Week-end Rachmaninov, rapiécé, coupé, dépareillé

 ∏ ∏ ∏ / V V
- Paris, Théâtre des Champs Elysées

- Le 22 octobre 2010
- Rachmaninov, Vocalise, op. 34/14  - Concerto n°2 en ut mineur, op. 18 - Danses Symphoniques, op. 45a
Saint Lugansky de Rachmaninov !
- Le 24 octobre 2010
- Rachmaninov, Concerto n°3 enmineur, op. 30 - Symphonie n°2 en mi mineur, op. 27

- Philharmonia Orchestra
- Nikolaï Lugansky, piano
- Vladimir Ashkenazy, direction





    Le programme de départ devait être Grimaud dans le second concerto, Berezovsky dans la Rhapsodie et Lugansky dans le troisième. Les deux premiers nommés s'étant décommandés, il y a eu une bonne nouvelle et une catastrophe. Jamais repu de Rachmaninov, Lugansky arrivait avec deux jours d'avance pour remplacer Grimaud. Et un brillant esprit faisait appel, pour prendre la place du plus grand pianiste russe, au pire qui soit jamais sorti de ce pays, Andreï Korobeinikov. Si cela avait été un remplacement de Kissin, il y aurait eu une certaine logique, dans le genre surenchère. Mais là, cela revenait un peu à substituer Joshua Bell à Hilary Hahn, et encore, c'est méchant pour Bell. Résultat tout de même bénéfique, j'ai séché le second concert par égard pour ma santé, ce qui m'a permis d'avoir la bonne surprise d'un excellent concert de Gardiner. Ayant des espions partout, qu'on se le dise, j'ai reçu à l'entracte de ce dernier concert à Pleyel un bienveillant texto d'une malheureuse qui se trouvait donc au mauvais endroit, au mauvais moment - au TCE le soir du 23 octobre. Je recopie... texto : "Grosse daube au tce... Une cata complète, pas les notes, pas le rythme... Rachma sans Rachma c'est pas facile ! Ashkenazy était au bord de la crise cardiaque". J'ai eu plus tard quelques précisions supplémentaires, dont celle-ci : Ashkenazy aurait dû "mettre les aérofreins" dans la dernière variation tant Korobeinikov était à la ramasse... Bon, eh bien voilà, j'aurais donc fait la critique complète du cycle.

     Avant de parler des brillantes prestations de Lugansky, je dois à mon désespoir m'apesantir sur celles, plus que décevantes, du Philharmonia et d'Ashkenazy. Il faut situer un peu le contexte parisien de cette tournée d'un orchestre qui est l'un des plus fréquemment invités dans la capitale. Le Philharmonia mythique, mort avec Klemperer, n'a jamais retrouvé le lustre de ces dernières années de magnificence - durant lesquelles il s'appelait d'ailleurs New Philharmonia. Mis à part un peu Sinopoli, et trop brièvement le jeune Salonen, personne n'est parvenu à lui redonner la classe, l'autorité instrumentale qui étaient les siennes. Le retour de Salonen à sa tête il y a deux ans laisse augurer une ère à nouveau fastueuse, mais en attendant, cet orchestre reste qualitativement à la traîne du BBC Symphony, du London Philharmonic et évidemment du LSO. C'est en quelque sorte l'Orchestre National d'Angleterre : il est capable du meilleur comme du pire, son niveau intrinsèque étant assez médiocre, en tout cas en ce qui concerne le facteur discriminant des cordes et celui encore plus discriminant des violons. A Paris, on l'a vu ces dernières années tour à tour amorphe (Beethoven avec Muti), courageux, bénéficiant de conduites exemplaires mais manquant tout de même de classe (intégrale Brahms avec Dohnanyi, Schoenberg/Zemlinsky avec Salonen, juste après l'intronisation de ce dernier)... et enfin sublime, brûlant, vertigineux, mort de faim et inoubliable dans le sublimissime Wozzeck donné par Salonen il y a juste un an. Pour que cela fasse vraiment National, il manquait le concert foutraque et vulgaire. C'est fait.

