Le rêve américain vu par l’EIC

V / ∏ ∏ ∏  - ∏ ∏ ∏ ∏
- Paris, Cité de la Musique, le vendredi 25 février 2011
- Adams, Chamber Symphony - Hackbarth, Crumbling Walls and Wandering Rocks - Steve Reich, Tehillim
- Synergy Vocals : Amy Haworth, Micaela Haslam, Rachel Weston, Heather Cairncross
- Ensemble InterContemporain
- François-Xavier Roth, direction

- Paris, Cité de la Musique (Amphithéâtre), le mardi 1er mars 2011
- Perle,  Quintette à vents n°1 - Cage  Music for Wind Instruments - Crumb, Eleven Echoes of Autumn - Cowell,  The Banshee ; The Tides of Manaunaum, Tiger - Ives, Trio pour violon, violoncelle et piano
- Solistes de l’Ensemble InterContemporain : Sophie Cherrier, flûte ; Didier Pateau, hautbois ; Jérôme Comte, clarinette ; Paul Riveaux, basson ; Jens McManama, cor ; Hideki Nagano, piano ; Jeanne-Marie Conquer, violon ; Pierre Strauch, violoncelle


par Philippe Houbert

Les compositeurs américains et l’Ensemble InterContemporain, ça n’est pas une vraie histoire d’amour. Pour de très nombreuses œuvres d’Elliott Carter jouées régulièrement, combien d’autres laissées de côté ? C’est la raison pour laquelle il était intéressant de voir quelle allait être la contribution de l’Ensemble, d’abord en grande formation, puis en géométrie chambriste, au cycle « Le rêve américain » donné à la Cité de la Musique en cette saison dédiée aux utopies.
Le concert du 25 février, où l’EIC était dirigé par François-Xavier Roth (FXR), débutait pat la Chamber Symphony de John Adams. Autant le dire, ma relation à la musique d’Adams est très fluctuante, allant de la franche détestation pour tout ce qu’il a composé ces dix dernières années à une oreille souvent plus qu’attendrie pour bon nombre d’œuvres des années 80 et 90. La Chamber Symphony date de 1992 et met fin à une longue période de compositions faisant se succéder de longs blocs harmoniques. Ici, Adams semble revenir vers la musique européenne, avec, par le titre, une franche référence à Schoenberg. Le choix des instruments convoqués est à peu près le même que pour l’opus 9 du grand aîné. S’y ajoutent des parties de synthétiseur, de percusssion, de trompette et de trombone. Le parallèle s’arrête car, là où Schoenberg visait à l’unité, Adams parcellise l’œuvre en trois mouvements très distincts d’esprit et d’écriture. C’est aussi le retour à « la polyphonie démocratique » qu’Adams met en œuvre dans cette symphonie de chambre, avec un apport assez surprenant que le compositeur raconte : « Assis dans mon studio, étudiant la partition de Schoenberg, je fus soudain conscient du son venant de la pièce à coté : mon fils Sam, âgé, de sept ans, regardait des dessins animés, de bons vieux cartoons des années 50. Leurs partitions hyperactives, obstinément agressives et acrobatiques, commencèrent dans ma tête à se mêler à la musique de Schoenberg, hyperactive, acrobatique, elle aussi, et non moins agressive. Je réalisai alors tout ce que ces deux traditions avaient en commun. » On ne saurait mieux décrire cette œuvre que par les trois adjectifs utilisés par Adams et la direction de FXR prit délibérément ce parti, jouant sur la transparence polyphonique, la virtuosité habituelle des musiciens de l’EIC et un brin d’agressivité qui leur manque sans doute habituellement dans ce style d’œuvres.
Synergy Vocals durant les répétitions de Tehillim - photo Jean Radel. Plus de photos sur son blog

Faisant suite à ce petit chef d’œuvre admirablement exécuté, venait la création française d’une composition du jeune (né en 1982) Ben Hackbarth, actuellement en résidence à l’IRCAM. Œuvre d’une grosse vingtaine de minutes, mobilisant deux clarinettes en si bémol, deux percussions, deux violons, deux altos, deux violoncelles et un dispositif électronique. Crumbling Walls and Wandering Rocks fait référence au dixième chapitre de l’Ulysse de Joyce, célèbre morceau d’écriture où des personnages isolés passent un après-midi à déambuler dans Dublin, chacun d’eux ignorant les activités et le trajet des autres. Mon dieu ! serait-il possible que les jeunes compositeurs arrêtent de lire ou, pour le moins, évitent de partager leurs carnets de lecture ? Oui, effectivement, on ressent bien que différents flux sonores font leur chemin, chacun de leurs côtés, se croisent, provoquant des sortes de collisions. Mais on a l’impression d’avoir entendu ça des dizaines et des dizaines de fois et, surtout, ça ne débouche sur rien. C’est au génie de Joyce ce qu’un discours d’Henri Guaino est à Madame de La Fayette. L’accueil du public, en général assez averti pour les concerts de l’EIC, fut à peine poli, à l’image de la placidité des musiciens lorsque Hackbarth vint saluer.
