Salonen nostrum

∏ ∏
- Paris, Salle Pleyel, le mercredi 8 juin 2011
- Debussy, La Mer - Ravel, Concerto pour piano en sol majeur - Beeethoven, Symphonie n°7 en la majeur, op. 92
- Orchestre de Paris
- David Fray, piano
- Esa-Pekka Salonen, direction



La représentation symbolique de cette critique tendant légèrement à l'impossible, le choix s'est porté, exceptionnellement, sur une sorte de moyenne. Pas uniquement en raison du caractère hétérogène de la qualité des composantes de ce concert - composantes dans tous les sens possibles : œuvres, interprètes, chef et orchestre, niveau d'exécution et d'inspiration, tout y aura été dissemblable et fluctuant.
C'est peu dire que pour beaucoup cette soirée étaient attendue, désirée, aimée par avance. Surtout après l'inoubliable mois de février offert par le festival Présences consacré à Salonen. En point d'orgue à la saison du renouveau de l'Orchestre de Paris, le concert se devait d'être beau, n'était-ce que pour être à la hauteur de l'engouement qu'il avait provoqué à la location. Au passage, cela aura été l'unique fois de la saison que j'aurais renoncé à me rendre à un bon concert doublé, n'ayant pris ma place que pour la première soirée (celle du film ci-dessous) : et la seule, en-dehors peut-être des concerts d'Abbado et de l'un des Barenboim, où aucun ou presque aucun des impétrants venus quémander au guichet avec deux heures d'avance ne trouverais son bonheur.

Pour trois raisons de différentes natures, qui pour un certain nombre de lecteurs sont évidentes, je ne dirai presque rien du concerto. Tout d'abord, j'en ai déjà fait état quelques fois ici, une forme qui va en s'aggravant de rejet de l'esthétique ravelienne m'interdit de commenter en conscience toute interprétation d'une œuvre de Ravel pour laquelle il ne me resterait pas un peu d'appétence - cela aurait été le cas de l'autre concerto, par exemple. D'autre part : il ne me paraît pas utile de développer, de toute façon, sur ce qui ne pouvait être que la partie la moins préparée du concert, par conséquent de loin la moins représentative de ce qu'un chef aux capacités hors-normes comme Salonen parvient à apporter à une phalange telle que l'OP. Enfin, que puis-je dire sur David Fray que je n'ai déjà écrit sur classiqueinfo, et qui a valu à cette revue, à mes camarades dont certains m'épaulent encore ici d'innombrables désagréments ? Je suis immunisé contre ceux-ci à présent et pourrait redire de façon plus radicale, celle qui peut être entendue dans la bouche de quantité de personnes aux abords des salles de concert, mais à quoi bon ? Après tout, j'accepte mieux le fait que Fray poursuive sa carrière que je ne le supporte dans le cas de Yundi Li, Evgueny Kissin ou Lars Vogt, qui est, je m'en rends compte maintenant, un Fray élevé au carré.
De fait, j'ai incomparablement moins souffert (je n'ai d'ailleurs pas souffert physiquement comme cela avait le cas lors des récitals de Fray auxquels j'ai assisté) lors de ce concerto en sol qu'à l'occasion du tout récent Brahms de Vogt. Le piano, dans les deux cas, est assez identique à lui-même dans sa négation instrumentale, et la complaisance compensatrice largement similaire. Mais dans un cas, c'est Brahms, dans l'autre, Ravel, et les conséquences à en tirer ne sont pas les mêmes, que ce soit vis-à-vis de piano ou de la complaisance. Le type même de vulgarité du Bach ou du Schubert de Fray me paraissent ici presque à son bon usage, et si ces mains étaient des mains des pianistes, si l'instrument ferraillait un peu moins et se projetait un peu plus, honnêtement, je trouverais cela tout à fait convenable.



Salonen a signé pour le disque une Mer qui n'a pas que des partisans, y compris par les admirateurs du finlandais volant. J'apprécie cependant beaucoup cet enregistrement singulier, plus minéral de texture et de logique que l'ordinaire, refusant le sensualisme et l'esthétisme habituel. Mais le moins que l'on puisse dire est que soit la vision de Salonen a profondément évolué, soit celui-ci s'est montré souple et (très) imaginatif pour contourner les limites de l'orchestre, voire en tirer profit. Je penche naturellement pour la seconde explication. Cette Mer extrêmement, radicalement contrastée, furieusement dialectique, quasi beethovenienne de forme présente qui plus est le paradoxe de renvoyer à un imaginaire sonore lui-même à mille lieux de l'univers luxueusement chirurgical de Los Angeles. Par nécessité, l'Orchestre de Paris ne peut prétendre ici à proposer quelque luxe que ce soit, sauf à revenir à une logique d'écoute où la richesse est faite d'une diversité plus brute, moins coloriste et chatoyante, mais dotée de plus d'arêtes et d'extrémités. On retrouve là une certaine nudité originelle du propos debussyste, qui renvoie à l'immédiateté non embarrassée de fioritures d'interprétations des années 40 ou 50 - jusque dans l'absence de tout velouté aux cors, qui pour la première fois peut-être cette saison prend un sens véritable.
Cela aurait pu être un choix par défaut, et l'est certes forcément en partie. Mais c'est ce qui fait que Salonen est aussi un grand chef par une pluralité d'aspects, parmi lesquels une faculté presque sans équivalent de tirer un parti intéressant de toutes les qualités et toutes les faiblesses de presque n'importe quel orchestre : mieux, l'habileté à adapter le discours musical exhibé aux possibilités physiques à disposition, et c'est exactement ce qui se passe ici. La construction de la tension est absolument exemplaire dans l'entame de De l'aube..., du fait de l'attention portée à une lecture maximale des variations dynamiques (la gestion des trémolos, admirables), et d'un sens des dissociation de climats tout à fait admirable. Et c'est souvent là où la réalisation laisse le plus à désirer que le résultat discursif et diachronique s'impose avec le plus de force : des chiffres 9 à 10 par exemple, et surtout jusqu'à 14 et donc à l'orée de la conclusion, typique de l'art salonenien - céder en battue et en dynamique revenant à créer toujours plus de tension. La coda arrivait d'ailleurs fortes de presque trop de promesses : l'incapacité des bois, pourtant aussi bien disposés qu'ils peuvent l'être, à traverser le rideau sonore pour reconvoquer l'idée première, renvoie malgré toute l'élévation musicale qui précédait au prosaïsme des problèmes techniques fondamentaux d'exécution de La Mer.