    Ashkenazy a peut-être été un grand pianiste un jour - je n'en sais rien, je n'ai pu l'entendre en concert avant sa retraite de concertiste, et la plupart de ses disques sont si mal enregistrés ; qui plus est, les live sont rares ; mais je dois dire tout de même que son récent Bach ne m'a pas déplu. Allez comprendre, d'autant que ses prestations à la baguette, enregistrées du moins, n'ont pas mauvaise presse. Et j'ai moi-même des souvenirs plutôt sympathiques de certains Sibelius (les premiers pour Decca) et même de son enregistrement de la Manfred de Tchaikovsky. Peut-être y a-t-il une évolution : dans le sens de la facilité, à coup sûr, car pour faire sonner sous son pire jour le Philharmonia (cordes sans cohésion et sans chaleur, équilibres improbables, petite harmonie jouant à la débrouille), un manque d'inspiration ne suffit pas : à un tel degré de médiocrité, cela sentait une grande impréparation. D'ailleurs, un indice en ce sens : dans le finale de la 2e Symphonie, j'ai remarqué qu'à une fin de phrase où les premiers violons ont progressivement le beau rôle, les intéressés étaient contraints de tourner la page au milieu de la dite phrase, celle-ci étant conclue par un violoniste sur deux... (juste avant 70 si ma mémoire est bonne). Avec n'importe quel orchestre de cinquième catégorie, un travail sérieux au tout début des répétitions aurait conduit à faire tourner ciseaux, scotch et photocopieuses pour régler le problème... je soupçonne fortement que cela n'a pas dû se produire qu'à l'endroit où je l'ai remarqué, étant donné le nombre de passages où ces violons se sont montrés inaudibles. C'est tout simplement inconcevable à ce niveau, alors que ces mêmes interprètes ont donné cette symphonie à quatre reprises ces dernières semaines avant leur passage à Paris. Même en considérant que les concerts précédents faisaient office de répétition...

    Cette symphonie aura du reste été le point de non retour du naufrage dans lequel Ashkenazy a emmené l'orchestre. J'en ai entendu, des naufrages, dans cette œuvre suprêmement difficile : le vide discursif (Kreizberg et le National), la complaisance et la trivialité (Gilbert et le NY Ph.). Ashkenazy combine les deux en pire. Et côté prestation orchestrale, on était peut-être plus bas que l'Orchestre de Paris la semaine précédente, qui bénéficiait au moins d'une conduite digne de ce nom avec Järvi. C'est peut-être que les cuivres du Philharmonia sont les seuls pupitres dignes d'une formation de réputation internationale : Ashkenazy les fait systématiquement jouer deux fois trop fort, atteignant des sommets de vulgarité dans un finale totalement navrant, à mille lieux de la chevauchée aristocratique offerte par le compositeur à qui en est capable. Sa battue fort étrange , voire farfelue, laisse les violons à la dérive un peu partout, en particulier dans un premier mouvement  (sans reprise) complètement en vrac, dans lequel ne surnageait que le développement central grâce à la caractérisation réussie des appels de trombones et trompettes. Pour le reste, le néant. Le mouvement lent poussait encore plus loin l'absurdité : je pensais que le solo de clarinette était inratable, alors qu'en fait c'est très simple, il suffit d'un chef qui consacre toute son énergie à... conduire le clarinettiste - au lieu de s'occuper de la cohésion et de l'intensité du délicat accompagnement de cordes : moyennant quoi ce dernier est réduit à un magma indéterminé, sur lequel le malheureux clarinettiste annone un bout de phrase l'un après l'autre au gré de la ligne en pointilés tracée par Ashkenazy. 

