Siegfried ou le crépuscule de Nicolas Joel

V V V (mes) - V V / ∏ ∏

- Paris, Opéra-Bastille, le mardi 15 mars 2011
- Wagner, Siegfried, deuxième journée en trois actes du festival scénique l’Anneau du Niebelung
- Torsten Kerl, Siegfried ;Wolfgang Ablinger-Sperrhake, Mime ; Juha Uusitalo, Wanderer ; Peter Sidhom, Alberich ; Stephen Milling, Fafner ; Elena Tsallagova, Waldvogel ; Katarina Dalayman, Brünnhilde ; Qiu Lin Zhang, Erda :
- Orchestre de l’Opéra de Paris,
- Philippe Jordan, direction

Par Philippe Houbert

Le petit mais très directif concertorialiste m’ayant demandé de respecter un juste équilibre entre commentaires sur la mise en scène (il paraît que ça s’appelle comme ça), sur la direction musicale (ah bon ! ) et sur la performance des chanteurs, j’essaierai de respecter cette règle des trois tiers, auxquelles, en idolâtre de Raimu, j’ajouterai un quatrième petit tiers pour exprimer ce que je pense d’une année et demie de direction de l’Opéra national de Paris par Nicolas Joel.
Il est des moments terribles dans la vie d’un mélomane, notamment quand ce dernier essaie de comparer ce qu’il entend ou voit aujourd’hui aux concerts auxquels il a assisté il y a dix, vingt, trente, bientôt quarante ans. Il y aussi – effet combiné de l’âge et du nombre important de spectacles vus et entendus- le trouble qui naît de la quasi-absence de souvenirs relatifs à des événements auxquels on a assisté il n’y a pas si longtemps que ça. Aussi bizarre que cela puisse paraître, le tétralogiste acharné que je suis, qui connaît presque par cœur le moindre élément de mise en scène de sept à huit productions du Ring, ne garde quasiment pas le moindre souvenir des deux premiers volets de l’Anneau que l’Opéra-Bastille nous servit il y a à peine un an. De vagues images : la cohorte prolétarienne des géants, le grand escalier qui mène au Walhalla, des lettres GERMANIA en gothique et puis rien d’autre. Pas la moindre vision générale de l’œuvre, même pas un beau livre d’images, aucun sens du récit, des chanteurs laissés à eux-mêmes. Un cauchemar, quoi !


Siegfried est de loin celui des quatre volets du Ring qui pose le moins de problèmes. Wagner raconte, il n’y a presque qu’à suivre les dialogues. Ca n’est pas pour rien que Tancred Dorst, collant au texte, en avait fait la partie de sa récente production bayreuthienne la plus aboutie. Günter Krämer est à mille lieues de cela. L’histoire n’a pas l’air de l’intéresser ; les personnages non plus ; ils ne sont abordés que par petites touches qui ne connaissent aucun suivi, aucun développement théâtral. L’acte 1 s’ouvre sur un intérieur petit-bourgeois allemand aux couleurs criardes, dans lequel un Mime homosexuel (aucun critique ne semble avoir perçu cela – à moins que ça ne soit pas politiquement correct de relever cette évidence) élève un Siegfried en salopette fort peu seyante (le moindre de ses mouvements le rend parfaitement ridicule). Une télévision trône au milieu du salon. Mime passera un bout des « Nibelungen » de Fritz Lang pour apprendre la peur à Siegfried. Des idées stupides comme celle-ci, il y en a fort peu (le Wanderer se présente à Mime en SDF à la lance fleurie, les éphèbes qui semblent servir de soufflet à la forge). Le problème, c’est qu’il n’y a strictement rien d’autre sur le plan théâtral. Par les temps qui courent, la relation pseudo-parentale entre un homosexuel et un ado aurait pu être quelque chose d’intéressant à creuser. Mais que nenni avec Krämer !
