Lueur d'espoir dans le cycle Mahler de Gatti

- Paris, Théâtre du Châtelet, le 23 septembre 2010
- Mahler, Kintertotenlieder , Symphonie n°5 en ut dièse mineur
- Matthias Goerne, baryton
- Orchestre National de France
- Daniele Gatti, direction
 
Durant l'exécution de la 3e Symphonie au Châtelet, avril 2010 (photo : Opera Cake)
    Je me dois d'être honnête : fait rare, j'ai séché quelques concerts du National l'an passé, trois ou quatre je crois, dont deux de ce cycle planifié sur trois ans. D'après ce que j'en ai lu et entendu dire, je n'ai pas raté grand chose en m'abstenant d'aller écouter la Résurrection et la 4e - surtout dans la mesure où cette dernière était donnée dans l'acoustique impossible de la Basilique de Saint Denis. Et que, question quatrième, il me paraissait fort sage de rester encore un moment sur les enchantements  d'Abbado (Châtelet 2006) et Boulez (Pleyel 2008). Quant à la 5e, qui finalement, comme celle de Beethoven, n'est pas si donnée que cela, je n'ai de souvenir que de Barenboim, également au Châtelet  il y a quatre ans (une série de trois concerts presque entièrement mémorables avec la Staatskapelle Berlin). Superstitieux autant que rationnel, j'ai donc pris place comme le 24 octobre 2006 en corbeille - la corbeille du Châtelet est un endroit délicieux autant que nuisible, j'en profite pour le rappeler : si par malheur vous vous retrouvez en fond d'orchestre (à partir du rang P), donc avec la corbeille à trois mètres au-dessus de votre tête, cela revient à mettre des boules quiès. Fuyez ! Sans très grand espoir : dans ce cycle, je ne sauvais jusque là que le second concert (des Fahrenden Gesellen assez simple et touchant, déjà avec Goerne, et une Titan inspirée, sans lourdeurs et vivante, quoiqu'insuffisamment servie instrumentalement). Le Klagende Lied était courageux et engagé, mais trop monolithique et volontaire pour laisser transparaître sa poésie naïve. Et la Troisième, plate comme une crêpe. Est-ce l'insertion de Nemtanu, jusque là absente de ces Mahler, la nouvelle disposition des cordes (cf. concert de rentrée du National), ou simplement l'enthousiasme retrouvé que le nouveau directeur avait laissé voir la semaine précédente ? Sans doute un peu de tout cela, et d'autre chose à commencer par l'inconstance caractéristique de l'orchestre, mais quoi qu'il en soit, les choses se sont améliorées.
    Ce n'était pas évident de suite, les Kindertotenlieder souffrant davantage du manque de classe instrumentale, surtout des bois, que les Fahrenden Gesellen. En outre, j'étais et reste sceptique sur le choix d'un baryton pour ce cycle, dans lequel la longueur expressive des lignes des premiers lieder est problématique pour une telle tessiture. Le moins que l'on puisse dire est cependant que Goerne s'en sort plus qu'honorablement, avec comme toujours avec une très grande maîtrise de l'élocution. C'est donc essentiellement d'un problème d'équilibre tonal qu'il s'agit, la continuité vocale de cette écriture, plus straussienne que dans d'autres Mahler plus rustiques ou encore schubertiens, s'intégrant de façon nettement moins évidente à l'écriture orchestrale qu'avec un contralto. Je comprends très bien que l'on offre beaucoup à Goerne, auteur de prestations mémorables l'an passé et qui est quasiment en résidence à Paris à présent (Paulus avec Masur, bien sûr, mais surtout les bouleversants Ernste Gesänge d'Eisler avec les solistes du National). Mais j'espère tout de même que pour le dernier tiers du cycle en 2011-12, Gatti aura le bon sens de ne pas lui confier tout le répertoire malherien pour contralto...