    Toutes les transitions sont faites au couteau, enfin, quand il y a une transition, ce qui est rare. Les Danses Symphoniques auront essentiellement souffert de cette absence de conduite, l'orchestre y étant un peu moins bastringue, quoique tout à fait dénué de classe, tout en raideur. Quand on pense que le Philharmonia les a jouées avec Temirkanov en juin dernier... ils doivent bien se rendre compte qu'il y a eu une petite erreur de casting avec cette tournée. Ah oui, et il y a eu la Vocalise, en ouverture du premier concert, mon dieu !! Exécutée dans la plus parfaite indiscipline, avec des équilibres polyphoniques plus que de douteux, une justesse approximative et un esprit joyeusement salonard. Pauvre Rachmaninov. Je ne peux pas m'expliquer comment un homme qui a construit une immense partie de sa réputation en jouant son œuvre sa vie durant (et pas mal, je pense) peut aujourd'hui traiter sa musique comme de la BO hollywoodienne de troisième ordre. Le moins que l'on puisse dire en tout cas est qu'à côté de Lugansky, il faisait très tache.


   Heureusement, le poète a parlé. Tout seul la plupart du temps, mais il a parlé. La cause était presque entendue dans les premières pages du second concerto : magnifique introduction, épurée dans sa densité, d'une respiration évidente. L'exposé aux cordes, comparativement, paraît si compliqué, la gestion de la phrase initiale aux violons étant notoirement alambiquée, et la seconde partie du thème aux violoncelles ne montrant aucune continuité, ne serait-ce que sonore, avec la première - faute de cohésion et même de présence dynamique. Sans doute peut-on constater que Lugansky y imposait un tempo si retenu que des cordes de ce niveaux ne pouvaient qu'improbablement en tenir la respiration : pour autant, on ne saurait lui en faire grief, son métier n'étant pas de faire avec le niveau de l'orchestre... La montée vers le climax et la réexposition centrale sont gâchés par l'approximation de la battue, et les ponctuations du genre pouêêêêt tombent comme des cheveux gras sur la soupe. A plus d'un endroit du I on aura vu les concertmaster du Philharmonia suivre Lugansky du regard pour ne pas l'abandonner en route, faute d'avoir autre chose à suivre... Le II souffrira moins de l'interventionnisme d'Ashkenazy sur les solos que le mouvement lent de la symphonie, mais là encore les trivialités de l'orchestre dans le développement gâtent considérablement le plaisir. 
    C'est curieusement dans le finale que les interprètes semblent se rejoindre un tant soit peu, peut-être parce que c'était là que la conduite de Lugansky a paru la plus lumineuse. On le retrouve là sous son meilleur jour, irréprochable dans la virtuosité, impressionnant dans sa projection des richesses harmoniques - la mini cadence amenant la péroraison finale ! - et surtout, bien sûr, formidablement poétique : impossible de discuter la considérable différenciation de tempo entre les deux idées principales, tant le thèle lyrique est traité avec dignité et concentration : la lenteur dans Rachmaninov n'est pas accessible à tous mais n'a nullement vocation à rendre sa musique complaisante, c'est la grande leçon de cet interprète qui comprend peut-être comme personne la force symbolisatrice, la flamme sous-jacente de ces grandes phrases à dompter de l'intérieur.
    La démonstration qu'il fait de cela dans le concerto en mineur est totale et parfaite, cette fois de bout en bout. En tout cas, pour ce qui est de la caractérisation absolument juste de chaque motif, et encore plus de chaque transition, tous ces ponts qui paraissent notoirement abscons et bavards sous d'autres doigts, et qui forment à chaque fois ici un chant profond - plein de sens. Ce n'est pas la même immédiateté que celle de Berezovsky,  ce n'est pas la sensation d'un vertige intuitif qui domine, ni la même facilité insolente, et bien sûr que tout est beaucoup plus construit : mais pour autant, on ne sent pas les centaines d'heures de sueur que Lugansky a forcément enduré pour en arriver, précisément, à ce degré de possession intime de la partition. On sent seulement cette possession et cette intimité, un amour incommensurable de cette musique, incommensurable mais dont la mesure est pourtant dominée. 