De fin 2006 à début 2008, toute une série de concerts furent consacrés à l’œuvre de Steve Reich à la Cité de la musique. Ceux auxquels collaborèrent les musiciens de l’EIC me laissent le souvenir de formidables professionnels ne sachant trop  par quel bout prendre cette musique, que ce soit sous la direction de Ludovic Morlot pour Eight Lines ou Jonathan Nott pour City Life, ou même en formation de chambre dans l’émouvant Different Trains. L’impression laissée cette fois par Roth et l’EIC dans Tehillim fut tout à fait différente. Tehillim, œuvre de 1981, est une composition orchestrée pour quatre voix féminines (un soprano léger, deux sopranos lyriques et un contralto), un ensemble de bois, de percussions (incluant battement de mains), deux orgues électriques et des cordes. Tehillim signifie « Psaume » en hébreu et les textes chantés sont effectivement tirés des Psaumes 19, 34, 18 et 150. Composition originale dans l’œuvre de Steve Reich car il n’y développe aucun motif rythmique propre. C’est le rythme du texte hébraïque qui fait jaillir celui de la musique, proposant ainsi, au fur et à mesure de l’énoncé du texte, une grande variété, une fascinante souplesse. François-Xavier Roth sut transférer tout l’amour qu’il a pour cette musique aux musiciens de l’EIC. Quant aux quatre chanteuses des Synergy Vocals, on a beau se dire qu’elles chantent ça dans le monde entier depuis pas mal d’années et que ça devient presque de la routine pour elles, on ne peut que rendre hommage à leur virtuosité invraisemblable (les canons des premières et quatrième parties sont particulièrement périlleux).
L’un des meilleurs concerts de l’EIC cette saison et du très bon Roth !

Quatre jours plus tard, ce sont les solistes de l’EIC qui, dans l’amphithéâtre de la Cité, nous proposaient un passionnant programme intitulé « Pionniers américains ». La première partie était consacrée à des œuvres faisant la part belle aux vents avec le Quintette à vents n° 1 de George Perle, datant de 1967, Music for Wind Instruments de John Cage (1938) et Eleven Echoes of Autumn de George Crumb (1966). On ne fera pas injure à George Perle si on passe très rapidement sur ce quintette, très stravinskien par sa polyrythmie. C’est très agréable à écouter. Je n’étonnerai personne en disant que Sophie Cherrier, Didier Pateau, Jérôme Comte, Paul Riveaux et Jens McManama y furent superlatifs.
Les mêmes enchaînèrent sur la curieuse Music for Wind Instruments de Cage. Composition de jeunesse, écrite sans doute sous l’influence des cours pris auprès de Schoenberg et dont l’originalité réside dans le fait que les cinq instruments ne se retrouvent que dans le finale. Le premier mouvement est en effet un trio pour flûte, clarinette en si bémol et basson, dans un tempo rapide et privilégiant le jeu percussif . Le second est un duo pour hautbois et cor, mouvement perpétuel très lent déroulant des motifs conjoints obstinés, pièce tout à fait fascinante et annonçant les chefs d’œuvre à venir.  Et donc le quintette proprement dit, qui additionne à la fois les deux effectifs précédents mais aussi leurs matériaux. Aucun développement, une écriture homorythmique, pas d’opposition entre un instrument et les autres. Là encore, le dépouillement de l’écriture laisse présager les expériences dans lesquelles John Cage se spécialisera au cours des années 1940.
