatoire de Paris2 Orchestre du Festival de Lucerne2 Orsay2 Petibon2 Pontoise2 Prohaska2 Quatuor Arod2 Quatuor Artemis2 Quatuor Borodin2 Quatuor Diotima2 Quatuor Pavel Haas2 Roth2 Roussev2 Rydl2 Saariaho2 Saint Roch2 Sallinen2 Scriabin2 Sinfonia Varsovia2 Soulez2 Temirkanov2 Théâtre de la Ville2 Weber2 West-Eastern Divan Orchestra2 Youn2 Yuja Wang2 Zehetmair2 Zinman2 1041 Ablinger-Sperrhake1 Abrahamyan1 Académie d'Etat de Moscou1 Adams1 Adès1 Afkham1 Agache1 Aikin1 Aimard1 Ambronay1 Amy1 Antheil1 Antonini1 Ars Nova1 Ashkenazy1 Athénée1 Attahir1 BBC Symphony Orchestra1 Baechle1 Ballet1 Balthasar-Neumann Ensemble und Chor1 Barath1 Barber1 Barbican1 Barenboim (Michaël)1 Bashkirova1 Bausch1 Bedford1 Begley1 Benjamin1 Benzi1 Berglund1 Berio1 Berlinskaïa1 Blacher1 Blomstedt1 Bonitatibus1 Borodin1 Borodina1 Bou1 Bourion1 Bozar1 Brauer1 Bringuier1 Briot1 Bronfman1 Brunnet-Grupposo1 Bryant1 Buchbinder1 Bulycheva1 Bärenreiter1 Cage1 Cambreling1 Capuçon (G.)1 Carsen1 Casadei1 Casella1 Caussé1 Cerha1 Chailly1 Chamayou1 Chamber Orchestra of Europe1 Chapuis1 Charpentier1 Cheng1 Choeur National d'Estonie1 Choi1 Choir of Eltham College1 Christie1 Ciampollini1 Ciuller1 Clavecin1 Claycomb1 Cleveland Orchestra1 Collegium 17041 Colli1 Colonne1 Concert des Nations1 Condoluci1 Conlon1 Conservatoire Royal1 Coppey1 Cor1 Couperin1 Courkal1 Crapez1 Crumb1 Csalog1 Cuende1 Dalayman1 Dalbavie1 Damiens1 Danse1 Danto1 Dasch1 Davislim1 De Visée1 De la Fuente1 Delangle1 Delestska1 Demarquette1 Desjardins1 Deutsch1 Devilleneuve1 Diener1 Dohnanyi (E.)1 Dolgov1 Dombrecht1 Dubois1 Dudamel1 Dudinova1 Dumaux1 Duruflé1 Dutoit1 Eisler1 El Khoury1 Elgr1 Elliot1 Elsner1 End of the World1 Engerer1 Ensemble Avanti1 Ensemble Correspondances1 Ensemble Kanazawa1 Ensemble Musikfabrik1 Ensemble Pierre Robert1 Ensemble Resonanz1 Evin1 Eötvös1 Faber1 Farina1 Fasolis1 Faust1 Fedele1 Fedorova1 Fekete1 Fin du monde1 Fink1 Fiolia1 Fischer (I.)1 Fischer (J.)1 Forcalquier1 Forsyth1 Franck1 Frang1 Fray1 Fritz1 Frühbeck de Burgos1 Fujimura1 Gardiner1 Gerstein1 Giardinio Armonico1 Gilels1 Ginzburg1 Glanert1 Glazounov1 Gluzman1 Gould (S.)1 Granados1 Granjon1 Grimal1 Grisey1 Groves1 Groza1 Gubisch1 Gulbenkian1 Gutman1 Güra1 Hackbarth1 Haenchen1 Haendel1 Hampson1 Hantaï1 Harada1 Harteros1 Helmchen1 Henschel (D.)1 Henschel (J.)1 Henze1 Herlitzius1 Hoffman (Gary)1 Hofmann1 Honegger1 Hope1 Horowitz1 I Barrochisti1 Il Fondamento1 Inoue1 Invernizzi1 Isokoski1 Isserlis1 Izquierdo1 Jablonski1 Jalbert1 Jando1 Janowski1 Jansen1 Jarrousky1 Joneleit1 Josefowicz1 Juntunen1 Järvi (Neeme)1 Kaasch1 Kahn1 Kameneva1 Karnéus1 Karthäuser1 Karttunen1 Kaufmann1 Keohane1 Kerl1 Ketelen1 Kiss-B1 Kivy1 Kochanovsky1 Kodaly1 Kolosova1 Komsi (A)1 Komsi (P)1 Koroliov1 Kozhukhin1 Kravets1 Kremer1 Kriiku1 Krylov1 Kuijken (S.)1 La Monnaie1 Laneri1 Lang1 Lang Lang1 Larsson1 Le Sage1 Le Texier1 Legendre1 Leleux1 Lemalu1 Les Arts Florissants1 Les Siècles1 Liadov1 Lichdl1 Lille1 Lindberg1 Lingotto1 Linnebach1 Lisiecki1 Lisitsa1 Loges1 London Philharmonic Choir1 Lortie1 Los Angeles Philharmonic