Kátia Kabanová : dernière d’une grande production implacable

 ∏ ∏ ∏ ∏ ∏


- Paris,  Palais Garnier, le mardi 5 avril 2011
- Janáček Kátia Kabanová
- Mise en scène, Christoph Marthaler ; co-mise en scène, Joachim Rathke ; décors et costumes, Anna Viebrock ; lumières, Olaf Winter ; chorégraphie, Thomas Stache ; dramaturgie, Stefanie Carp
- Katia Kabanova, Angela Denoke ; Varvara, Andrea Hill ; Kabanicha, Jane Henschel ; Tichon Kabanov, Donald Kaasch ; Boris Grigorievitch, Jorma Silvasti: Kudriach, Ales Briscein : DikoÏ, Vincent le Texier
- Chœur de l’Opéra National de Paris, Patrick Marie Aubert, direction
- Orchestre de l’Opéra National de Paris
- Tomas Netopil, direction

A celles et ceux qui, comme moi, ont pu s’étonner que Nicolas Joel, dont l’ambition première semble être de prendre le contrepied systématique de son prédécesseur Gérard Mortier, programme à Garnier un spectacle commandé en 1998 par le même Mortier, à l’époque patron du festival de Salzbourg, et repris par lui à Bastille en 2004, il convient de rappeler que cette mise en scène fut coproduite par le Capitole de Toulouse et donnée en ce théâtre en 2000. Qu’est ce qui avait conduit Joel à s’impliquer dans un univers théâtral dont rien ne laisse présager une quelconque affinité, ça reste un mystère.
C’est donc un spectacle bien connu (si on ajoute le DVD des représentations salzbourgeoises) qui était donné à Garnier, semble t-il pour la dernière fois et c’est en plus la toute dernière représentation qui est relatée ici. Connu, oui, mais suscitant toujours la même fascination et ce, en dépit du fait que Marthaler, pas plus que pour les reprises de Tristan et Isolde à Bayreuth ou pour celles de Wozzeck à Bastille, n’est venu superviser cette série de représentations, déléguant Joachim Rathke.

Les recettes de Marthaler et de sa décoratrice Anna Viebrock sont bien connues. S’emparer d’œuvres, en éliminer tous les éléments anecdotiques ou exotiques pour ne conserver que ce qui, pour eux, constitue le noyau central théâtral. Donc, le metteur en scène suisse supprime toute référence au texte d’Ostrovski, l’Orage, qui a inspiré son œuvre à Janacek. Pas d’atmosphère russe, pas de petite musique pré-tchékhovienne. Si Viebrock s’inspire toujours de décors qu’elle a vus et qui l’ont marquée, je ne suis pas du tout sûr qu’il faille y voir une transposition spatiale dans un pays précis. Dans le cas de Katia Kabanova, cette cour d’immeuble style HLM dégradés vient de la République tchèque mais est elle si différente de ce que l’on pourrait observer dans nos banlieues (je ne parle pas ici des cités) ? Donc ni nature, ni parc mystérieux, ni Volga ou succédané. Seule une minable fontaine qui ne fonctionne plus vraiment (brusque jet humoristique quand l’immonde couple Dikoï-Kabanicha s’accouple). Seulement un lieu où vont se jouer les rapports humains qui intéressent Marthaler : une jeune femme rêveuse parce que décalée en regard de l’univers dans lequel elle a été contrainte de vivre, et qui se laisse aller à aimer qui l’aime, pour se donner l’illusion d’une évasion possible ; une mère abusive qui fait le malheur de son fils et de sa bru et dont la vie se borne à un triangle religion-télévision-humiliation ; un environnement humain désoeuvré, volontiers voyeur mais qui vire soit à l’indifférence pour ceux qui n’ont pas de relation directe avec l’héroïne, soit au déni en se retournant contre le mur lorsque le drame advient. Un monde banal et trivial où les plus belles idées ne valent guère mieux que les poubelles qui ornent cette cour. Il n’est donc guère étonnant que le symbole de l’évasion face à cette vie pleine d’interdits soit cette immense armoire surréaliste dans laquelle Dikoï, la Kabanicha ou Tikhon vont chercher le petit verre de gnôle qui permet d’oublier, Varvara et Katia passent pour donner corps à leurs illusions, comme Alice passe au travers du miroir.
Du théâtre, rien que du théâtre, âpre, sans concession, sans gadget. Marthaler, comme tous les immenses metteurs en scène, sait gérer un espace, qu’il soit hyper-encombré comme celui de Wozzeck, ou quasi nu comme celui de Katia. Tout est là, implacable, deux heures durant sans entracte. Les spectateurs n’ont pas plus droit de s’évader que Katia Kabanova (raison évidente de l’adjonction de ces chœurs entonnés par les voisins du dessus entre chaque acte, de façon à éviter tout applaudissement ou toute distraction qui viendraient t casser le caractère inéluctable du scénario). C’est terrifiant car humain, trop humain. C’est bouleversant car, contrairement à la reprise de Wozzeck où le changement d’interprètes pour le rôle-titre et celui de Marie avait été fatal à l’équilibre de la représentation, là, deux des trois rôles principaux, Katia et Kabanicha sont donnés par les mêmes chanteuses qu’à Salzbourg en 1998.

