Pura cosa musicale

∏ ∏ ∏ ∏
Ω
- Paris, Cité de la Musique, le 8 janvier 2011
- Chostakovitch, Quatuor n°1 en ut majeur, op. 49 - Quatuor n°7 en fa dièse majeur, op. 108 - Quatuor n°3 en fa majeur, op. 73

- Paris, Cité de la Musique, le 9 janvier 2011
- Quatuor n°4 enmajeur, op. 83 - Quatuor n°11 en fa mineur, op. 122 - Quatuor n°12 enbémol majeur, op. 133

- Quatuor Borodin : Ruben Aharonian, 1er violon ; Andreï Abramenkov, 2nd violon ; Igor Naidin, alto - Vladimir Balshin, violoncelle

    Je ne vais pas décrire grand chose ici, contrairement aux autres concerts (de "répertoire" du moins) que j'ai choisi de présenter ici comme des accomplissements majeurs de la saison. Ne serait-ce que parce que c'est pour moi tellement davantage, comme l'était déjà le concert des Borodin sur la même scène l'an passé - mais en plus fort encore. Les données, pour une large part, étaient pourtant les mêmes que pour le programme Schubert-Brahms de janvier 2010 - j'entendais alors pour la toute première fois les nouveaux Borodin, parmi lesquels ne subsiste de l'ancienne formation qu'Abramenkov, 2nd violon depuis 1976, recruté par Valentin Berlinsky presque en même temps que Kopelman. C'est Berlinsky aussi qui a choisi tous les autres membres actuels, d'abord Aharonian (promu directement de chef et professeur anonyme d'Erevan à empereur plénipotentiaire du plus grand quatuor du monde), ensuite Naidin et enfin son propre remplaçant, Balshin, en 2007, un an avant sa mort. Berlinsky a bien choisi : il savait ce qu'il faisait et pourquoi il le faisait - pour que tout change sans rien changer de l'essentiel. Tout cela, je l'ai appris ou compris après la dernière Biennale : avant les premières minutes du 10e de Schubert, je pensais que les Borodin, comme les Juilliard, les Fine Arts ou les Tokyo, c'était fini, et que l'appellation relevait au mieux d'un héritage trop lourd, au pire d'une usurpation : les Borodin sans Kopelman ni Berlinsky, sans Richter aurais-je presque pu ajouter ? Et puis quoi, encore ? Puis l'incroyable miracle s'est produit, un des cinq plus extraordinaires concerts donnés à Paris l'année passée.
Valentin Berlinsky
    Idem cette année donc, en double (vous pouvez lire le double oméga, non prévu dans ma symbolique, comme s'appliquant distinctement aux deux concerts, mais comme c'est idiot, vous pouvez aussi l'interpréter autrement). Premier point : j'évacue en vitesse, non pas pudiquement mais parce que c'est anecdotique, les quelques minutes de ces deux concerts où la tension est passée de "gigantesque" à "assez forte" : la première section (le moderato proprement dit) du premier mouvement du 12e Quatuor. Et je ne suis même pas sûr que les interprètes en soient responsables, très honnêtement : l'écoute, celle de mon oreille en tout cas, a très bien pu l'être, du fait de l'irruption ici singulière d'une problématique dodécaphonique. En théorie justement, je ne vois pas comment un quatuor pourrait mieux convenir que les Borodin à l'écriture à douze sons, et ne demande d'ailleurs qu'à le vérifier.