Le deuxième acte, à défaut d’être meilleur sur le plan dramaturgique, montrera un décor assez efficace pour dépeindre les murmures de la forêt. Pour le reste, qui sont ces sauvages qui semblent veiller sur la retraite de Fafner mais qui ne bougent un petit doigt pour le sauver ? Où mène ce rail de chemin de fer ? Krämer propose un dédoublement du Waldvogel, adolescent voulant jouer avec Siegfried (idée assez jolie mais restée à l’état d’ébauche) sur le plan scénique, la soprano intervenant des balcons.
Quant au troisième acte, si l’idée de réutiliser le grand miroir penché, augmentant la profondeur de la scène, appliquée cette fois à une bibliothèque dont Erda et les Nornes (bien nombreuses) seraient les conservatrices, n’est pas mauvaise en soi, on rage de constater qu’elle n’est pas du tout utilisée théâtralement , si ce n’est lorsque Wotan balance une allumette derrière lui pour symboliser la fin du savoir comme début du crépuscule des dieux (ach so ! kolossal finesse !). Et pourtant, ce dialogue Wotan-Erda est l’un des plus importants du Ring entier, lourd de signification sur la personnalité du dieu ! La confrontation avec Siegfried se déroule devant le rideau noir, réduisant bien inutilement l’espace, et le réveil de Brünnhilde ainsi que la scène finale retrouvent le grand escalier du Walhalla pour décor, les deux héros se décidant à évoluer vers l’avant-scène (le monde des humains), un tas d’autres personnages dont on ne sait qui ils sont voguant finalement vers les sommets. Rideau jusqu’en juin pour ce Ring dont on aimerait dire qu’il est acculturé.

A ce vide dramaturgique et stratosphérique à la fois, il fallait un juste pendant musical. Nicolas Joel l’a fait : il a pour nom Philippe Jordan. On nous dit – et le buzz est assez savamment orchestré – que les musiciens de l’orchestre adorent Jordan. Outre le fait qu’on s’en fiche comme de l’an quarante, on aimerait mieux qu’ils le détestent. Quand on connaît la réputation rebelle de l’orchestre, les voir devenus si moutons ne peut que nous rendre perplexe. Essayons d’être honnête : instrumentalement parlant, à part l’habituelle pagaille aux vents lors de l’évocation de la forêt au I,1 et quelques cuivres mal sonnants au III, c’est impeccable de tenue. On ira même jusqu’à admettre que les Murmures de la forêt au II étaient très évocateurs. Et on en restera là des compliments. Car, pour le reste, c’est l’emm…….. maximal. On passerait presque sur les dynamiques mollassonnes qui font que, dès que les cuivres se réveillent un peu (fin du I, interlude du III), on n’entend plus qu’eux. Mais le pire crime de lèse-wagnérisme est bien de cantonner l’orchestre dans un rôle d’accompagnement et d’oublier qu’il doit être, qu’il est un acteur essentiel du drame. D’où la sensation que rien n’est tenu, que la direction d’orchestre se perd dans des détails « pour faire joli » au lieu de se focaliser sur l’action, d’être producteur de tension. Tout est sous contrôle, mais en creux ; Jordan ne lâche presque jamais l’orchestre. Je n’ai pas souvenir de m’être autant ennuyé sur le plan orchestral pour quelque Ring que ce soit, Eschenbach et l’orchestre de Paris compris.

Ce double gâchis scénique et orchestral est d’autant plus regrettable que la distribution, dans un environnement vocal wagnérien qu’on sait sinistré, est plus que correct ; sans grande surprise, ni positive ni négative. Torsten Kerl est un Siegfried « de poche », vocalement parlant. Tout ce qu’il fait est de belle tenue technique, le timbre est agréable mais monochrome, et la voix se perd dans le vaisseau de Bastille. Il faut l’apathie « jordanienne » pour que ce Siegfried ne soit pas couvert systématiquement par l’orchestre, ce qui arrive quand même à la fin du premier acte et dans la scène finale. De plus, Kerl se montre incapable de compenser ce que Krämer ne lui a pas donné, à savoir sa conception du rôle. Ce Siegfried est insipide théâtralement. On ne sait jamais ce qu’il faut en penser. Tant scéniquement que vocalement, Lance Ryan (Siegfried de la dernière année de la production de Dorst à Bayreuth) était bien plus intéressant dans sa composition d’un sauvageon zappeur.