Dire qu’Angela Denoke est bouleversante est un faible mot. Surtout pas une Bovary du petit peuple, encore moins une russe idéaliste perdue dans un monde de petits marchands. Seulement une jeune femme décalée que les circonstances de la vie conduisent là où elle ne pourrait rester. Angela Denoke entretient visiblement une grande relation de complicité avec Christoph Marthaler car sa Marie était déjà poignante dans un mode très différent de l’expressionnisme habituel. Comme pour Callas en Violetta ou Lucia, Schwarzkopf en Maréchale, Ludwig en Léonore, Rysanek en Impératrice, on en oublie la voix, le timbre, la technique. L’identification au personnage, à ses pré-requis, est telle qu’on peine à imaginer que ça puisse être fait autrement. C’est évidemment une incarnation à voir par les yeux et les oreilles, et non à entendre : la discographie de Denoke est d’ailleurs assez faible.

Le reste de la distribution est d’une formidable homogénéité. Jane Henschel, que je ne goûte guère par ailleurs, a su rester fidèle à ce que Marthaler lui demandait déjà à Salzbourg. Le gros écueil du rôle de Kabanicha est de tomber dans l’excès, avec toutes les vulgarités possibles. Non, ici, Henschel se contente d’être implacable dans sa conviction d’être telle qu’il faut être. Pas de méchanceté perverse chez elle, juste un rôle à assumer, sans complexe. Il n’y a d’ailleurs aucune ironie sous-jacente dans ses remerciements de dernière réplique : quelqu’un meurt dans la famille, les proches sont rassemblés, il est normal de les remercier. Implacable, écrivais-je plus haut !
Oui, bien sûr, Donald Kaasch est un Tichon Kabanov qui, physiquement, fait plus époux de Kabanicha que de Katia. Mais sa médiocrité est poignante et vocalement , en regard de ce que j’avais pu lire de sa performance lors de représentations précédentes, c’était mieux que correct. Jorma Silvasti avait du déclarer forfait lors d’une récente version de concert de Fidelio. Son Boris ne souffre aucune réserve. Le timbre est beau, mais pas trop pour éviter le piège du ténor bellâtre, la technique et la diction sont parfaites, le jeu d’acteur est remarquable pour un nouveau venu dans cette production. Andrea Hill est une magnifique découverte en Varvara, jeune femme déjà partie dans sa tête, Kudriach ou pas. Le contraste avec Katia est saisissant, bouleversant même, tellement on est convaincu de ce qui va se passer sans connaître l’histoire. Une jeune canadienne à suivre attentivement. Point de découverte mais une belle confirmation avec Ales Briscein, déjà entendu dans divers Strauss, Janacek, Smetana et Fidelio. Le timbre est lumineux, la technique est impeccable, la projection des mots parfaite (ça aide d’être tchèque), bref un excellent Kudriach qui mériterait sans doute une meilleure notoriété. Vincent Le Texier s’était un peu perdu en Wozzeck (la comparaison avec le stratosphérique Keenlyside était redoutable) mais, dans Katia, son Dikoï est à l’égal de la Kabanicha de Jane Henschel. Point n’est besoin de trop en faire. Le personnage est bien assez lourd comme ça. Le Texier est parfait.