    Pourquoi ? Parce que, si Dalhaus a pu parler de l'idée de musique absolue et Rabinovitch tenter d'évoquer une pura cosa mentale, ce que proposent les actuels Borodin est une sorte d'idéale synthèse des deux. Est-il bien raisonnable d'en venir à de telles extrémités laudatives pour des simples... interprètes ? Je pense que oui. Même si cela se fait d'une certaine façon à leur corps défendant, et que leur façon de jouer est probablement la seule qu'ils aient pu choisir, ce qui relativise beaucoup l'idée de choix. En choisissant Aharonian, Berlinsky a opté pour une continuité portant sur l'essentiel et non sur l'écume. Il est clair que ce violoniste, qui pour avoir été obscur durant quarante ans n'en a pas moins été élève de Kogan, ne propose ni le son capiteux et abrasif ni la conduite entêtante, profondément battue de l'intérieur de son illustre prédécesseur.. ou de son professeur. S'il fallait rapprocher son violon d'autres grands en activité, ce serait d'ailleurs bien plus d'Hilary Hahn que de la plupart des russes : pour la relation de concentration assez surnaturelle entretenue avec la justesse, l'extraordinaire finesse du trait, le cadre dynamique minimaliste au sein duquel l'intensité est toujours immédiate. On pourrait résumer tout cela par autant de négation : le non constructivisme, le non psychologisme, le non descriptif, etc. Cela ne serait pas si fascinant si, en digne successeur de despote, Aharonian n'avait pas imprimé sa marque sur l'ensemble de la formation.
    Notre culture occidentale de la musique de chambre conduit logiquement à voir là... la négation de la musique de chambre, représentée comme partage musical par excellence, comme lieu privilégié de la négociation interprétative, de la démocratie instrumentale. Il y a pourtant, s'agissant du moins du quatuor à cordes, une forme de schizophrénie ici : ne prétend on pas aussi que le quatuor, comme forme possiblement parfaite de la musique savante, doit être perçu comme étant un seul instrument ? Et dans ce cas, ne faut-il pas que l'un des cerveaux, l'une des volontés qui le compose soumette intégralement les trois autres ? Il y a à coup sûr plusieurs réponses pratiques à ces questions (l'exact inverse des Borodin, le Quatuor Zehetmair, en étant la splendide démonstration). Mais il est clair que les Borodin du règne d'Aharonian proposent, dans presque tous les répertoires qu'ils abordent, une des plus fortes imaginables.
G. à d. : Balshin, Aharonian, Naidin, Abramenkov
    La marque imprimée par Aharonian (qui était déjà identifiable, au disque, quand il cohabitait avec Berlinsky) se distingue donc des précédents Borodin quant au son, à la dynamique et au rapport à la forme. Mais pas quant à l'esprit, à tout le moins celui présidant à l'interprétation de Chostakovitch. Mon point de vue est tout simplement que la présente génération s'est aventurée plus loin dans la logique de la précédente, c'est-à-dire en s'élançant vers l'épure la plus complète. Il y a une analogie que je crois digne d'intérêt entre cette évolution et la communauté de logique qui à mes yeux existe avec d'autres grands couples interprétatifs de notre temps : Koroliov/Bach et Berezovsky/Chopin notamment. Il y a eu nombre d'endroits lors de ces deux concerts Chostakovitch où ce que j'entendais m'a paru vivre du même air incroyablement purifié que le début, par exemple, du Clavier Bien Tempéré de Koroliov. Un air sans aucun accent, sans aucun phrasé au sens musicalisant, sans aucun geste indiquant grossièrement une signification. C'est ce qu'il y a de commun entre ces couples, et au-delà s'y ajoute une chose encore plus fondamentale, qui est l'indépendance absolue à l'égard des questions de significations (ou de représentations). S'il y a pour moi une idée pertinente de musique absolue, que l'on peut aussi bien trouver dans le Clavier, dans les études de Chopin, dans les quatuors de Beethoven ou Chostakovitch, c'est bien celle-là : qui échappe au prosaïsme des représentations (psychologiques) et significations (verbales). C'est une certaine image de pureté dans l'abstraction, comme condition de la vraie poésie. Car après tout c'est ce qui est noté sur le papier, par définition. L'enjeu, particulièrement pour ces corpus essentiels de l'histoire de la musique, est que cette image n'est pas donnée mais dépend de conditions techniques de réalisation, pour offrir cette pure chose musicale. Dont il n'y aurait ensuite, idéalement, plus rien à dire.