J. Uuusitalo
Katarina Dalayman est une Brunnhilde prudente, sur laquelle peu de reproches purement vocaux pourraient être émis (je trouve que la voix bouge un peu trop rapidement, en regard de la durée restreinte de son rôle), mais, là encore, il serait vain de chercher la moindre caractérisation du personnage. Et pourtant, cette Brunnhilde pourrait être bigrement intéressante si metteur en scène et chanteuse daignaient s’intéresser à ce qui se dit et se joue, à savoir le processus psychologique qui consiste à devoir accepter les conséquences de ce qu’on a lancé dans le drame précédent : la transition du statut de fille de dieu à simple héroïne, ça n’est pas rien !
Juha Uusitalo passe pour le Wotan de la décennie. Bien pauvre décennie ! Je dois avouer n’avoir jamais été séduit par ce chanteur à la voix monochrome qui, à mon sens, fait passer un manque évident de moyens pour une saine gestion de la voix au cours d’une représentation. Ce soir-là, son entrée en SDF dans l’antre de Mime fut proprement calamiteuse (voix crayeuse, manque de projection) et si le volume vocal s’améliora par la suite, ce fut pour nous délivrer un Wanderer aussi concerné par son rôle qu’une speakerine énonçant le Bottin. Le Mime de Wolfgang Ablinger-Sperrhacke fut sans doute le meilleur compromis scénico-vocal de la soirée. Un Mime qui pense plus à chanter qu’à faire du « sprechgesang », ça devient assez rare pour le noter. Il essaie visiblement de tirer tout ce qu’il est possible d’extraire du rôle tel que « vu » par Krämer. C’est du bon travail de professionnel, particulièrement à la fin de l’acte 1.
Peu de choses à dire sur l’Alberich de Peter Sidhom. La voix manque de noirceur. L’opposition avec son frère n’est pas assez violente mais l’ensemble reste correct. Le Fafner de Stephen Milling est excellent sur le plan vocal mais le vide sidéral de la caractérisation du personnage ne lui permet de donner sa pleine mesure à ce court mais néanmoins intéressant rôle. Waldvogel très quelconque vocalement d’Elena Tsallagova. Erda mieux que correcte de Qiu Lin Zhang, qui donne le mieux de ce qu’elle peut, compte tenu des contraintes imposées par Krämer et Jordan. On l’aura compris : le plateau vocal aura, en dépit de sa relative homogénéité, peiné à sauver ce Siegfried du désastre pré-décrit.