    Je ne vais pas revenir dessus éternellement : bien sûr que Gatti est souvent trop lent, et bien sûr que Gatti n'est pas Giulini : et bien sûr aussi que cette litanie n'est pas un argument systématiquement suffisant pour vouer sa direction aux gémonies. Tant qu'à avoir l'esprit de système, on peut légitimement opposer un autre point de vue : à savoir que sa direction, vue à travers un prisme un peu plus riche que les seuls tempos, est tributaire de ceux qui la servent. Depuis près de deux ans que le directorat lui a été confié, je trouve davantage de matière à étayer cette idée : et depuis le concert ici en question, j'ai de la matière physique. J'ai souvent dit après tel ou tel concert - les Brahms notamment - de Gatti que ce qu'il faisait ferait sans doute des merveilles avec Vienne ou un autre orchestre de tout premier plan - ce que du reste un certain nombre de comptes-rendus étrangers laissaient penser. Il est sans doute regrettable que l'orchestre n'ait pu se trouver un directeur plus à même de le faire progresser, dans la mesure où suffisamment de grandes baguettes viennent chaque année le pousser dans ses retranchements, souvent pour le meilleur. En attendant, on fait avec, en guettant les soirs ou cela marche.
    Ce soir là, comme la semaine passée dans Wagner notamment, et à l'inverse de sa lénifiante 3e, Gatti dirigeait donc sur le mode : "faisons comme si j'avais Vienne", et c'est encore ainsi que je le préfère. Surtout quand je goûte ensuite la satisfaction d'entendre ce que lui aimerait entendre quand il dirige ainsi, ce qu'une heureuse retransmission télévisée allemande a enfin permis. Je pourrais résumer cette Cinquième ainsi : que des bonnes intentions, pour moitié réalisées (environ). Le doute surgit dès l'attaque du second thème de la Trauermarsch, morbide à souhait, assez tenu aux cordes, mais commenté de façon trop désordonnée aux bois. Bois qui resteront en difficulté à peu près toute la soirée, c'est bien là le problème principal, et c'est là que la comparaison avec Vienne est la plus cruelle. Les moyens individuels ne sont sûrement pas seul en cause : la peur l'est manifestement autant, du moins le manque de certitudes voire d'arrogance, qui fait qu'on ne joue jamais franchement pavillons en l'air, qu'on n'ose jamais de piquant assuré, et que, à force de ne choisir aucune intonation, cette petite harmonie est si fréquemment décalée en son sein.

  
    A l'exception presque unique du terrible scherzo, quasi impraticable pour un orchestre de cette catégorie (et qui est tout à fait excellent ci-dessous), les autres pupitres auront en revanche fièrement relevé le défi lancé par leur chef. Ce qui avait mis un certain temps à convaincre dans le I fonctionne déjà mieux dans le II, pris légèrement plus lentement que dans la vidéo viennoise - c'est toujours plus rapide que Bernstein, pourtant ! Dirigeant encore par cœur, Gatti sait ce qu'il veut : pas de magma bruyant, mais de l'articulation et du contrepoint - et pas que du contrechant. Du coup, le Stürmisch bewegt sonne parfois de façon assez étonnante comme une préfiguration du Rondo-Burleske de la 9e, exercice de style aussi brillant que sarcastique, jouant très bien de la virtuosité des cordes graves notamment. Le thème lyrique est traité de façon un peu plus consistante que dans le I - même si là, je suis franchement pour le refus de tout ralentissement, celui-ci rendant toujours le thème trop séquentiel. Dommage que les clarinettes n'aient pas été au rendez-vous ici, surtout à l'occurrence la plus fine et touchante du mouvement (ci-dessus), oser quelque chose (du genre crescendo) aurait été bienvenu...  
    Pour compenser, s'ils ne se couvrent de gloire, les cuivres, trompettes en tête pour le choral libératoire, se tiennent jusqu'ici sans incidents, sans vulgarité et sans trop couvrir. Ce sont comme toujours les altos et violoncelles de l'ONF qui se distinguent - d'autant qu'ils marchent maintenant en rangs serrés et de front. Et il faut reconnaître à Gatti un talent certain, finalement assez peu répandu, pour la gestion de la tension dans le genre de passage que je montre ci-contre, admirablement réalisé ce soir là : cela m'a rappelé la force effusive qui se dégageait, avec le même vrai pianissimo, du début de l'andante de sa 4e de Brahms il y a deux ans.  