Pianistiquement, il n'y aura eu qu'un petit coup de moins bien, très relatif, à l'entame du finale, finale qui pour le reste m'a arraché des larmes durant toute sa deuxième moitié, au moins à partir du miraculeux (enfin, ce soir-là) passage ci-dessus. Un des nombreux endroits où l'on ne pouvait que se dire : Rachmaninov, c'est ça, ce n'est pas du faux, c'est du vrai. Ce n'est pas compliqué, c'est difficile, mais le résultat est simple. Le constat est encore plus rare quand il s'agit de l'intermezzo, où Lugansky est royal. Ce motif caché dans les quintolets de main gauche, dans le premier solo ! Ou, ci-contre, tout l'accompagnement des bois dans le dernier épisode, aveuglant d'évidence, lumineusement évocateur. On a retrouvé le grand serviteur, celui auquel il faudra un jour élever un monument pour services rendus à Rachmaninov. On s'est souvenu, non seulement qu'il est à mille lieux du cliché absurde du virtuose froid (à moins qu'il s'agisse de beauté froide ? Rachmaninov ne jouait pas comme ça, peut-être ?), mais qu'il a plusieurs dimensions dans la façon de montrer son dévouement au compositeur. L'an passé, dans un extraordinaire Premier Concerto (sous la baguette, de Pletnev, d'une tout autre classe que celle d'Ashkenazy), il parvenait à la même profondeur dans l'exhibition clarifiée du texte, mais avec quelque chose de plus brut, sauvage et dangereux dans l'investissement pianistique. Ce qu'il a donné là était plus civilisé et sophistiqué, mais la classe, le caractère exceptionnellement légitime de son engagement sont aussi indiscutables.

Théo Bélaud
Contrat Creative Commons
le petit concertorialiste by Théo Bélaud est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 2.0 France

Libellés

Brahms31 Orchestre Philharmonique de Radio-France29 Schumann29 Chopin25 Mozart25 Quatuor23 Rachmaninov23 Mahler21 Orchestre de Paris21 Schubert21 Orchestre National de France19 Opéra17 Orchestres britanniques16 Pianistes français16 Ravel16 Choeur/Maitrise de Radio-France15 Violoncelle15 Bach14 Prokofiev14 Salonen14 Sibelius14 Bartok13 Chostakovitch13 Orchestres allemands/autrichiens13 Berg12 Edition musicale / historiographie12 Franck (M.)12 La Roque12 Tchaikovsky12 Cité de la Musique11 Debussy11 Haydn11 Järvi (Paavo)11 Mendelssohn11 Philharmonie de Paris11 Stravinsky11 Maison de Radio-France10 Wagner10 Berezovsky9 Ensembles/solistes baroques9 Lugansky9 Pianistes hongrois9 Buniatishvili8 Châtelet8 Hannigan8 Louvre8 Barenboim7 London Symphony Orchestra7 Opéra National de Paris7 Orchestres russes7 Pianistes italiens7 Schoenberg7 Bruckner6 Gergiev6 Jurowski6 Le Touquet6 