Autant l’avouer, nous ne serions venus écouter ce concert que pour la chance d’enfin entendre « live » l’œuvre de George Crumb que nous ne connaissions que par le disque Naxos incluant aussi Vox Balaenae. Eleven Echoes of Autumn (écoutable ci-dessus dans l'enregistrement en question) est un miraculeux bijou écrit pour flûte, clarinette, violon et piano. Il faudrait ajouter la voix humaine puisqu’une citation de Federico Garcia Lorca (« … y los arcos rotos donde sufre el tiempo ») est chuchotée par les instrumentistes avant chacune des trois cadences. Cette œuvre faite de onze pièces (les échos) enchaînées est une des compositions les plus poétiques de l’après seconde guerre mondiale, et peut être même du vingtième siècle. Le premier écho présente un son de cloche qui reviendra tout au long de l’œuvre, comme un glas. Les pièces se succèdent suivant une courbe expressive qui connaît son climax au huitième écho, pour décliner ensuite. Dans la dernière pièce, le crin de l’archet détendu, crée une sonorité étouffée, mourant petit à petit. Entretemps, Crumb déploie une palette de timbres phénoménale, le pianiste y contribuant beaucoup par le jeu dans l’instrument à part égale avec le temps passé au clavier : pincement des cordes, cordes effleurées, étouffées, frappées, pédale enfoncée accentuant les effets de caisse de résonance dans laquelle flûte et clarinette viennent souffler. Sophie Cherrier, Jérôme Comte, Jeanne-Marie Conquer et Hideki Nagano prirent un visible et immense plaisir à partager ce chef d’œuvre d’un peu plus d’un quart d’heure. Immense !
Début du Trio d'Ives
Après ce bonheur musical, la seconde partie ne pouvait que nous faire redescendre sur terre. Trois courtes œuvres pour piano de Henry Cowell, jouées par Hideki Nagano.  Si The Tides of Manaunaum (1913) ne passera à la postérité que pour avoir été la première œuvre à utiliser les clusters, si The Banshee (1925), elle, semble être la première uniquement jouée à l’intérieur du piano (cordes frottées, glissées, pincées), c’est Tiger (1928) qui aura retenu notre attention par son écriture rappelant l’Allegro barbaro de Bartok. L’invention sonore est assez époustouflante pour une œuvre des années 20. A de nombreux moments, on a le sentiment que Stockhausen et Boulez ont du bien connaître ce Tiger.
Pour finir, Jeanne-Marie Conquer, Pierre Strauch et Hideki Nagano donnaient le Trio pour violon, violoncelle et piano de Charles Ives. Œuvre curieusement méprisée, dont la composition s’étala de 1904 à 1911. Musique à programme, très inspirée des ambiances universitaires de la Nouvelle-Angleterre. Le premier mouvement, Moderato, présente deux duos successifs qui finiront par se rejoindre (main droite du piano et violoncelle, puis main gauche du piano et violon). Le deuxième mouvement, intitulé TSIAJ (This Scherzo is a joke), est typique des techniques de collage chères à Ives, mêlant airs populaires et chansons estudiantines. Le dernier mouvement, Moderato con moto, est plus conventionnel, d’écriture post-romantique, mais avec de brusques ruptures de ton introduisant la citation d’un hymne religieux. Nous manquons de points de référence dans cette œuvre mais l’exécution des trois compères de l’EIC nous parut tout à fait adéquate.
Une petite merveille de concert confirmant le grand retour de la musique américaine à l’EIC !