De cette production, nous ne connaissions, aussi bien dans le DVD de Salzbourg que lors de la reprise à Bastille, que la direction de Sylvain Cambreling. Fine, acérée, implacable comme la mise en scène de Marthaler. C’est à tout autre chose que nous invite le chef tchèque Tomas Netopil. Ce dernier, âgé de 36 ans, nous était connu par le DVD du Lucio Silla capté à Salzbourg en 2006. Direction brillante, pleine de feu, mais Katia Kabanova, c’est tout de même autre chose qu’un opera seria de Mozart ! Il sera difficile d’éviter le cliché du chef qui joue dans son arbre généalogique tant sa direction fut lyrique comme seuls les tchèques savent l’être. Tempi plutôt amples (certainement beaucoup lents que ceux de Cambreling), sachant créer des ruptures, direction avec laquelle les musiciens de l’orchestre de l’Opéra parurent en parfaite symbiose.
A cet égard, le prélude du premier acte fut un bel exemple de ce que Netopil sait faire dans une fosse d’orchestre : planter une atmosphère et faire de ces quelques mesures un mini poème symphonique qui, outre le fait de présenter quelques uns des thèmes principaux de l’œuvre, dépeint l’univers mental dans lequel les personnages vont évoluer. Autre qualité remarquable dans cette direction : la capacité à maintenir la tension musicale tout du long du spectacle. A l’inverse de la version discographique de Jaroslav Krombolc qui semble faire des impasses, étrangement absent durant les passages purement orchestraux, Netopil utilise au contraire ces « ponts » comme autant de respirations psychologiques entre deux scènes. L’attention portée aux voix dénote aussi le très bon chef d’opéra ; la conduite des grandes scènes, qu’il s’agisse du rendez vous amoureux, celle des aveux, celle des adieux, sont autant d’exemples de conduite théâtrale qui rapprochent plus la direction de Netopil de la version Mackerras. L’adéquation de cette direction au travail mené par Angela Denoke prouve un profond respect des chanteurs mais aussi une vision bâtie et discutée ensemble. En fait, la plus grande qualité que l’on puisse noter est cette capacité à se faire une place dans une production si bien huilée tout en apportant une touche personnelle indéniable. Une vision musicale peut être moins parfaitement liée à celle de Marthaler que ce que Cambreling proposait mais, là aussi, nous sommes en grande attente de réentendre Netopil, soit dans la fosse, soit à la tête de l’un de nos orchestres parisiens.

S’il se confirme que cette représentation du 5 avril 2011 était bien la dernière, saluons bien bas une production marquante que certains placent dans leur Top 10 ou 20 des productions d’opéras. Peu importe ces classements et disons juste que celle-ci restera gravée dans notre mémoire.
Et on attend/espère certaine Affaire Makropoulos l’été prochain à Salzbourg avec un trio Salonen/Marthaler/Denoke qui fait saliver.

Philippe Houbert
Contrat Creative Commons
le petit concertorialiste by Théo Bélaud est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 2.0 France.  