Cette production est intervenue au moment de la publication de la programmation 2011-2012. Nous avons donc une vision de trois années (une achevée, une quasiment terminée, une troisième clairement définie) de l’Opéra national de Paris sous la direction de Nicolas Joel. Nous renvoyons les fidèles lecteurs de ce blog aux remarquables analyses développées par notre confrère Musicasola :
3 chroniques auxquelles j’ajouterais cet extrait d’une quatrième : « Avec Jordan, au contraire, les sonorités sont laides, les chanteurs sont couverts au premier forte, et la lettre morte de la partition ne devient rien de mieux que lettre morte sonore. Il y a presque quelque chose d’un Sarkozy dans cette étonnante capacité à faire fondre avec une telle rapidité un capital de départ considérable. Sauf que Jordan est aussi mou que Sarkozy est surexcité, et que je n’ai jamais, au grand jamais, soutenu Sarkozy, alors que j'ai cru très fort en Jordan... »
Disons-le clairement : Nicolas Joel a roulé son monde dans la farine comme le président de la République. Après avoir dit tout le mal qu’il pensait de son prédécesseur, il se vantait de faire venir les stars du chant. A deux ou trois exceptions près, elles sont où, les grandes stars du chant (on parle ici de stars justifiées, pas de Netrebko) ? 80% de la production viennent de reprises vieillottes, souvent mal rafistolées, hors de la présence du metteur en scène. Les nouvelles productions sont quasiment toutes à pleurer d’ennui théâtral. L’orchestre est content car on le laisse ronronner. Des productions passent de Garnier à Bastille pour faire plus de fric sans la moindre considération sur la viabilité scénique du dit transfert. Le service de presse ne supporte pas la liberté de parole de certains médias (j’en ai fait l’expérience, étant suspendu des invitations de l’ONP). Au moment où l’exposition consacrée à l’ère Liebermann connaît ses derniers jours et ravive de formidables souvenirs, force est de constater que Nicolas Joel s’est planté ou qu’il a trompé celles et ceux qui ont pris la décision de le nommer à ce poste. La France footeuse s’est débarrassée de Domenech en 2010 dans les conditions que l’on sait. La France citoyenne va sans doute renvoyer Nicolas Sarkozy à son bling-bling en 2012. Combien de scandales et de Knysna musicaux faudra t-il encore supporter avant qu’un autre Nicolas fasse l’expérience du siège éjectable ?

Philippe Houbert
Contrat Creative Commons

Libellés