Philippe Houbert 
Contrat Creative Commons

Libellés

Brahms31 Orchestre Philharmonique de Radio-France29 Schumann29 Chopin25 Mozart25 Quatuor23 Rachmaninov23 Mahler21 Orchestre de Paris21 Schubert21 Orchestre National de France19 Opéra17 Orchestres britanniques16 Pianistes français16 Ravel16 Choeur/Maitrise de Radio-France15 Violoncelle15 Bach14 Prokofiev14 Salonen14 Sibelius14 Bartok13 Chostakovitch13 Orchestres allemands/autrichiens13 Berg12 Edition musicale / historiographie12 Franck (M.)12 La Roque12 Tchaikovsky12 Cité de la Musique11 Debussy11 Haydn11 Järvi (Paavo)11 Mendelssohn11 Philharmonie de Paris11 Stravinsky11 Maison de Radio-France10 Wagner10 Berezovsky9 Ensembles/solistes baroques9 Lugansky9 Pianistes hongrois9 Buniatishvili8 Châtelet8 Hannigan8 Louvre8 Barenboim7 London Symphony Orchestra7 Opéra National de Paris7 Orchestres russes7 Pianistes italiens7 Schoenberg7 Bruckner6 Gergiev6 Jurowski6 Le Touquet6 Présences6 Ranki6 Strauss6 clarinette6 Andsnes5 Berlioz5 Bouffes du Nord5 Ciccolini5 Davis (Colin)5 Janacek5 Leonskaja5 London5 London Philharmonic Orchestra5 Masur5 Pollini5 Sokolov5 de la Salle5 Bastille4 Boulez4 Britten4 Cortot (salle)4 Dusapin4 Ensemble Intercontemporain4 Ensemble Modern4 Gatti4 Ligeti4 Moussorgsky4 Orchestres américains4 Philharmonia Orchestra4 Repin4 Rudenko4 Staatskapelle Berlin4 Wittgenstein4 Academia Santa Cecilia3 Alto3 Bagatelle3 Berlin3 Bruxelles3 Chung3 De Falla3 Denoke3 Dvorak3 Festival d'Automne à Paris3 Freire3 Gaveau3 Grange de Meslay3 Grimaud3 Hautbois3 Inbal3 Kalagina3 Klukon3 Kurtag3 Mantovani3 Mariinsky3 Medtner3 Muti3 Nigl3 Ollu3 Orchestre Philharmonique de Saint Petersbourg3 Orchestre Philharmonique de Vienne3 Palais Garnier3 Pletnev3 Rameau3 Rosen3 Rossini3 Saraste3 Seine Musicale3 Szymanowski3 Tetzlaff3 Thielemann3 Virsaladze3 Webern3 Widmann3 Zemlinsky3 Znaider3 Abbado2 Adorno2 Aix-en-Provence2 Angelich2 Arbo2 Auteuil2 Boulez-Saal2 Braunstein2 Breitkopf2 Buniatishvili (G.)2 Chauviré2 Chicago Symphony2 Choeur de l'Orchestre de Paris2 Concertgebouw d'Amsterdam2 Conolly2 Covent Garden2 Cowell2 Dalhaus2 Dohnanyi2 Dukas2 Dutilleux2 Ensemble Orchestral de Paris2 Fauré2 Fedosseyev2 Flûte2 Furtwängler2 Gershwin2 Gewandhaus Leipzig2 Glück2 Goerne2 Grieg2 Grinberg2 Gubanova2 H.J. Mayer2 Hahn2 Haitink2 Hanslick2 Harding2 Hengelbrock2 Heras-Casado2 Herrmann2 Hillborg2 Hirsch2 Honeck2 Institut Hongrois2 Ives2 Jansons2 Jordan2 Kavakos2 Khachatryan2 Klinton2 Koopman2 Kovacevich2 Kreisler2 Lachenmann2 Langrée2 Lutoslawski2 Lyapunov2 Manzoni2 Masycheva2 Matsuev2 Mattei2 Messiaen2 Meyer (Paul)2 Mullova2 Mälkki2 Noseda2 Oelze2 Orchestre Symphonique Tchaikovsky2 Orchestre du Conservatoire de Paris2 Orchestre du Festival de Lucerne2 Orsay2 Petibon2 Pontoise2 Prohaska2 Quatuor Arod2 Quatuor Artemis2 Quatuor Borodin2 Quatuor Diotima2 Quatuor Pavel Haas2 Roth2 Roussev2 Rydl2 Saariaho2 Saint Roch2 Sallinen2 Scriabin2 Sinfonia Varsovia2 