 

     
    Le scherzo, bien sûr, sera une autre paire de manches. D'abord, avec la meilleure volonté du monde, un cor solo (et des cors, en fait) qui se contente d'assurer, d'abord, ce n'est pas possible ici. Dès l'entame, la messe est dite : les sfozandos sont absents, la caractérisation des croches montantes, inexistante, et il en sera ainsi de bout en bout. Mais l'ennui, c'est que c'est presque plus compliqué  ici encore pour les cordes, du moins les violons : eux tentent de caractériser, Gatti tente aussi, mais ça ne marche pas : il manque le son préalable, il manque l'intuition, il manque le naturel et donc, la distanciation. La tentative d'emballer le cataclysme central est relativement payante (la mise avait été un malencontreux lancer de baguette du plus bel effet), mais la chose arrive comme un cheveux sur la soupe, tant ce qui a précédé a paru manquer de structure. Alors qu'il faut bien constater que ce problème est quasi inexistant quand Gatti dispose des Wiener (d'accord, ce n'est pas Boulez dans ce même mouvement, mais c'est tout de même très bien). Comme toujours : la qualité instrumentale pure ne fait pas le discours, mais le rend possible.

Reste que, au sortir du dit cataclysme, nos pupitres chéris parviennent encore à sortir l'un des meilleurs moments de cette exécution... et ici, même avec un cor timide, la musique - ci-contre - devient facilement poignante. La conclusion du scherzo (lancée avec panache par Nemtanu et ses troupes) laisse le mouvement sur une meilleur impression qu'à son entame, quoique la dernière page puisse aller cent fois plus loin dans l'hystérie désespérée. 


    L'adagietto (avant qu'il ne commence) pouvait laisser craindre le pire. Le pire n'est pas arrivé et le meilleur n'était pas très loin. Seul le son du quintette y a fait défaut, et sans que les musiciens ne se déshonorent pour autant. Gatti, apparemment pour une fois conscient du risque, choisit de mener tout l'exposé et presque autant le développement plus vite que dans le concert ci-dessous, c'est-à-dire, à mon sens, au bon tempo - celui qui, s'il est tenu sans bouger, boucle le mouvement en moins de neuf minutes, contre plus de dix en moyenne. Je ne reprocherais pas à Gatti de jouer la réexposition beaucoup plus lentement, car formellement, l'effet fonctionne assez bien et se justifie en regard de l'esprit pas si intime que cela de la conclusion : je me dis donc qu'avec le vrai son d'un grand orchestre, ce doit même fonctionner pleinement. Reste que, justement, le climax final laisse à désirer, notamment du fait du manque d'autorité des seconds violons, pas encore rodés à leur nouvelle position indépendante, et complètement couverts par les tenues de leurs voisins dans leur montée décisive. 
    A l'orée de la grande coda du finale, ils se heurteront d'ailleurs au même défaut de cohésion, et l'ensemble des violons au manque d'immédiateté stylistique déjà frustrant dans le scherzo : il s'agit certes de cinq petites mesures, seulement, à mon sens, ce sont quasiment les plus sublimes de toute la symphonie. Je ne suis pas chef, mais franchement, je ne vois pas très bien ce que, au concert, il est possible de faire pour réussir ce passage (qu'on rate même avec de grands orchestres) en-dehors de la disponibilité de musiciens qui le réussissent tout seuls, comme ceux de Vienne (voir la dernière vidéo à 11'55).