Brahms31 Orchestre Philharmonique de Radio-France29 Schumann29 Chopin25 Mozart25 Quatuor23 Rachmaninov23 Mahler21 Orchestre de Paris21 Schubert21 Orchestre National de France19 Opéra17 Orchestres britanniques16 Pianistes français16 Ravel16 Choeur/Maitrise de Radio-France15 Violoncelle15 Bach14 Prokofiev14 Salonen14 Sibelius14 Bartok13 Chostakovitch13 Orchestres allemands/autrichiens13 Berg12 Edition musicale / historiographie12 Franck (M.)12 La Roque12 Tchaikovsky12 Cité de la Musique11 Debussy11 Haydn11 Järvi (Paavo)11 Mendelssohn11 Philharmonie de Paris11 Stravinsky11 Maison de Radio-France10 Wagner10 Berezovsky9 Ensembles/solistes baroques9 Lugansky9 Pianistes hongrois9 Buniatishvili8 Châtelet8 Hannigan8 Louvre8 Barenboim7 London Symphony Orchestra7 Opéra National de Paris7 Orchestres russes7 Pianistes italiens7 Schoenberg7 Bruckner6 Gergiev6 Jurowski6 Le Touquet6 Présences6 Ranki6 Strauss6 clarinette6 Andsnes5 Berlioz5 Bouffes du Nord5 Ciccolini5 Davis (Colin)5 Janacek5 Leonskaja5 London5 London Philharmonic Orchestra5 Masur5 Pollini5 Sokolov5 de la Salle5 Bastille4 Boulez4 Britten4 Cortot (salle)4 Dusapin4 Ensemble Intercontemporain4 Ensemble Modern4 Gatti4 Ligeti4 Moussorgsky4 Orchestres américains4 Philharmonia Orchestra4 Repin4 Rudenko4 Staatskapelle Berlin4 Wittgenstein4 Academia Santa Cecilia3 Alto3 Bagatelle3 Berlin3 Bruxelles3 Chung3 De Falla3 Denoke3 Dvorak3 Festival d'Automne à Paris3 Freire3 Gaveau3 Grange de Meslay3 Grimaud3 Hautbois3 Inbal3 Kalagina3 Klukon3 Kurtag3 Mantovani3 Mariinsky3 Medtner3 Muti3 Nigl3 Ollu3 Orchestre Philharmonique de Saint Petersbourg3 Orchestre Philharmonique de Vienne3 Palais Garnier3 Pletnev3 Rameau3 Rosen3 Rossini3 Saraste3 Seine Musicale3 Szymanowski3 Tetzlaff3 Thielemann3 Virsaladze3 Webern3 Widmann3 Zemlinsky3 Znaider3 Abbado2 Adorno2 Aix-en-Provence2 Angelich2 Arbo2 Auteuil2 Boulez-Saal2 Braunstein2 Breitkopf2 Buniatishvili (G.)2 Chauviré2 Chicago Symphony2 Choeur de l'Orchestre de Paris2 Concertgebouw d'Amsterdam2 Conolly2 Covent Garden2 Cowell2 Dalhaus2 Dohnanyi2 Dukas2 Dutilleux2 Ensemble Orchestral de Paris2 Fauré2 Fedosseyev2 Flûte2 Furtwängler2 Gershwin2 Gewandhaus Leipzig2 Glück2 Goerne2 Grieg2 Grinberg2 Gubanova2 H.J. Mayer2 Hahn2 Haitink2 Hanslick2 Harding2 Hengelbrock2 Heras-Casado2 Herrmann2 Hillborg2 Hirsch2 Honeck2 Institut Hongrois2 Ives2 Jansons2 Jordan2 Kavakos2 Khachatryan2 Klinton2 Koopman2 Kovacevich2 Kreisler2 Lachenmann2 Langrée2 Lutoslawski2 Lyapunov2 Manzoni2 Masycheva2 Matsuev2 Mattei2 Messiaen2 Meyer (Paul)2 Mullova2 Mälkki2 Noseda2 Oelze2 Orchestre Symphonique Tchaikovsky2 Orchestre du Conservatoire de Paris2 Orchestre du Festival de Lucerne2 Orsay2 Petibon2 Pontoise2 Prohaska2 Quatuor Arod2 Quatuor Artemis2 Quatuor Borodin2 Quatuor Diotima2 Quatuor Pavel Haas2 Roth2 Roussev2 Rydl2 Saariaho2 Saint Roch2 Sallinen2 Scriabin2 Sinfonia Varsovia2 Soulez2 Temirkanov2 Théâtre de la Ville2 Weber2 West-Eastern Divan Orchestra2 Youn2 Yuja Wang2 Zehetmair2 Zinman2 1041 Ablinger-Sperrhake1 Abrahamyan1 Académie d'Etat de Moscou1 Adams1 Adès1 Afkham1 Agache1 Aikin1 Aimard1 Ambronay1 Amy1 Antheil1 Antonini1 Ars Nova1 