Soulez2 Temirkanov2 Théâtre de la Ville2 Weber2 West-Eastern Divan Orchestra2 Youn2 Yuja Wang2 Zehetmair2 Zinman2 1041 Ablinger-Sperrhake1 Abrahamyan1 Académie d'Etat de Moscou1 Adams1 Adès1 Afkham1 Agache1 Aikin1 Aimard1 Ambronay1 Amy1 Antheil1 Antonini1 Ars Nova1 Ashkenazy1 Athénée1 Attahir1 BBC Symphony Orchestra1 Baechle1 Ballet1 Balthasar-Neumann Ensemble und Chor1 Barath1 Barber1 Barbican1 Barenboim (Michaël)1 Bashkirova1 Bausch1 Bedford1 Begley1 Benjamin1 Benzi1 Berglund1 Berio1 Berlinskaïa1 Blacher1 Blomstedt1 Bonitatibus1 Borodin1 Borodina1 Bou1 Bourion1 Bozar1 Brauer1 Bringuier1 Briot1 Bronfman1 Brunnet-Grupposo1 Bryant1 Buchbinder1 Bulycheva1 Bärenreiter1 Cage1 Cambreling1 Capuçon (G.)1 Carsen1 Casadei1 Casella1 Caussé1 Cerha1 Chailly1 Chamayou1 Chamber Orchestra of Europe1 Chapuis1 Charpentier1 Cheng1 Choeur National d'Estonie1 Choi1 Choir of Eltham College1 Christie1 Ciampollini1 Ciuller1 Clavecin1 Claycomb1 Cleveland Orchestra1 Collegium 17041 Colli1 Colonne1 Concert des Nations1 Condoluci1 Conlon1 Conservatoire Royal1 Coppey1 Cor1 Couperin1 Courkal1 Crapez1 Crumb1 Csalog1 Cuende1 Dalayman1 Dalbavie1 Damiens1 Danse1 Danto1 Dasch1 Davislim1 De Visée1 De la Fuente1 Delangle1 Delestska1 Demarquette1 Desjardins1 Deutsch1 Devilleneuve1 Diener1 Dohnanyi (E.)1 Dolgov1 Dombrecht1 Dubois1 Dudamel1 Dudinova1 Dumaux1 Duruflé1 Dutoit1 Eisler1 El Khoury1 Elgr1 Elliot1 Elsner1 End of the World1 Engerer1 Ensemble Avanti1 Ensemble Correspondances1 Ensemble Kanazawa1 Ensemble Musikfabrik1 Ensemble Pierre Robert1 Ensemble Resonanz1 Evin1 Eötvös1 Faber1 Farina1 Fasolis1 Faust1 Fedele1 Fedorova1 Fekete1 Fin du monde1 Fink1 Fiolia1 Fischer (I.)1 Fischer (J.)1 Forcalquier1 Forsyth1 Franck1 Frang1 Fray1 Fritz1 Frühbeck de Burgos1 Fujimura1 Gardiner1 Gerstein1 Giardinio Armonico1 Gilels1 Ginzburg1 Glanert1 Glazounov1 Gluzman1 Gould (S.)1 Granados1 Granjon1 Grimal1 Grisey1 Groves1 Groza1 Gubisch1 Gulbenkian1 Gutman1 Güra1 Hackbarth1 Haenchen1 Haendel1 Hampson1 Hantaï1 Harada1 Harteros1 Helmchen1 Henschel (D.)1 Henschel (J.)1 Henze1 Herlitzius1 Hoffman (Gary)1 Hofmann1 Honegger1 Hope1 Horowitz1 I Barrochisti1 Il Fondamento1 Inoue1 Invernizzi1 Isokoski1 Isserlis1 Izquierdo1 Jablonski1 Jalbert1 Jando1 Janowski1 Jansen1 Jarrousky1 Joneleit1 Josefowicz1 Juntunen1 Järvi (Neeme)1 Kaasch1 Kahn1 Kameneva1 Karnéus1 Karthäuser1 Karttunen1 Kaufmann1 Keohane1 Kerl1 Ketelen1 Kiss-B1 Kivy1 Kochanovsky1 Kodaly1 Kolosova1 Komsi (A)1 Komsi (P)1 Koroliov1 Kozhukhin1 Kravets1 Kremer1 Kriiku1 Krylov1 Kuijken (S.)1 La Monnaie1 Laneri1 Lang1 Lang Lang1 Larsson1 Le Sage1 Le Texier1 Legendre1 Leleux1 Lemalu1 Les Arts Florissants1 Les Siècles1 Liadov1 Lichdl1 Lille1 Lindberg1 Lingotto1 Linnebach1 Lisiecki1 Lisitsa1 Loges1 London Philharmonic Choir1 Lortie1 Los Angeles Philharmonic Orchestra1 Lucchesini1 Luks1 Lupu1 Maazel1 Madetoja1 Madzar1 Mahler Chamber Orchestra1 Maltman1 Manfrino1 Mann1 Marais1 Margita1 Marks1 