Présences6 Ranki6 Strauss6 clarinette6 Andsnes5 Berlioz5 Bouffes du Nord5 Ciccolini5 Davis (Colin)5 Janacek5 Leonskaja5 London5 London Philharmonic Orchestra5 Masur5 Pollini5 Sokolov5 de la Salle5 Bastille4 Boulez4 Britten4 Cortot (salle)4 Dusapin4 Ensemble Intercontemporain4 Ensemble Modern4 Gatti4 Ligeti4 Moussorgsky4 Orchestres américains4 Philharmonia Orchestra4 Repin4 Rudenko4 Staatskapelle Berlin4 Wittgenstein4 Academia Santa Cecilia3 Alto3 Bagatelle3 Berlin3 Bruxelles3 Chung3 De Falla3 Denoke3 Dvorak3 Festival d'Automne à Paris3 Freire3 Gaveau3 Grange de Meslay3 Grimaud3 Hautbois3 Inbal3 Kalagina3 Klukon3 Kurtag3 Mantovani3 Mariinsky3 Medtner3 Muti3 Nigl3 Ollu3 Orchestre Philharmonique de Saint Petersbourg3 Orchestre Philharmonique de Vienne3 Palais Garnier3 Pletnev3 Rameau3 Rosen3 Rossini3 Saraste3 Seine Musicale3 Szymanowski3 Tetzlaff3 Thielemann3 Virsaladze3 Webern3 Widmann3 Zemlinsky3 Znaider3 Abbado2 Adorno2 Aix-en-Provence2 Angelich2 Arbo2 Auteuil2 Boulez-Saal2 Braunstein2 Breitkopf2 Buniatishvili (G.)2 Chauviré2 Chicago Symphony2 Choeur de l'Orchestre de Paris2 Concertgebouw d'Amsterdam2 Conolly2 Covent Garden2 Cowell2 Dalhaus2 Dohnanyi2 Dukas2 Dutilleux2 Ensemble Orchestral de Paris2 Fauré2 Fedosseyev2 Flûte2 Furtwängler2 Gershwin2 Gewandhaus Leipzig2 Glück2 Goerne2 Grieg2 Grinberg2 Gubanova2 H.J. Mayer2 Hahn2 Haitink2 Hanslick2 Harding2 Hengelbrock2 Heras-Casado2 Herrmann2 Hillborg2 Hirsch2 Honeck2 Institut Hongrois2 Ives2 Jansons2 Jordan2 Kavakos2 Khachatryan2 Klinton2 Koopman2 Kovacevich2 Kreisler2 Lachenmann2 Langrée2 Lutoslawski2 Lyapunov2 Manzoni2 Masycheva2 Matsuev2 Mattei2 Messiaen2 Meyer (Paul)2 Mullova2 Mälkki2 Noseda2 Oelze2 Orchestre Symphonique Tchaikovsky2 Orchestre du Conservatoire de Paris2 Orchestre du Festival de Lucerne2 Orsay2 Petibon2 Pontoise2 Prohaska2 Quatuor Arod2 Quatuor Artemis2 Quatuor Borodin2 Quatuor Diotima2 Quatuor Pavel Haas2 Roth2 Roussev2 Rydl2 Saariaho2 Saint Roch2 Sallinen2 Scriabin2 Sinfonia Varsovia2 Soulez2 Temirkanov2 Théâtre de la Ville2 Weber2 West-Eastern Divan Orchestra2 Youn2 Yuja Wang2 Zehetmair2 Zinman2 1041 Ablinger-Sperrhake1 Abrahamyan1 Académie d'Etat de Moscou1 Adams1 Adès1 Afkham1 Agache1 Aikin1 Aimard1 Ambronay1 Amy1 Antheil1 Antonini1 Ars Nova1 Ashkenazy1 Athénée1 Attahir1 BBC Symphony Orchestra1 Baechle1 Ballet1 Balthasar-Neumann Ensemble und Chor1 Barath1 Barber1 Barbican1 Barenboim (Michaël)1 Bashkirova1 Bausch1 Bedford1 Begley1 Benjamin1 Benzi1 Berglund1 Berio1 Berlinskaïa1 Blacher1 Blomstedt1 Bonitatibus1 Borodin1 Borodina1 Bou1 Bourion1 Bozar1 Brauer1 Bringuier1 Briot1 Bronfman1 Brunnet-Grupposo1 