    J'ai illustré mon chapeau par l'avant-dernière page du 3e Quatuor. Cela aurait pu être la première du 4e, ou le développement de son second mouvement. Ou la glaçante coda du 12e, poussée à un point inouï d'énergie lumineuse à force d'être comptée ; ou tant d'autres choses. Mis à part comme échantillons représentatifs d'une manière d'ensemble, cela n'aurait pas de grande valeur de parler de passages pour les commenter en tant que passages. Pour dire quoi ? Qu'à tel endroit la dynamique indiquée est supérieure, le tempo indiqué plus lent ou plus rapide ? Oui, je peux vous en faire une page, je la ferais sans doute pour partie s'il s'agissait d'un autre quatuor, au jeu ordinaire. Mais cela n'a absolument aucun intérêt. Deux remarques à ce sujet, d'abord sur les tempos. Elizabeth Wilson dans son ouvrage sur Chostakovitch cite une anecdote qui lui aurait été rapportée par Berlinsky, au sujet d'une répétition du quatrième mouvement du 3e Quatuor en présence du compositeur : celui-ci aurait déclaré, pressant les musiciens de presser la battue, "pendant que vous étirez ainsi ce do dièse, le public va s'endormir !". Et Berlinsky d'en conclure que les désirs exprimés par Chostakovitch contredisaient fréquemment ses indications écrites,  - comme pour quantité d'autres compositeurs d'ailleurs - et même que le maître rendait son métronome supposé défectueux responsable des problèmes ! Au reste, si le temps a pu sembler prendre une forme beaucoup plus étale que dans les enregistrements des Borodin historiques (étale ne voulant évidemment pas dire ennuyeuse ici), les différences de minutage ont souvent été faibles, ce que les films des concerts mis à disposition par Medici TV permettent de vérifier (le 4e, notamment, présente exactement la même durée qu'au disque, avec des proportions internes quasi identiques).
   Quant aux dynamiques, faut-il vraiment encore, aujourd'hui, s'expliquer là-dessus, après tout ce que les générations fondatrices de l'interprétation enregistrée, et les générations actuelles ou encore les compositeurs eux-mêmes nous ont appris sur leur relativité ? Relativité absolue, relativité des unes par rapport aux autres. Un ami me disait un jour que Messiaen lui avait demandé de ne pas suivre une de ses indications dynamiques au motif qu'elle était d'ordre "moral". Les ff de Chostakovitch, disons par exemple le premier de l'exposé du 4e Quatuor, ne sont-ils pas moraux, de la même manière que, pris comme élément matériel de guidage l'espressivo de l'entame de l'adagio du 3e peut induire l'accent traînant que réprouvait le compositeur ? Ne peut-on pas produire une intensité aussi forte en y passant d'un mezzo piano à un poco forte ? Et ne parvient-on pas à un résultat plus expressif pour l'adagio du 3e en s'appuyant sur un do dièse initial sans accent ni aucune variation d'intensité ? Apparemment, dans ces deux cas précis au moins, la réponse est oui. Mais au-delà de ces cas précis, il s'agit bien d'élément fondamentaux de l'interprétation musicale qui sont en jeu.

    C'est bien l'impossibilité de décrire une démonstration d'une telle qualité qui se manifeste ainsi : je pourrais prendre bien d'autres exemples, comme
- dans le 4e, à l'andantino, le lyrisme vertigineux d'épure, tant d'Aharonian que d'Abramenkov,
- dans le 11e, la fabuleuse finesse (et justesse ! ) des glissandos d'Aharonian dans le scherzo,
- dans le 11e encore, l'unité d'intonation, formidable dans son économie de moyens, de l'alto et du violoncelle à l'élégie,
- fait fascinant pour d'autres raisons aussi peut-être, le niveau de réussite incroyable de chacune des codas de chacun des quatuors, - à l'exception peut-être du 7e ? - et surtout pour le 11e toujours, irréelles dernières mesures d'Aharonian, instant irrespirable et en même temps tellement doux et serein : un de ces moments, un peu comme le finale du Schubert de l'an passé, où je me demandais si je n'entendais pas tout simplement un des trois plus grands violonistes vivants.