Mattila1 Maxwell Davies1 Mehta1 Metcjetina1 Meyer1 Michelangeli1 Milling1 Minaar1 Moiseiwitsch1 Moroz1 Moscou1 Mosolov1 Müller-Schott1 Münchner Staatsoper1 Nagano1 Nahon1 Naughton1 Nelsons1 Nemo1 Netopil1 Neuburger1 New York Philharmonic1 Nono1 Nott1 Odinius1 Ohlsson1 Opéra Comique1 Opéra d'Etat de Vienne1 Orchestra dil Maggio Musicale Fiorentino1 Orchestra of the Age of Enlightment1 Orchestre Baroque d'Amsterdam1 Orchestre National de Lille1 Orchestre Philharmonique Tchèque1 Orchestre Philharmonique d'Helsinki1 Orchestre Philharmonique de Berlin1 Orchestre Philharmonique de Munich1 Orchestre Philharmonique de Rotterdam1 Orchestre Philharmonique de Varsovie1 Orchestre Révolutionnaire et Romantique1 Orchestre du Festival de Budapest1 Orchestre-Atelier Ostinato1 Oskrostsvaridze1 Ovenden1 Pahud1 Panula1 Papavrami1 Pappano1 Paris de la Musique1 Peintre1 Perahia1 Perenyi1 Perle1 Persson1 Pertusi1 Petersen (M.)1 Petrenko1 Pfitzner1 Philadelphia1 Philharmonie de Berlin1 Philharmonie de Cluj1 Piau1 Pintscher1 Pires1 Pittsburgh Symphony1 Plessner1 Poltéra1 Pons1 Poppe1 Poulenc1 Pratt1 Pärt1 Quatuor Arditi1 Quatuor Asasello1 Quatuor Bennewitz1 Quatuor Casals1 Quatuor Danel1 Quatuor Doric1 Quatuor Ebène1 Quatuor Emerson1 Quatuor Escher1 Quatuor Girard1 Quatuor Hagen1 Quatuor Kocian1 Quatuor Modigliani1 Quatuor Oistrakh1 Quatuor Parkanyi1 Quatuor Prazak1 Quatuor Renoir1 Quatuor Zaïde1 Quatuor Zemlinsky1 Queyras1 Rancatore1 Rasilainen1 Reich1 Reinecke1 Renavand1 Rimsky-Korsakov1 Robertson1 Roesel1 Rome1 Rophé1 Rose1 Rotterdam1 Rouvali1 Royal1 Rozanova1 Rubackyte1 Rundfunk Sinfonie-Orchester Berlin1 Räisäinen-Midth1 Röschmann1 SWR Baden Baden1 Saint Clotilde1 Saint Denis1 Saint Saëns1 Saint-Roch1 Salabert1 Salzburg1 San Francisco Symphony1 Savall1 Saxophone1 Sceaux1 Scherbakov1 Schleiermacher1 Schnittke1 Schukkof1 Schuster1 Schwanewilms1 Schäffer1 Segerstam1 Selig1 Semishkur1 Sempé1 Sequenza 9.31 Serdyuk1 Sidhom1 Silvasti1 Simonpietri1 Sinchuk1 Sinfonieorchester des Bayerischer Rundfunk1 Sinopoli1 Siragusa1 Sokolov (Valery)1 Solti1 Son (Y.E.)1 Sorokine1 Southbank Centre1 Spano1 Staatskapelle Dresden1 Staud1 Stenbaek1 Stockhammer1 Stoklossa1 Storgards1 Straka1 Suh1 Swensen1 Swingle Singers1 Synergy Vocals1 Tamestit1 Tansman1 Tchetuev1 Tchinchinadze1 Teitgen1 Texas Festival Chamber Ensemble1 Thomas (I.)1 Thorette1 Théâtre de Poche Montparnasse1 Tiberghien1 Tilson Thomas1 Tippett1 Tischenko1 Trifonov1 Trio Guarneri1 Trombone1 Turin1 Uchida1 Ursuleasa1 Usitalo1 Uusitalo1 Vanskä1 Varjon1 Varèse1 Vasquez1 Vassalo1 Vassilakis1 Vedernikov1 Veneziano1 Ventris1 Verbey1 Verdi1 Vocal Consort Berlin1 Vogt1 Voisin1 Volle1 Volmer1 Volodos1 Vondung1 Wegner1 Weinberg1 Welser-Möst1 Wesseling1 Weynants1 White1 Wispelwey1 Wit1 Yamada1 Yastrybeva1 Ye-Eun1 Yundi Li1 Zagorinskaia1 Zelenka1 Zhidkova1 Zimmermann (F-P)1 Zukerman1 Zukerman Chamber Players1 Zylberstein1 d'Oria Nicolas1 de Maria1
Plus d'éléments