4 mesures frappées du sceau du génie, et de l'extrême difficulté
    

    Ce détail qui n'en est pas un mis à part, Gatti fait le nécessaire pour garantir l'enthousiasme très généreux (dans tous les sens du termes, mais je n'ai pas trouvé ça choquant) offert par le public du Châtelet. La principale force de son finale, comme de son adagietto, est d'être intelligemment structuré, et ici le manque de distinction de l'harmonie (pour le coup, cuivres compris) n'empêche pas la conduite d'exhiber la forme d'une façon plutôt plus convaincante que ce à quoi on est habitué. L'engagement significatif des cordes dans tous les traits virtuoses d'accompagnement n'y est pas étranger, et permet une force rythmique évitant systématiquement la lassitude des répétitions : on en pardonnera presque, et on ne devrait pas car c'est très mal, l'inversion radicale de l'indication au passage du dernier choral de cuivres à l'emballement ultime : rit... molto acc., allegro : Gatti fait la même chose avec Vienne (voir à 14'12), et on se demande tout de même quelle mouche le pique ou plutôt ne le pique pas ici. 
A ceci près, donc, et à l'image de toute la symphonie, abstraction faite de son épicentre, c'est de la belle ouvrage de direction générale, en ce sens que la symphonie avait, globalement, une direction, un point de départ, un point d'arrivée - ce qui n'était nullement le cas de la 3e). Voilà qui laisse espérer que Gatti montera en puissance dans la suite du triptyque instrumental - je pressens, étant optimiste, que la Sixième, qui supporte mieux que d'autres d'être conquise par le labeur plutôt que par le talent, sera meilleure encore. Et puis, la quasi totalité de l'effectif du National sait ce que c'est que de réussir la Sixième, n'est-ce pas ?










Libellés

Brahms31 Orchestre Philharmonique de Radio-France29 Schumann29 Chopin25 Mozart25 Quatuor23 Rachmaninov23 Mahler21 Orchestre de Paris21 Schubert21 Orchestre National de France19 Opéra17 Orchestres britanniques16 Pianistes français16 Ravel16 Choeur/Maitrise de Radio-France15 Violoncelle15 Bach14 Prokofiev14 Salonen14 Sibelius14 Bartok13 Chostakovitch13 Orchestres allemands/autrichiens13 Berg12 Edition musicale / historiographie12 Franck (M.)12 La Roque12 Tchaikovsky12 Cité de la Musique11 Debussy11 Haydn11 Järvi (Paavo)11 Mendelssohn11 Philharmonie de Paris11 Stravinsky11 Maison de Radio-France10 Wagner10 Berezovsky9 Ensembles/solistes baroques9 Lugansky9 Pianistes hongrois9 Buniatishvili8 Châtelet8 Hannigan8 Louvre8 Barenboim7 London Symphony Orchestra7 Opéra National de Paris7 Orchestres russes7 Pianistes italiens7 Schoenberg7 Bruckner6 