    Mais ce serait au fond pour dire toujours la même chose, et m'émerveiller à répétition de ce passage dans la dimension supérieure, réelle de la musique qu'est son élévation à un pur jeu de formes qui sont belles comme telles, ont du sens comme telles, vont comme telles droit au cœur. Et ce ne serait que pour encore et encore parachever mon parallèle avec le Bach d'untel, le Chopin de tel autre, et pourquoi pas, encore plus et mieux, le Schubert de leur ancien partenaire privilégié - Richter : pas n'importe lequel, un, précis et à mon sens à part. Celui de la Reliquie. Prise dans son ensemble. Il serait superflu et superficiel que j'explique ici. Allez donc écouter ou réécouter. C'est de la même famille de ces éléments fondamentaux de la musique que tout ceci relève.

    Un mot de conclusion : il serait erroné de croire qu'en jouant ces œuvres du Chostakovitch le plus essentiel avec une telle distance par rapport aux représentations émotionnelles convenues les Borodin font entendre une musique exclusivement dépressive, comme si une complaisance encore plus perfide dans sa dimension de figure de style venait se substituer à une autre. Comme si l'air était ici raréfié par esthétisme de la raréfaction, alors qu'il l'est seulement parce qu'on en a retiré tout ce qui pouvait y être insincère ou extrapolé. Non, derrière l'absence d'accent, de déflagrations, de phrasés, absences observées avec une telle discipline et une telle unité, il y a au cœur de ce qu'on entend une lumière merveilleuse, profondément optimiste et surtout doucement consolatrice. Une humanité, mais qui ne vient pas nous dire de contempler l'humanité, mais qui l'élève : ce qui est aussi un trait fondamental de la musique.

Théo Bélaud
Contrat Creative Commons

Libellés

Brahms31 Orchestre Philharmonique de Radio-France29 Schumann29 Chopin25 Mozart25 Quatuor23 Rachmaninov23 Mahler21 Orchestre de Paris21 Schubert21 Orchestre National de France19 Opéra17 Orchestres britanniques16 Pianistes français16 Ravel16 Choeur/Maitrise de Radio-France15 Violoncelle15 Bach14 Prokofiev14 Salonen14 Sibelius14 Bartok13 Chostakovitch13 Orchestres allemands/autrichiens13 Berg12 Edition musicale / historiographie12 Franck (M.)12 La Roque12 Tchaikovsky12 Cité de la Musique11 Debussy11 Haydn11 Järvi (Paavo)11 Mendelssohn11 Philharmonie de Paris11 Stravinsky11 Maison de Radio-France10 Wagner10 Berezovsky9 Ensembles/solistes baroques9 Lugansky9 Pianistes hongrois9 Buniatishvili8 Châtelet8 Hannigan8 Louvre8 Barenboim7 London Symphony Orchestra7 Opéra National de Paris7 Orchestres russes7 Pianistes italiens7 Schoenberg7 Bruckner6 Gergiev6 