Ashkenazy1 Athénée1 Attahir1 BBC Symphony Orchestra1 Baechle1 Ballet1 Balthasar-Neumann Ensemble und Chor1 Barath1 Barber1 Barbican1 Barenboim (Michaël)1 Bashkirova1 Bausch1 Bedford1 Begley1 Benjamin1 Benzi1 Berglund1 Berio1 Berlinskaïa1 Blacher1 Blomstedt1 Bonitatibus1 Borodin1 Borodina1 Bou1 Bourion1 Bozar1 Brauer1 Bringuier1 Briot1 Bronfman1 Brunnet-Grupposo1 Bryant1 Buchbinder1 Bulycheva1 Bärenreiter1 Cage1 Cambreling1 Capuçon (G.)1 Carsen1 Casadei1 Casella1 Caussé1 Cerha1 Chailly1 Chamayou1 Chamber Orchestra of Europe1 Chapuis1 Charpentier1 Cheng1 Choeur National d'Estonie1 Choi1 Choir of Eltham College1 Christie1 Ciampollini1 Ciuller1 Clavecin1 Claycomb1 Cleveland Orchestra1 Collegium 17041 Colli1 Colonne1 Concert des Nations1 Condoluci1 Conlon1 Conservatoire Royal1 Coppey1 Cor1 Couperin1 Courkal1 Crapez1 Crumb1 Csalog1 Cuende1 Dalayman1 Dalbavie1 Damiens1 Danse1 Danto1 Dasch1 Davislim1 De Visée1 De la Fuente1 Delangle1 Delestska1 Demarquette1 Desjardins1 Deutsch1 Devilleneuve1 Diener1 Dohnanyi (E.)1 Dolgov1 Dombrecht1 Dubois1 Dudamel1 Dudinova1 Dumaux1 Duruflé1 Dutoit1 Eisler1 El Khoury1 Elgr1 Elliot1 Elsner1 End of the World1 Engerer1 Ensemble Avanti1 Ensemble Correspondances1 Ensemble Kanazawa1 Ensemble Musikfabrik1 Ensemble Pierre Robert1 Ensemble Resonanz1 Evin1 Eötvös1 Faber1 Farina1 Fasolis1 Faust1 Fedele1 Fedorova1 Fekete1 Fin du monde1 Fink1 Fiolia1 Fischer (I.)1 Fischer (J.)1 Forcalquier1 Forsyth1 Franck1 Frang1 Fray1 Fritz1 Frühbeck de Burgos1 Fujimura1 Gardiner1 Gerstein1 Giardinio Armonico1 Gilels1 Ginzburg1 Glanert1 Glazounov1 Gluzman1 Gould (S.)1 Granados1 Granjon1 Grimal1 Grisey1 Groves1 Groza1 Gubisch1 Gulbenkian1 Gutman1 Güra1 Hackbarth1 Haenchen1 Haendel1 Hampson1 Hantaï1 Harada1 Harteros1 Helmchen1 Henschel (D.)1 Henschel (J.)1 Henze1 Herlitzius1 Hoffman (Gary)1 Hofmann1 Honegger1 Hope1 Horowitz1 I Barrochisti1 Il Fondamento1 Inoue1 Invernizzi1 Isokoski1 Isserlis1 Izquierdo1 Jablonski1 Jalbert1 Jando1 Janowski1 Jansen1 Jarrousky1 Joneleit1 Josefowicz1 Juntunen1 Järvi (Neeme)1 Kaasch1 Kahn1 Kameneva1 Karnéus1 Karthäuser1 Karttunen1 Kaufmann1 Keohane1 Kerl1 Ketelen1 Kiss-B1 Kivy1 Kochanovsky1 Kodaly1 Kolosova1 Komsi (A)1 Komsi (P)1 Koroliov1 Kozhukhin1 Kravets1 Kremer1 Kriiku1 Krylov1 Kuijken (S.)1 La Monnaie1 Laneri1 Lang1 Lang Lang1 Larsson1 Le Sage1 Le Texier1 Legendre1 Leleux1 Lemalu1 Les Arts Florissants1 Les Siècles1 Liadov1 Lichdl1 Lille1 Lindberg1 Lingotto1 Linnebach1 Lisiecki1 Lisitsa1 Loges1 London Philharmonic Choir1 Lortie1 Los Angeles Philharmonic Orchestra1 Lucchesini1 Luks1 Lupu1 Maazel1 Madetoja1 Madzar1 Mahler Chamber Orchestra1 Maltman1 Manfrino1 Mann1 Marais1 Margita1 Marks1 Mattila1 Maxwell Davies1 Mehta1 Metcjetina1 Meyer1 Michelangeli1 Milling1 Minaar1 Moiseiwitsch1 Moroz1 Moscou1 Mosolov1 