Gergiev6 Jurowski6 Le Touquet6 Présences6 Ranki6 Strauss6 clarinette6 Andsnes5 Berlioz5 Bouffes du Nord5 Ciccolini5 Davis (Colin)5 Janacek5 Leonskaja5 London5 London Philharmonic Orchestra5 Masur5 Pollini5 Sokolov5 de la Salle5 Bastille4 Boulez4 Britten4 Cortot (salle)4 Dusapin4 Ensemble Intercontemporain4 Ensemble Modern4 Gatti4 Ligeti4 Moussorgsky4 Orchestres américains4 Philharmonia Orchestra4 Repin4 Rudenko4 Staatskapelle Berlin4 Wittgenstein4 Academia Santa Cecilia3 Alto3 Bagatelle3 Berlin3 Bruxelles3 Chung3 De Falla3 Denoke3 Dvorak3 Festival d'Automne à Paris3 Freire3 Gaveau3 Grange de Meslay3 Grimaud3 Hautbois3 Inbal3 Kalagina3 Klukon3 Kurtag3 Mantovani3 Mariinsky3 Medtner3 Muti3 Nigl3 Ollu3 Orchestre Philharmonique de Saint Petersbourg3 Orchestre Philharmonique de Vienne3 Palais Garnier3 Pletnev3 Rameau3 Rosen3 Rossini3 Saraste3 Seine Musicale3 Szymanowski3 Tetzlaff3 Thielemann3 Virsaladze3 Webern3 Widmann3 Zemlinsky3 Znaider3 Abbado2 Adorno2 Aix-en-Provence2 Angelich2 Arbo2 Auteuil2 Boulez-Saal2 Braunstein2 Breitkopf2 Buniatishvili (G.)2 Chauviré2 Chicago Symphony2 Choeur de l'Orchestre de Paris2 Concertgebouw d'Amsterdam2 Conolly2 Covent Garden2 Cowell2 Dalhaus2 Dohnanyi2 Dukas2 Dutilleux2 Ensemble Orchestral de Paris2 Fauré2 Fedosseyev2 Flûte2 Furtwängler2 Gershwin2 Gewandhaus Leipzig2 Glück2 Goerne2 Grieg2 Grinberg2 Gubanova2 H.J. Mayer2 Hahn2 Haitink2 Hanslick2 Harding2 Hengelbrock2 Heras-Casado2 Herrmann2 Hillborg2 Hirsch2 Honeck2 Institut Hongrois2 Ives2 Jansons2 Jordan2 Kavakos2 Khachatryan2 Klinton2 Koopman2 Kovacevich2 Kreisler2 Lachenmann2 Langrée2 Lutoslawski2 Lyapunov2 Manzoni2 Masycheva2 Matsuev2 Mattei2 Messiaen2 Meyer (Paul)2 Mullova2 Mälkki2 Noseda2 Oelze2 Orchestre Symphonique Tchaikovsky2 Orchestre du Conservatoire de Paris2 Orchestre du Festival de Lucerne2 Orsay2 Petibon2 Pontoise2 Prohaska2 Quatuor Arod2 Quatuor Artemis2 Quatuor Borodin2 Quatuor Diotima2 Quatuor Pavel Haas2 Roth2 Roussev2 Rydl2 Saariaho2 Saint Roch2 Sallinen2 Scriabin2 Sinfonia Varsovia2 Soulez2 Temirkanov2 Théâtre de la Ville2 Weber2 West-Eastern Divan Orchestra2 Youn2 Yuja Wang2 Zehetmair2 Zinman2 1041 Ablinger-Sperrhake1 Abrahamyan1 Académie d'Etat de Moscou1 Adams1 Adès1 Afkham1 Agache1 Aikin1 Aimard1 Ambronay1 Amy1 Antheil1 Antonini1 Ars Nova1 Ashkenazy1 Athénée1 Attahir1 BBC Symphony Orchestra1 Baechle1 Ballet1 Balthasar-Neumann Ensemble und Chor1 Barath1 Barber1 Barbican1 Barenboim (Michaël)1 Bashkirova1 Bausch1 Bedford1 Begley1 Benjamin1 Benzi1 Berglund1 Berio1 Berlinskaïa1 Blacher1 Blomstedt1 Bonitatibus1 Borodin1 Borodina1 Bou1 Bourion1 Bozar1 Brauer1 Bringuier1 Briot1 