Jurowski6 Le Touquet6 Présences6 Ranki6 Strauss6 clarinette6 Andsnes5 Berlioz5 Bouffes du Nord5 Ciccolini5 Davis (Colin)5 Janacek5 Leonskaja5 London5 London Philharmonic Orchestra5 Masur5 Pollini5 Sokolov5 de la Salle5 Bastille4 Boulez4 Britten4 Cortot (salle)4 Dusapin4 Ensemble Intercontemporain4 Ensemble Modern4 Gatti4 Ligeti4 Moussorgsky4 Orchestres américains4 Philharmonia Orchestra4 Repin4 Rudenko4 Staatskapelle Berlin4 Wittgenstein4 Academia Santa Cecilia3 Alto3 Bagatelle3 Berlin3 Bruxelles3 Chung3 De Falla3 Denoke3 Dvorak3 Festival d'Automne à Paris3 Freire3 Gaveau3 Grange de Meslay3 Grimaud3 Hautbois3 Inbal3 Kalagina3 Klukon3 Kurtag3 Mantovani3 Mariinsky3 Medtner3 Muti3 Nigl3 Ollu3 Orchestre Philharmonique de Saint Petersbourg3 Orchestre Philharmonique de Vienne3 Palais Garnier3 Pletnev3 Rameau3 Rosen3 Rossini3 Saraste3 Seine Musicale3 Szymanowski3 Tetzlaff3 Thielemann3 Virsaladze3 Webern3 Widmann3 Zemlinsky3 Znaider3 Abbado2 Adorno2 Aix-en-Provence2 Angelich2 Arbo2 Auteuil2 Boulez-Saal2 Braunstein2 Breitkopf2 Buniatishvili (G.)2 Chauviré2 Chicago Symphony2 Choeur de l'Orchestre de Paris2 Concertgebouw d'Amsterdam2 Conolly2 Covent Garden2 Cowell2 Dalhaus2 Dohnanyi2 Dukas2 Dutilleux2 Ensemble Orchestral de Paris2 Fauré2 Fedosseyev2 Flûte2 Furtwängler2 Gershwin2 Gewandhaus Leipzig2 Glück2 Goerne2 Grieg2 Grinberg2 Gubanova2 H.J. Mayer2 Hahn2 Haitink2 Hanslick2 Harding2 Hengelbrock2 Heras-Casado2 Herrmann2 Hillborg2 Hirsch2 Honeck2 Institut Hongrois2 Ives2 Jansons2 Jordan2 Kavakos2 Khachatryan2 Klinton2 Koopman2 Kovacevich2 Kreisler2 Lachenmann2 Langrée2 Lutoslawski2 Lyapunov2 Manzoni2 Masycheva2 Matsuev2 Mattei2 Messiaen2 Meyer (Paul)2 Mullova2 Mälkki2 Noseda2 Oelze2 Orchestre Symphonique Tchaikovsky2 Orchestre du Conservatoire de Paris2 Orchestre du Festival de Lucerne2 Orsay2 Petibon2 Pontoise2 Prohaska2 Quatuor Arod2 Quatuor Artemis2 Quatuor Borodin2 Quatuor Diotima2 Quatuor Pavel Haas2 Roth2 Roussev2 Rydl2 Saariaho2 Saint Roch2 Sallinen2 Scriabin2 Sinfonia Varsovia2 Soulez2 Temirkanov2 Théâtre de la Ville2 Weber2 West-Eastern Divan Orchestra2 Youn2 Yuja Wang2 Zehetmair2 Zinman2 1041 Ablinger-Sperrhake1 Abrahamyan1 Académie d'Etat de Moscou1 Adams1 Adès1 Afkham1 Agache1 Aikin1 Aimard1 Ambronay1 Amy1 Antheil1 Antonini1 Ars Nova1 Ashkenazy1 Athénée1 Attahir1 BBC Symphony Orchestra1 Baechle1 Ballet1 Balthasar-Neumann Ensemble und Chor1 Barath1 Barber1 Barbican1 Barenboim (Michaël)1 Bashkirova1 Bausch1 Bedford1 Begley1 Benjamin1 Benzi1 Berglund1 Berio1 Berlinskaïa1 Blacher1 Blomstedt1 Bonitatibus1 Borodin1 Borodina1 Bou1 Bourion1 Bozar1 Brauer1 Bringuier1 Briot1 Bronfman1 