Orchestra1 Lucchesini1 Luks1 Lupu1 Maazel1 Madetoja1 Madzar1 Mahler Chamber Orchestra1 Maltman1 Manfrino1 Mann1 Marais1 Margita1 Marks1 Mattila1 Maxwell Davies1 Mehta1 Metcjetina1 Meyer1 Michelangeli1 Milling1 Minaar1 Moiseiwitsch1 Moroz1 Moscou1 Mosolov1 Müller-Schott1 Münchner Staatsoper1 Nagano1 Nahon1 Naughton1 Nelsons1 Nemo1 Netopil1 Neuburger1 New York Philharmonic1 Nono1 Nott1 Odinius1 Ohlsson1 Opéra Comique1 Opéra d'Etat de Vienne1 Orchestra dil Maggio Musicale Fiorentino1 Orchestra of the Age of Enlightment1 Orchestre Baroque d'Amsterdam1 Orchestre National de Lille1 Orchestre Philharmonique Tchèque1 Orchestre Philharmonique d'Helsinki1 Orchestre Philharmonique de Berlin1 Orchestre Philharmonique de Munich1 Orchestre Philharmonique de Rotterdam1 Orchestre Philharmonique de Varsovie1 Orchestre Révolutionnaire et Romantique1 Orchestre du Festival de Budapest1 Orchestre-Atelier Ostinato1 Oskrostsvaridze1 Ovenden1 Pahud1 Panula1 Papavrami1 Pappano1 Paris de la Musique1 Peintre1 Perahia1 Perenyi1 Perle1 Persson1 Pertusi1 Petersen (M.)1 Petrenko1 Pfitzner1 Philadelphia1 Philharmonie de Berlin1 Philharmonie de Cluj1 Piau1 Pintscher1 Pires1 Pittsburgh Symphony1 Plessner1 Poltéra1 Pons1 Poppe1 Poulenc1 Pratt1 Pärt1 Quatuor Arditi1 Quatuor Asasello1 Quatuor Bennewitz1 Quatuor Casals1 Quatuor Danel1 Quatuor Doric1 Quatuor Ebène1 Quatuor Emerson1 Quatuor Escher1 Quatuor Girard1 Quatuor Hagen1 Quatuor Kocian1 Quatuor Modigliani1 Quatuor Oistrakh1 Quatuor Parkanyi1 Quatuor Prazak1 Quatuor Renoir1 Quatuor Zaïde1 Quatuor Zemlinsky1 Queyras1 Rancatore1 Rasilainen1 Reich1 Reinecke1 Renavand1 Rimsky-Korsakov1 Robertson1 Roesel1 Rome1 Rophé1 Rose1 Rotterdam1 Rouvali1 Royal1 Rozanova1 Rubackyte1 Rundfunk Sinfonie-Orchester Berlin1 Räisäinen-Midth1 Röschmann1 SWR Baden Baden1 Saint Clotilde1 Saint Denis1 Saint Saëns1 Saint-Roch1 Salabert1 Salzburg1 San Francisco Symphony1 Savall1 Saxophone1 Sceaux1 Scherbakov1 Schleiermacher1 Schnittke1 Schukkof1 Schuster1 Schwanewilms1 Schäffer1 Segerstam1 Selig1 Semishkur1 Sempé1 Sequenza 9.31 Serdyuk1 Sidhom1 Silvasti1 Simonpietri1 Sinchuk1 Sinfonieorchester des Bayerischer Rundfunk1 Sinopoli1 Siragusa1 Sokolov (Valery)1 Solti1 Son (Y.E.)1 Sorokine1 Southbank Centre1 Spano1 Staatskapelle Dresden1 Staud1 Stenbaek1 Stockhammer1 Stoklossa1 Storgards1 Straka1 Suh1 Swensen1 Swingle Singers1 Synergy Vocals1 Tamestit1 Tansman1 Tchetuev1 Tchinchinadze1 Teitgen1 Texas Festival Chamber Ensemble1 Thomas (I.)1 Thorette1 Théâtre de Poche Montparnasse1 Tiberghien1 Tilson Thomas1 Tippett1 Tischenko1 Trifonov1 Trio Guarneri1 Trombone1 Turin1 Uchida1 Ursuleasa1 Usitalo1 Uusitalo1 Vanskä1 Varjon1 Varèse1 Vasquez1 Vassalo1 Vassilakis1 Vedernikov1 Veneziano1 Ventris1 Verbey1 Verdi1 Vocal Consort Berlin1 Vogt1 Voisin1 Volle1 Volmer1 Volodos1 Vondung1 Wegner1 Weinberg1 Welser-Möst1 Wesseling1 Weynants1 White1 Wispelwey1 Wit1 Yamada1 Yastrybeva1 Ye-Eun1 Yundi Li1 Zagorinskaia1 Zelenka1 Zhidkova1 Zimmermann (F-P)1 Zukerman1 Zukerman Chamber Players1 Zylberstein1 d'Oria Nicolas1 de Maria1
Plus d'éléments