Libellés

Brahms31 Orchestre Philharmonique de Radio-France29 Schumann29 Chopin25 Mozart25 Quatuor23 Rachmaninov23 Mahler21 Orchestre de Paris21 Schubert21 Orchestre National de France19 Opéra17 Orchestres britanniques16 Pianistes français16 Ravel16 Choeur/Maitrise de Radio-France15 Violoncelle15 Bach14 Prokofiev14 Salonen14 Sibelius14 Bartok13 Chostakovitch13 Orchestres allemands/autrichiens13 Berg12 Edition musicale / historiographie12 Franck (M.)12 La Roque12 Tchaikovsky12 Cité de la Musique11 Debussy11 Haydn11 Järvi (Paavo)11 Mendelssohn11 Philharmonie de Paris11 Stravinsky11 Maison de Radio-France10 Wagner10 Berezovsky9 Ensembles/solistes baroques9 Lugansky9 Pianistes hongrois9 Buniatishvili8 Châtelet8 Hannigan8 Louvre8 Barenboim7 London Symphony Orchestra7 Opéra National de Paris7 Orchestres russes7 Pianistes italiens7 Schoenberg7 Bruckner6 Gergiev6 Jurowski6 Le Touquet6 Présences6 Ranki6 Strauss6 clarinette6 Andsnes5 Berlioz5 Bouffes du Nord5 Ciccolini5 Davis (Colin)5 Janacek5 Leonskaja5 London5 London Philharmonic Orchestra5 Masur5 Pollini5 Sokolov5 de la Salle5 Bastille4 Boulez4 Britten4 Cortot (salle)4 Dusapin4 Ensemble Intercontemporain4 Ensemble Modern4 Gatti4 Ligeti4 Moussorgsky4 Orchestres américains4 Philharmonia Orchestra4 Repin4 Rudenko4 Staatskapelle Berlin4 Wittgenstein4 Academia Santa Cecilia3 Alto3 Bagatelle3 Berlin3 Bruxelles3 Chung3 De Falla3 Denoke3 Dvorak3 Festival d'Automne à Paris3 Freire3 Gaveau3 Grange de Meslay3 Grimaud3 Hautbois3 Inbal3 Kalagina3 Klukon3 Kurtag3 Mantovani3 Mariinsky3 Medtner3 Muti3 Nigl3 Ollu3 Orchestre Philharmonique de Saint Petersbourg3 Orchestre Philharmonique de Vienne3 Palais Garnier3 Pletnev3 Rameau3 Rosen3 Rossini3 Saraste3 Seine Musicale3 Szymanowski3 Tetzlaff3 Thielemann3 Virsaladze3 Webern3 Widmann3 Zemlinsky3 Znaider3 Abbado2 Adorno2 Aix-en-Provence2 Angelich2 Arbo2 Auteuil2 Boulez-Saal2 Braunstein2 Breitkopf2 Buniatishvili (G.)2 Chauviré2 Chicago Symphony2 Choeur de l'Orchestre de Paris2 Concertgebouw d'Amsterdam2 Conolly2 Covent Garden2 Cowell2 Dalhaus2 Dohnanyi2 Dukas2 Dutilleux2 Ensemble Orchestral de Paris2 Fauré2 Fedosseyev2 Flûte2 Furtwängler2 Gershwin2 Gewandhaus Leipzig2 Glück2 Goerne2 Grieg2 Grinberg2 Gubanova2 H.J. Mayer2 Hahn2 Haitink2 Hanslick2 Harding2 Hengelbrock2 Heras-Casado2 Herrmann2 Hillborg2 Hirsch2 Honeck2 Institut Hongrois2 Ives2 Jansons2 Jordan2 Kavakos2 Khachatryan2 Klinton2 Koopman2 Kovacevich2 Kreisler2 Lachenmann2 Langrée2 Lutoslawski2 Lyapunov2 Manzoni2 Masycheva2 Matsuev2 Mattei2 Messiaen2 Meyer (Paul)2 Mullova2 Mälkki2 Noseda2 Oelze2 Orchestre Symphonique Tchaikovsky2 Orchestre du Conservatoire de Paris2 Orchestre du Festival de Lucerne2 Orsay2 Petibon2 Pontoise2 Prohaska2 Quatuor Arod2 Quatuor Artemis2 Quatuor Borodin2 Quatuor Diotima2 Quatuor Pavel Haas2 Roth2 Roussev2 Rydl2 Saariaho2 Saint Roch2 Sallinen2 Scriabin2 Sinfonia Varsovia2 Soulez2 Temirkanov2 Théâtre de