Bryant1 Buchbinder1 Bulycheva1 Bärenreiter1 Cage1 Cambreling1 Capuçon (G.)1 Carsen1 Casadei1 Casella1 Caussé1 Cerha1 Chailly1 Chamayou1 Chamber Orchestra of Europe1 Chapuis1 Charpentier1 Cheng1 Choeur National d'Estonie1 Choi1 Choir of Eltham College1 Christie1 Ciampollini1 Ciuller1 Clavecin1 Claycomb1 Cleveland Orchestra1 Collegium 17041 Colli1 Colonne1 Concert des Nations1 Condoluci1 Conlon1 Conservatoire Royal1 Coppey1 Cor1 Couperin1 Courkal1 Crapez1 Crumb1 Csalog1 Cuende1 Dalayman1 Dalbavie1 Damiens1 Danse1 Danto1 Dasch1 Davislim1 De Visée1 De la Fuente1 Delangle1 Delestska1 Demarquette1 Desjardins1 Deutsch1 Devilleneuve1 Diener1 Dohnanyi (E.)1 Dolgov1 Dombrecht1 Dubois1 Dudamel1 Dudinova1 Dumaux1 Duruflé1 Dutoit1 Eisler1 El Khoury1 Elgr1 Elliot1 Elsner1 End of the World1 Engerer1 Ensemble Avanti1 Ensemble Correspondances1 Ensemble Kanazawa1 Ensemble Musikfabrik1 Ensemble Pierre Robert1 Ensemble Resonanz1 Evin1 Eötvös1 Faber1 Farina1 Fasolis1 Faust1 Fedele1 Fedorova1 Fekete1 Fin du monde1 Fink1 Fiolia1 Fischer (I.)1 Fischer (J.)1 Forcalquier1 Forsyth1 Franck1 Frang1 Fray1 Fritz1 Frühbeck de Burgos1 Fujimura1 Gardiner1 Gerstein1 Giardinio Armonico1 Gilels1 Ginzburg1 Glanert1 Glazounov1 Gluzman1 Gould (S.)1 Granados1 Granjon1 Grimal1 Grisey1 Groves1 Groza1 Gubisch1 Gulbenkian1 Gutman1 Güra1 Hackbarth1 Haenchen1 Haendel1 Hampson1 Hantaï1 Harada1 Harteros1 Helmchen1 Henschel (D.)1 Henschel (J.)1 Henze1 Herlitzius1 Hoffman (Gary)1 Hofmann1 Honegger1 Hope1 Horowitz1 I Barrochisti1 Il Fondamento1 Inoue1 Invernizzi1 Isokoski1 Isserlis1 Izquierdo1 Jablonski1 Jalbert1 Jando1 Janowski1 Jansen1 Jarrousky1 Joneleit1 Josefowicz1 Juntunen1 Järvi (Neeme)1 Kaasch1 Kahn1 Kameneva1 Karnéus1 Karthäuser1 Karttunen1 Kaufmann1 Keohane1 Kerl1 Ketelen1 Kiss-B1 Kivy1 Kochanovsky1 Kodaly1 Kolosova1 Komsi (A)1 Komsi (P)1 Koroliov1 Kozhukhin1 Kravets1 Kremer1 Kriiku1 Krylov1 Kuijken (S.)1 La Monnaie1 Laneri1 Lang1 Lang Lang1 Larsson1 Le Sage1 Le Texier1 Legendre1 Leleux1 Lemalu1 Les Arts Florissants1 Les Siècles1 Liadov1 Lichdl1 Lille1 Lindberg1 Lingotto1 Linnebach1 Lisiecki1 Lisitsa1 Loges1 London Philharmonic Choir1 Lortie1 Los Angeles Philharmonic Orchestra1 Lucchesini1 Luks1 Lupu1 Maazel1 Madetoja1 Madzar1 Mahler Chamber Orchestra1 Maltman1 Manfrino1 Mann1 Marais1 Margita1 Marks1 Mattila1 Maxwell Davies1 Mehta1 Metcjetina1 Meyer1 Michelangeli1 Milling1 Minaar1 Moiseiwitsch1 Moroz1 Moscou1 Mosolov1 Müller-Schott1 Münchner Staatsoper1 Nagano1 Nahon1 Naughton1 Nelsons1 Nemo1 Netopil1 Neuburger1 New York Philharmonic1 Nono1 Nott1 Odinius1 Ohlsson1 Opéra Comique1 Opéra d'Etat de Vienne1 