Müller-Schott1 Münchner Staatsoper1 Nagano1 Nahon1 Naughton1 Nelsons1 Nemo1 Netopil1 Neuburger1 New York Philharmonic1 Nono1 Nott1 Odinius1 Ohlsson1 Opéra Comique1 Opéra d'Etat de Vienne1 Orchestra dil Maggio Musicale Fiorentino1 Orchestra of the Age of Enlightment1 Orchestre Baroque d'Amsterdam1 Orchestre National de Lille1 Orchestre Philharmonique Tchèque1 Orchestre Philharmonique d'Helsinki1 Orchestre Philharmonique de Berlin1 Orchestre Philharmonique de Munich1 Orchestre Philharmonique de Rotterdam1 Orchestre Philharmonique de Varsovie1 Orchestre Révolutionnaire et Romantique1 Orchestre du Festival de Budapest1 Orchestre-Atelier Ostinato1 Oskrostsvaridze1 Ovenden1 Pahud1 Panula1 Papavrami1 Pappano1 Paris de la Musique1 Peintre1 Perahia1 Perenyi1 Perle1 Persson1 Pertusi1 Petersen (M.)1 Petrenko1 Pfitzner1 Philadelphia1 Philharmonie de Berlin1 Philharmonie de Cluj1 Piau1 Pintscher1 Pires1 Pittsburgh Symphony1 Plessner1 Poltéra1 Pons1 Poppe1 Poulenc1 Pratt1 Pärt1 Quatuor Arditi1 Quatuor Asasello1 Quatuor Bennewitz1 Quatuor Casals1 Quatuor Danel1 Quatuor Doric1 Quatuor Ebène1 Quatuor Emerson1 Quatuor Escher1 Quatuor Girard1 Quatuor Hagen1 Quatuor Kocian1 Quatuor Modigliani1 Quatuor Oistrakh1 Quatuor Parkanyi1 Quatuor Prazak1 Quatuor Renoir1 Quatuor Zaïde1 Quatuor Zemlinsky1 Queyras1 Rancatore1 Rasilainen1 Reich1 Reinecke1 Renavand1 Rimsky-Korsakov1 Robertson1 Roesel1 Rome1 Rophé1 Rose1 Rotterdam1 Rouvali1 Royal1 Rozanova1 Rubackyte1 Rundfunk Sinfonie-Orchester Berlin1 Räisäinen-Midth1 Röschmann1 SWR Baden Baden1 Saint Clotilde1 Saint Denis1 Saint Saëns1 Saint-Roch1 Salabert1 Salzburg1 San Francisco Symphony1 Savall1 Saxophone1 Sceaux1 Scherbakov1 Schleiermacher1 Schnittke1 Schukkof1 Schuster1 Schwanewilms1 Schäffer1 Segerstam1 Selig1 Semishkur1 Sempé1 Sequenza 9.31 Serdyuk1 Sidhom1 Silvasti1 Simonpietri1 Sinchuk1 Sinfonieorchester des Bayerischer Rundfunk1 Sinopoli1 Siragusa1 Sokolov (Valery)1 Solti1 Son (Y.E.)1 Sorokine1 Southbank Centre1 Spano1 Staatskapelle Dresden1 Staud1 Stenbaek1 Stockhammer1 Stoklossa1 Storgards1 Straka1 Suh1 Swensen1 Swingle Singers1 Synergy Vocals1 Tamestit1 Tansman1 Tchetuev1 Tchinchinadze1 Teitgen1 Texas Festival Chamber Ensemble1 Thomas (I.)1 Thorette1 Théâtre de Poche Montparnasse1 Tiberghien1 Tilson Thomas1 Tippett1 Tischenko1 Trifonov1 Trio Guarneri1 Trombone1 Turin1 Uchida1 Ursuleasa1 Usitalo1 Uusitalo1 Vanskä1 Varjon1 Varèse1 Vasquez1 Vassalo1 Vassilakis1 Vedernikov1 Veneziano1 Ventris1 Verbey1 Verdi1 Vocal Consort Berlin1 Vogt1 Voisin1 Volle1 Volmer1 Volodos1 Vondung1 Wegner1 Weinberg1 Welser-Möst1 Wesseling1 Weynants1 White1 Wispelwey1 Wit1 Yamada1 Yastrybeva1 Ye-Eun1 Yundi Li1 Zagorinskaia1 Zelenka1 Zhidkova1 Zimmermann (F-P)1 Zukerman1 Zukerman Chamber Players1 Zylberstein1 d'Oria Nicolas1 de Maria1
Plus d'éléments