Brunnet-Grupposo1 Bryant1 Buchbinder1 Bulycheva1 Bärenreiter1 Cage1 Cambreling1 Capuçon (G.)1 Carsen1 Casadei1 Casella1 Caussé1 Cerha1 Chailly1 Chamayou1 Chamber Orchestra of Europe1 Chapuis1 Charpentier1 Cheng1 Choeur National d'Estonie1 Choi1 Choir of Eltham College1 Christie1 Ciampollini1 Ciuller1 Clavecin1 Claycomb1 Cleveland Orchestra1 Collegium 17041 Colli1 Colonne1 Concert des Nations1 Condoluci1 Conlon1 Conservatoire Royal1 Coppey1 Cor1 Couperin1 Courkal1 Crapez1 Crumb1 Csalog1 Cuende1 Dalayman1 Dalbavie1 Damiens1 Danse1 Danto1 Dasch1 Davislim1 De Visée1 De la Fuente1 Delangle1 Delestska1 Demarquette1 Desjardins1 Deutsch1 Devilleneuve1 Diener1 Dohnanyi (E.)1 Dolgov1 Dombrecht1 Dubois1 Dudamel1 Dudinova1 Dumaux1 Duruflé1 Dutoit1 Eisler1 El Khoury1 Elgr1 Elliot1 Elsner1 End of the World1 Engerer1 Ensemble Avanti1 Ensemble Correspondances1 Ensemble Kanazawa1 Ensemble Musikfabrik1 Ensemble Pierre Robert1 Ensemble Resonanz1 Evin1 Eötvös1 Faber1 Farina1 Fasolis1 Faust1 Fedele1 Fedorova1 Fekete1 Fin du monde1 Fink1 Fiolia1 Fischer (I.)1 Fischer (J.)1 Forcalquier1 Forsyth1 Franck1 Frang1 Fray1 Fritz1 Frühbeck de Burgos1 Fujimura1 Gardiner1 Gerstein1 Giardinio Armonico1 Gilels1 Ginzburg1 Glanert1 Glazounov1 Gluzman1 Gould (S.)1 Granados1 Granjon1 Grimal1 Grisey1 Groves1 Groza1 Gubisch1 Gulbenkian1 Gutman1 Güra1 Hackbarth1 Haenchen1 Haendel1 Hampson1 Hantaï1 Harada1 Harteros1 Helmchen1 Henschel (D.)1 Henschel (J.)1 Henze1 Herlitzius1 Hoffman (Gary)1 Hofmann1 Honegger1 Hope1 Horowitz1 I Barrochisti1 Il Fondamento1 Inoue1 Invernizzi1 Isokoski1 Isserlis1 Izquierdo1 Jablonski1 Jalbert1 Jando1 Janowski1 Jansen1 Jarrousky1 Joneleit1 Josefowicz1 Juntunen1 Järvi (Neeme)1 Kaasch1 Kahn1 Kameneva1 Karnéus1 Karthäuser1 Karttunen1 Kaufmann1 Keohane1 Kerl1 Ketelen1 Kiss-B1 Kivy1 Kochanovsky1 Kodaly1 Kolosova1 Komsi (A)1 Komsi (P)1 Koroliov1 Kozhukhin1 Kravets1 Kremer1 Kriiku1 Krylov1 Kuijken (S.)1 La Monnaie1 Laneri1 Lang1 Lang Lang1 Larsson1 Le Sage1 Le Texier1 Legendre1 Leleux1 Lemalu1 Les Arts Florissants1 Les Siècles1 Liadov1 Lichdl1 Lille1 Lindberg1 Lingotto1 Linnebach1 Lisiecki1 Lisitsa1 Loges1 London Philharmonic Choir1 Lortie1 Los Angeles Philharmonic Orchestra1 Lucchesini1 Luks1 Lupu1 Maazel1 Madetoja1 Madzar1 Mahler Chamber Orchestra1 Maltman1 Manfrino1 Mann1 Marais1 Margita1 Marks1 Mattila1 Maxwell Davies1 Mehta1 Metcjetina1 Meyer1 Michelangeli1 Milling1 Minaar1 Moiseiwitsch1 Moroz1 Moscou1 Mosolov1 Müller-Schott1 Münchner Staatsoper1 Nagano1 Nahon1 Naughton1 Nelsons1 Nemo1 Netopil1 Neuburger1 New York Philharmonic1 Nono1 Nott1 Odinius1 Ohlsson1 Opéra Comique1 Opéra d'Etat de