la Ville2 Weber2 West-Eastern Divan Orchestra2 Youn2 Yuja Wang2 Zehetmair2 Zinman2 1041 Ablinger-Sperrhake1 Abrahamyan1 Académie d'Etat de Moscou1 Adams1 Adès1 Afkham1 Agache1 Aikin1 Aimard1 Ambronay1 Amy1 Antheil1 Antonini1 Ars Nova1 Ashkenazy1 Athénée1 Attahir1 BBC Symphony Orchestra1 Baechle1 Ballet1 Balthasar-Neumann Ensemble und Chor1 Barath1 Barber1 Barbican1 Barenboim (Michaël)1 Bashkirova1 Bausch1 Bedford1 Begley1 Benjamin1 Benzi1 Berglund1 Berio1 Berlinskaïa1 Blacher1 Blomstedt1 Bonitatibus1 Borodin1 Borodina1 Bou1 Bourion1 Bozar1 Brauer1 Bringuier1 Briot1 Bronfman1 Brunnet-Grupposo1 Bryant1 Buchbinder1 Bulycheva1 Bärenreiter1 Cage1 Cambreling1 Capuçon (G.)1 Carsen1 Casadei1 Casella1 Caussé1 Cerha1 Chailly1 Chamayou1 Chamber Orchestra of Europe1 Chapuis1 Charpentier1 Cheng1 Choeur National d'Estonie1 Choi1 Choir of Eltham College1 Christie1 Ciampollini1 Ciuller1 Clavecin1 Claycomb1 Cleveland Orchestra1 Collegium 17041 Colli1 Colonne1 Concert des Nations1 Condoluci1 Conlon1 Conservatoire Royal1 Coppey1 Cor1 Couperin1 Courkal1 Crapez1 Crumb1 Csalog1 Cuende1 Dalayman1 Dalbavie1 Damiens1 Danse1 Danto1 Dasch1 Davislim1 De Visée1 De la Fuente1 Delangle1 Delestska1 Demarquette1 Desjardins1 Deutsch1 Devilleneuve1 Diener1 Dohnanyi (E.)1 Dolgov1 Dombrecht1 Dubois1 Dudamel1 Dudinova1 Dumaux1 Duruflé1 Dutoit1 Eisler1 El Khoury1 Elgr1 Elliot1 Elsner1 End of the World1 Engerer1 Ensemble Avanti1 Ensemble Correspondances1 Ensemble Kanazawa1 Ensemble Musikfabrik1 Ensemble Pierre Robert1 Ensemble Resonanz1 Evin1 Eötvös1 Faber1 Farina1 Fasolis1 Faust1 Fedele1 Fedorova1 Fekete1 Fin du monde1 Fink1 Fiolia1 Fischer (I.)1 Fischer (J.)1 Forcalquier1 Forsyth1 Franck1 Frang1 Fray1 Fritz1 Frühbeck de Burgos1 Fujimura1 Gardiner1 Gerstein1 Giardinio Armonico1 Gilels1 Ginzburg1 Glanert1 Glazounov1 Gluzman1 Gould (S.)1 Granados1 Granjon1 Grimal1 Grisey1 Groves1 Groza1 Gubisch1 Gulbenkian1 Gutman1 Güra1 Hackbarth1 Haenchen1 Haendel1 Hampson1 Hantaï1 Harada1 Harteros1 Helmchen1 Henschel (D.)1 Henschel (J.)1 Henze1 Herlitzius1 Hoffman (Gary)1 Hofmann1 Honegger1 Hope1 Horowitz1 I Barrochisti1 Il Fondamento1 Inoue1 Invernizzi1 Isokoski1 Isserlis1 Izquierdo1 Jablonski1 Jalbert1 Jando1 Janowski1 Jansen1 Jarrousky1 Joneleit1 Josefowicz1 Juntunen1 Järvi (Neeme)1 Kaasch1 Kahn1 Kameneva1 Karnéus1 Karthäuser1 Karttunen1 Kaufmann1 Keohane1 Kerl1 Ketelen1 Kiss-B1 Kivy1 Kochanovsky1 Kodaly1 Kolosova1 Komsi (A)1 Komsi (P)1 Koroliov1 Kozhukhin1 Kravets1 Kremer1 Kriiku1 Krylov1 Kuijken (S.)1 La Monnaie1 Laneri1 Lang1 Lang Lang1 Larsson1 Le Sage1 Le Texier1 Legendre1 Leleux1 Lemalu1 Les Arts Florissants1 Les Siècles1 Liadov1 Lichdl1 Lille1 Lindberg1 Lingotto1 Linnebach1 Lisiecki1 Lisitsa1 Loges1 London Philharmonic Choir1 Lortie1 Los Angeles Philharmonic Orchestra1 Lucchesini1 Luks1 Lupu1 Maazel1 Madetoja1 Madzar1 Mahler Chamber Orchestra1 Maltman1 Manfrino1 Mann1 Marais1 Margita1 Marks1 Mattila1 