Bronfman1 Brunnet-Grupposo1 Bryant1 Buchbinder1 Bulycheva1 Bärenreiter1 Cage1 Cambreling1 Capuçon (G.)1 Carsen1 Casadei1 Casella1 Caussé1 Cerha1 Chailly1 Chamayou1 Chamber Orchestra of Europe1 Chapuis1 Charpentier1 Cheng1 Choeur National d'Estonie1 Choi1 Choir of Eltham College1 Christie1 Ciampollini1 Ciuller1 Clavecin1 Claycomb1 Cleveland Orchestra1 Collegium 17041 Colli1 Colonne1 Concert des Nations1 Condoluci1 Conlon1 Conservatoire Royal1 Coppey1 Cor1 Couperin1 Courkal1 Crapez1 Crumb1 Csalog1 Cuende1 Dalayman1 Dalbavie1 Damiens1 Danse1 Danto1 Dasch1 Davislim1 De Visée1 De la Fuente1 Delangle1 Delestska1 Demarquette1 Desjardins1 Deutsch1 Devilleneuve1 Diener1 Dohnanyi (E.)1 Dolgov1 Dombrecht1 Dubois1 Dudamel1 Dudinova1 Dumaux1 Duruflé1 Dutoit1 Eisler1 El Khoury1 Elgr1 Elliot1 Elsner1 End of the World1 Engerer1 Ensemble Avanti1 Ensemble Correspondances1 Ensemble Kanazawa1 Ensemble Musikfabrik1 Ensemble Pierre Robert1 Ensemble Resonanz1 Evin1 Eötvös1 Faber1 Farina1 Fasolis1 Faust1 Fedele1 Fedorova1 Fekete1 Fin du monde1 Fink1 Fiolia1 Fischer (I.)1 Fischer (J.)1 Forcalquier1 Forsyth1 Franck1 Frang1 Fray1 Fritz1 Frühbeck de Burgos1 Fujimura1 Gardiner1 Gerstein1 Giardinio Armonico1 Gilels1 Ginzburg1 Glanert1 Glazounov1 Gluzman1 Gould (S.)1 Granados1 Granjon1 Grimal1 Grisey1 Groves1 Groza1 Gubisch1 Gulbenkian1 Gutman1 Güra1 Hackbarth1 Haenchen1 Haendel1 Hampson1 Hantaï1 Harada1 Harteros1 Helmchen1 Henschel (D.)1 Henschel (J.)1 Henze1 Herlitzius1 Hoffman (Gary)1 Hofmann1 Honegger1 Hope1 Horowitz1 I Barrochisti1 Il Fondamento1 Inoue1 Invernizzi1 Isokoski1 Isserlis1 Izquierdo1 Jablonski1 Jalbert1 Jando1 Janowski1 Jansen1 Jarrousky1 Joneleit1 Josefowicz1 Juntunen1 Järvi (Neeme)1 Kaasch1 Kahn1 Kameneva1 Karnéus1 Karthäuser1 Karttunen1 Kaufmann1 Keohane1 Kerl1 Ketelen1 Kiss-B1 Kivy1 Kochanovsky1 Kodaly1 Kolosova1 Komsi (A)1 Komsi (P)1 Koroliov1 Kozhukhin1 Kravets1 Kremer1 Kriiku1 Krylov1 Kuijken (S.)1 La Monnaie1 Laneri1 Lang1 Lang Lang1 Larsson1 Le Sage1 Le Texier1 Legendre1 Leleux1 Lemalu1 Les Arts Florissants1 Les Siècles1 Liadov1 Lichdl1 Lille1 Lindberg1 Lingotto1 Linnebach1 Lisiecki1 Lisitsa1 Loges1 London Philharmonic Choir1 Lortie1 Los Angeles Philharmonic Orchestra1 Lucchesini1 Luks1 Lupu1 Maazel1 Madetoja1 Madzar1 Mahler Chamber Orchestra1 Maltman1 Manfrino1 Mann1 Marais1 Margita1 Marks1 Mattila1 Maxwell Davies1 Mehta1 Metcjetina1 Meyer1 Michelangeli1 Milling1 Minaar1 Moiseiwitsch1 Moroz1 Moscou1 Mosolov1 Müller-Schott1 Münchner Staatsoper1 Nagano1 Nahon1 Naughton1 Nelsons1 Nemo1 Netopil1 Neuburger1 New York Philharmonic1 Nono1 Nott1 Odinius1 Ohlsson1 Opéra Comique1 Opéra d'Etat