Orchestra dil Maggio Musicale Fiorentino1 Orchestra of the Age of Enlightment1 Orchestre Baroque d'Amsterdam1 Orchestre National de Lille1 Orchestre Philharmonique Tchèque1 Orchestre Philharmonique d'Helsinki1 Orchestre Philharmonique de Berlin1 Orchestre Philharmonique de Munich1 Orchestre Philharmonique de Rotterdam1 Orchestre Philharmonique de Varsovie1 Orchestre Révolutionnaire et Romantique1 Orchestre du Festival de Budapest1 Orchestre-Atelier Ostinato1 Oskrostsvaridze1 Ovenden1 Pahud1 Panula1 Papavrami1 Pappano1 Paris de la Musique1 Peintre1 Perahia1 Perenyi1 Perle1 Persson1 Pertusi1 Petersen (M.)1 Petrenko1 Pfitzner1 Philadelphia1 Philharmonie de Berlin1 Philharmonie de Cluj1 Piau1 Pintscher1 Pires1 Pittsburgh Symphony1 Plessner1 Poltéra1 Pons1 Poppe1 Poulenc1 Pratt1 Pärt1 Quatuor Arditi1 Quatuor Asasello1 Quatuor Bennewitz1 Quatuor Casals1 Quatuor Danel1 Quatuor Doric1 Quatuor Ebène1 Quatuor Emerson1 Quatuor Escher1 Quatuor Girard1 Quatuor Hagen1 Quatuor Kocian1 Quatuor Modigliani1 Quatuor Oistrakh1 Quatuor Parkanyi1 Quatuor Prazak1 Quatuor Renoir1 Quatuor Zaïde1 Quatuor Zemlinsky1 Queyras1 Rancatore1 Rasilainen1 Reich1 Reinecke1 Renavand1 Rimsky-Korsakov1 Robertson1 Roesel1 Rome1 Rophé1 Rose1 Rotterdam1 Rouvali1 Royal1 Rozanova1 Rubackyte1 Rundfunk Sinfonie-Orchester Berlin1 Räisäinen-Midth1 Röschmann1 SWR Baden Baden1 Saint Clotilde1 Saint Denis1 Saint Saëns1 Saint-Roch1 Salabert1 Salzburg1 San Francisco Symphony1 Savall1 Saxophone1 Sceaux1 Scherbakov1 Schleiermacher1 Schnittke1 Schukkof1 Schuster1 Schwanewilms1 Schäffer1 Segerstam1 Selig1 Semishkur1 Sempé1 Sequenza 9.31 Serdyuk1 Sidhom1 Silvasti1 Simonpietri1 Sinchuk1 Sinfonieorchester des Bayerischer Rundfunk1 Sinopoli1 Siragusa1 Sokolov (Valery)1 Solti1 Son (Y.E.)1 Sorokine1 Southbank Centre1 Spano1 Staatskapelle Dresden1 Staud1 Stenbaek1 Stockhammer1 Stoklossa1 Storgards1 Straka1 Suh1 Swensen1 Swingle Singers1 Synergy Vocals1 Tamestit1 Tansman1 Tchetuev1 Tchinchinadze1 Teitgen1 Texas Festival Chamber Ensemble1 Thomas (I.)1 Thorette1 Théâtre de Poche Montparnasse1 Tiberghien1 Tilson Thomas1 Tippett1 Tischenko1 Trifonov1 Trio Guarneri1 Trombone1 Turin1 Uchida1 Ursuleasa1 Usitalo1 Uusitalo1 Vanskä1 Varjon1 Varèse1 Vasquez1 Vassalo1 Vassilakis1 Vedernikov1 Veneziano1 Ventris1 Verbey1 Verdi1 Vocal Consort Berlin1 Vogt1 Voisin1 Volle1 Volmer1 Volodos1 Vondung1 Wegner1 Weinberg1 Welser-Möst1 Wesseling1 Weynants1 White1 Wispelwey1 Wit1 Yamada1 Yastrybeva1 Ye-Eun1 Yundi Li1 Zagorinskaia1 Zelenka1 Zhidkova1 Zimmermann (F-P)1 Zukerman1 Zukerman Chamber Players1 Zylberstein1 d'Oria Nicolas1 de Maria1
Plus d'éléments