Maxwell Davies1 Mehta1 Metcjetina1 Meyer1 Michelangeli1 Milling1 Minaar1 Moiseiwitsch1 Moroz1 Moscou1 Mosolov1 Müller-Schott1 Münchner Staatsoper1 Nagano1 Nahon1 Naughton1 Nelsons1 Nemo1 Netopil1 Neuburger1 New York Philharmonic1 Nono1 Nott1 Odinius1 Ohlsson1 Opéra Comique1 Opéra d'Etat de Vienne1 Orchestra dil Maggio Musicale Fiorentino1 Orchestra of the Age of Enlightment1 Orchestre Baroque d'Amsterdam1 Orchestre National de Lille1 Orchestre Philharmonique Tchèque1 Orchestre Philharmonique d'Helsinki1 Orchestre Philharmonique de Berlin1 Orchestre Philharmonique de Munich1 Orchestre Philharmonique de Rotterdam1 Orchestre Philharmonique de Varsovie1 Orchestre Révolutionnaire et Romantique1 Orchestre du Festival de Budapest1 Orchestre-Atelier Ostinato1 Oskrostsvaridze1 Ovenden1 Pahud1 Panula1 Papavrami1 Pappano1 Paris de la Musique1 Peintre1 Perahia1 Perenyi1 Perle1 Persson1 Pertusi1 Petersen (M.)1 Petrenko1 Pfitzner1 Philadelphia1 Philharmonie de Berlin1 Philharmonie de Cluj1 Piau1 Pintscher1 Pires1 Pittsburgh Symphony1 Plessner1 Poltéra1 Pons1 Poppe1 Poulenc1 Pratt1 Pärt1 Quatuor Arditi1 Quatuor Asasello1 Quatuor Bennewitz1 Quatuor Casals1 Quatuor Danel1 Quatuor Doric1 Quatuor Ebène1 Quatuor Emerson1 Quatuor Escher1 Quatuor Girard1 Quatuor Hagen1 Quatuor Kocian1 Quatuor Modigliani1 Quatuor Oistrakh1 Quatuor Parkanyi1 Quatuor Prazak1 Quatuor Renoir1 Quatuor Zaïde1 Quatuor Zemlinsky1 Queyras1 Rancatore1 Rasilainen1 Reich1 Reinecke1 Renavand1 Rimsky-Korsakov1 Robertson1 Roesel1 Rome1 Rophé1 Rose1 Rotterdam1 Rouvali1 Royal1 Rozanova1 Rubackyte1 Rundfunk Sinfonie-Orchester Berlin1 Räisäinen-Midth1 Röschmann1 SWR Baden Baden1 Saint Clotilde1 Saint Denis1 Saint Saëns1 Saint-Roch1 Salabert1 Salzburg1 San Francisco Symphony1 Savall1 Saxophone1 Sceaux1 Scherbakov1 Schleiermacher1 Schnittke1 Schukkof1 Schuster1 Schwanewilms1 Schäffer1 Segerstam1 Selig1 Semishkur1 Sempé1 Sequenza 9.31 Serdyuk1 Sidhom1 Silvasti1 Simonpietri1 Sinchuk1 Sinfonieorchester des Bayerischer Rundfunk1 Sinopoli1 Siragusa1 Sokolov (Valery)1 Solti1 Son (Y.E.)1 Sorokine1 Southbank Centre1 Spano1 Staatskapelle Dresden1 Staud1 Stenbaek1 Stockhammer1 Stoklossa1 Storgards1 Straka1 Suh1 Swensen1 Swingle Singers1 Synergy Vocals1 Tamestit1 Tansman1 Tchetuev1 Tchinchinadze1 Teitgen1 Texas Festival Chamber Ensemble1 Thomas (I.)1 Thorette1 Théâtre de Poche Montparnasse1 Tiberghien1 Tilson Thomas1 Tippett1 Tischenko1 Trifonov1 Trio Guarneri1 Trombone1 Turin1 Uchida1 Ursuleasa1 Usitalo1 Uusitalo1 Vanskä1 Varjon1 Varèse1 Vasquez1 Vassalo1 Vassilakis1 Vedernikov1 Veneziano1 Ventris1 Verbey1 Verdi1 Vocal Consort Berlin1 Vogt1 Voisin1 Volle1 Volmer1 Volodos1 Vondung1 Wegner1 Weinberg1 Welser-Möst1 Wesseling1 Weynants1 White1 Wispelwey1 Wit1 Yamada1 Yastrybeva1 Ye-Eun1 Yundi Li1 Zagorinskaia1 Zelenka1 Zhidkova1 Zimmermann (F-P)1 Zukerman1 Zukerman Chamber Players1 Zylberstein1 d'Oria Nicolas1 de Maria1
Plus d'éléments