de Vienne1 Orchestra dil Maggio Musicale Fiorentino1 Orchestra of the Age of Enlightment1 Orchestre Baroque d'Amsterdam1 Orchestre National de Lille1 Orchestre Philharmonique Tchèque1 Orchestre Philharmonique d'Helsinki1 Orchestre Philharmonique de Berlin1 Orchestre Philharmonique de Munich1 Orchestre Philharmonique de Rotterdam1 Orchestre Philharmonique de Varsovie1 Orchestre Révolutionnaire et Romantique1 Orchestre du Festival de Budapest1 Orchestre-Atelier Ostinato1 Oskrostsvaridze1 Ovenden1 Pahud1 Panula1 Papavrami1 Pappano1 Paris de la Musique1 Peintre1 Perahia1 Perenyi1 Perle1 Persson1 Pertusi1 Petersen (M.)1 Petrenko1 Pfitzner1 Philadelphia1 Philharmonie de Berlin1 Philharmonie de Cluj1 Piau1 Pintscher1 Pires1 Pittsburgh Symphony1 Plessner1 Poltéra1 Pons1 Poppe1 Poulenc1 Pratt1 Pärt1 Quatuor Arditi1 Quatuor Asasello1 Quatuor Bennewitz1 Quatuor Casals1 Quatuor Danel1 Quatuor Doric1 Quatuor Ebène1 Quatuor Emerson1 Quatuor Escher1 Quatuor Girard1 Quatuor Hagen1 Quatuor Kocian1 Quatuor Modigliani1 Quatuor Oistrakh1 Quatuor Parkanyi1 Quatuor Prazak1 Quatuor Renoir1 Quatuor Zaïde1 Quatuor Zemlinsky1 Queyras1 Rancatore1 Rasilainen1 Reich1 Reinecke1 Renavand1 Rimsky-Korsakov1 Robertson1 Roesel1 Rome1 Rophé1 Rose1 Rotterdam1 Rouvali1 Royal1 Rozanova1 Rubackyte1 Rundfunk Sinfonie-Orchester Berlin1 Räisäinen-Midth1 Röschmann1 SWR Baden Baden1 Saint Clotilde1 Saint Denis1 Saint Saëns1 Saint-Roch1 Salabert1 Salzburg1 San Francisco Symphony1 Savall1 Saxophone1 Sceaux1 Scherbakov1 Schleiermacher1 Schnittke1 Schukkof1 Schuster1 Schwanewilms1 Schäffer1 Segerstam1 Selig1 Semishkur1 Sempé1 Sequenza 9.31 Serdyuk1 Sidhom1 Silvasti1 Simonpietri1 Sinchuk1 Sinfonieorchester des Bayerischer Rundfunk1 Sinopoli1 Siragusa1 Sokolov (Valery)1 Solti1 Son (Y.E.)1 Sorokine1 Southbank Centre1 Spano1 Staatskapelle Dresden1 Staud1 Stenbaek1 Stockhammer1 Stoklossa1 Storgards1 Straka1 Suh1 Swensen1 Swingle Singers1 Synergy Vocals1 Tamestit1 Tansman1 Tchetuev1 Tchinchinadze1 Teitgen1 Texas Festival Chamber Ensemble1 Thomas (I.)1 Thorette1 Théâtre de Poche Montparnasse1 Tiberghien1 Tilson Thomas1 Tippett1 Tischenko1 Trifonov1 Trio Guarneri1 Trombone1 Turin1 Uchida1 Ursuleasa1 Usitalo1 Uusitalo1 Vanskä1 Varjon1 Varèse1 Vasquez1 Vassalo1 Vassilakis1 Vedernikov1 Veneziano1 Ventris1 Verbey1 Verdi1 Vocal Consort Berlin1 Vogt1 Voisin1 Volle1 Volmer1 Volodos1 Vondung1 Wegner1 Weinberg1 Welser-Möst1 Wesseling1 Weynants1 White1 Wispelwey1 Wit1 Yamada1 Yastrybeva1 Ye-Eun1 Yundi Li1 Zagorinskaia1 Zelenka1 Zhidkova1 Zimmermann (F-P)1 Zukerman1 Zukerman Chamber Players1 Zylberstein1 d'Oria Nicolas1 de Maria1
Plus d'éléments