Vienne1 Orchestra dil Maggio Musicale Fiorentino1 Orchestra of the Age of Enlightment1 Orchestre Baroque d'Amsterdam1 Orchestre National de Lille1 Orchestre Philharmonique Tchèque1 Orchestre Philharmonique d'Helsinki1 Orchestre Philharmonique de Berlin1 Orchestre Philharmonique de Munich1 Orchestre Philharmonique de Rotterdam1 Orchestre Philharmonique de Varsovie1 Orchestre Révolutionnaire et Romantique1 Orchestre du Festival de Budapest1 Orchestre-Atelier Ostinato1 Oskrostsvaridze1 Ovenden1 Pahud1 Panula1 Papavrami1 Pappano1 Paris de la Musique1 Peintre1 Perahia1 Perenyi1 Perle1 Persson1 Pertusi1 Petersen (M.)1 Petrenko1 Pfitzner1 Philadelphia1 Philharmonie de Berlin1 Philharmonie de Cluj1 Piau1 Pintscher1 Pires1 Pittsburgh Symphony1 Plessner1 Poltéra1 Pons1 Poppe1 Poulenc1 Pratt1 Pärt1 Quatuor Arditi1 Quatuor Asasello1 Quatuor Bennewitz1 Quatuor Casals1 Quatuor Danel1 Quatuor Doric1 Quatuor Ebène1 Quatuor Emerson1 Quatuor Escher1 Quatuor Girard1 Quatuor Hagen1 Quatuor Kocian1 Quatuor Modigliani1 Quatuor Oistrakh1 Quatuor Parkanyi1 Quatuor Prazak1 Quatuor Renoir1 Quatuor Zaïde1 Quatuor Zemlinsky1 Queyras1 Rancatore1 Rasilainen1 Reich1 Reinecke1 Renavand1 Rimsky-Korsakov1 Robertson1 Roesel1 Rome1 Rophé1 Rose1 Rotterdam1 Rouvali1 Royal1 Rozanova1 Rubackyte1 Rundfunk Sinfonie-Orchester Berlin1 Räisäinen-Midth1 Röschmann1 SWR Baden Baden1 Saint Clotilde1 Saint Denis1 Saint Saëns1 Saint-Roch1 Salabert1 Salzburg1 San Francisco Symphony1 Savall1 Saxophone1 Sceaux1 Scherbakov1 Schleiermacher1 Schnittke1 Schukkof1 Schuster1 Schwanewilms1 Schäffer1 Segerstam1 Selig1 Semishkur1 Sempé1 Sequenza 9.31 Serdyuk1 Sidhom1 Silvasti1 Simonpietri1 Sinchuk1 Sinfonieorchester des Bayerischer Rundfunk1 Sinopoli1 Siragusa1 Sokolov (Valery)1 Solti1 Son (Y.E.)1 Sorokine1 Southbank Centre1 Spano1 Staatskapelle Dresden1 Staud1 Stenbaek1 Stockhammer1 Stoklossa1 Storgards1 Straka1 Suh1 Swensen1 Swingle Singers1 Synergy Vocals1 Tamestit1 Tansman1 Tchetuev1 Tchinchinadze1 Teitgen1 Texas Festival Chamber Ensemble1 Thomas (I.)1 Thorette1 Théâtre de Poche Montparnasse1 Tiberghien1 Tilson Thomas1 Tippett1 Tischenko1 Trifonov1 Trio Guarneri1 Trombone1 Turin1 Uchida1 Ursuleasa1 Usitalo1 Uusitalo1 Vanskä1 Varjon1 Varèse1 Vasquez1 Vassalo1 Vassilakis1 Vedernikov1 Veneziano1 Ventris1 Verbey1 Verdi1 Vocal Consort Berlin1 Vogt1 Voisin1 Volle1 Volmer1 Volodos1 Vondung1 Wegner1 Weinberg1 Welser-Möst1 Wesseling1 Weynants1 White1 Wispelwey1 Wit1 Yamada1 Yastrybeva1 Ye-Eun1 Yundi Li1 Zagorinskaia1 Zelenka1 Zhidkova1 Zimmermann (F-P)1 Zukerman1 Zukerman Chamber Players1 Zylberstein1 d'Oria Nicolas1 de Maria1
Plus d'éléments