Jeux de vagues est en un sens l'esquisse la plus réussie en même temps qu'elle est la plus représentative, en raison de l'écriture, d'une tendance ambigüe de Salonen, consistant à s'avancer aux limites d'une virtuosité de compensation. Une telle remarque s'appliquait déjà, récemment, à sa Musique pour cordes, percussion et célesta donnée avec un Philharmonia qui, en étant d'un tout autre niveau que l'OP, n'avait pas cette musique dans ses cordes, au sens strict. La classe dans la virtuosité, la cohésion dans l'engagement sont des critères particulièrement discriminants pour ces mêmes pupitres dans Jeux de vagues, et c'est en cela que l'attitude de Salonen est ambigüe : prise de risque extrême ou obsession extrémiste d'un contrôle du mouvement et des phrasés ? Les deux pris dans la même logique, ivre d'une science infinie du bras, d'un rapport démiurgique à la respiration sans cesse changeante. Le résultat logique est terriblement imparable - nonobstant dans des défauts relatifs d'équilibres, dus à la présence excessive des cors et à un manque de densité du chant aux voix graves et intermédiaires (33-34 par exemple).

Mais l'on en vient, comme dans le Bartok londonien, à regretter la forme d'immédiateté moins désirée, moins volontariste dans la virtuosité, la grâce en somme, auxquelles Salonen parvenait aussi bien dans Ravel, Sibelius, Ligeti ou Varèse avec le Philharmonique de Radio-France. La remarque vaut pour le Dialogue..., presque aussi impressionnant que Jeux de vagues dans le caractère indiscutable de sa conduite, sa force dialectique formidable, son architectonique abstraite foncièrement première par rapport aux charmes chromatiste et plastique : c'est une ambiguïté fondamentale de la direction debussyste selon Salonen, qui se retrouve dans le Beethoven, dans la mesure où la chair, le physicalisme maximisé du geste équivalent dans cette logique au plus haut point d'abstraction formel, puisqu'en est retranché la dimension la plus immédiatement ragoûtante. Cette direction est en fait simultanément séduisante et irritante, car donnant autant le sentiment de pleins pouvoirs que de passage en force - c'est objectivement un passage en force que cette Mer.

A travers cela et la 7e Symphonie qui suit se dessine une sorte de dualité du chef Salonen parvenu à sa pleine maturité, à sa pleine gloire légitime qui fait qu'on est, quelque part, prêt à tout accepter de sa part : d'un côté, un abbadianisme amélioré, dans la faculté d'aller au plus près d'un sens naturel, originel de la musique écrite. De l'autre, ce qui a largement pris le dessus lors de ce concert, quelque chose dont l'héritage serait à retracer du côté du premier Bernstein, relevant davantage du domptage passionné tant de l'orchestre que de la forme, plutôt que de la transfiguration par la détente que l'on a aussi tant de fois vu Salonen réussir. Foncièrement enthousiasmante, festive et roborative (avec 32 violons...), cette 7e peut être considérée comme anecdotique car la méthode, similaire à celle appliquée dans Debussy, produit un résultat fondamentalement dépourvu d'originalité sur la durée de l’œuvre. Ce n'est pas un mal en soi, loin s'en fait, mais il eût été préférable de d'entendre ce Beethoven musculeux, surpuissant sans lourdeur mais sans réelle grâce non plus, avec la Radio Bavaroise ou la Staatskapelle de Dresde, les deux grands orchestres allemands de tradition que dirige Salonen actuellement.
Cette exécution pouvait toutefois paraître à bien des égards plus excitante que celle captée en concert avec Los Angeles, les choix de Salonen semblant s'être affermis depuis. Elle était du reste nettement plus tenue et aboutie que celle de grand luxe proposée par Jansons et le Concertgebouw cette saison, mais cependant moins transverse et prenante que les grandes Héroïques de cette année (Jurowski, Janowski, Barenboim) ou même que la 4e donnée deux fois par Järvi avec le même orchestre ! A moyens instrumentaux égaux, ce qui sépare le Finlandais et l'Estonien ici semble relever des degrés de murissement pratique respectifs auxquels sont parvenus les deux chefs dans Beethoven, et qui fait que la force logique de l'un, là encore certaine, s'obtient au prix d'un effort constructif de chaque instant alors que l'autre impose une logique d'ensemble donnée comme point de départ du travail d'orchestre. Ce qui est particulièrement frappant dans les deux derniers mouvements de Salonen, nettement moins convaincants que les deux premiers, la débauche impressionnante d'énergie y tournant pour partie à vide, tantôt à cause d'un excès d'appuis dans le III, ou d'une cession à la facilité de la vitesse dans le finale - mouvement où Järvi en concert, à l'opposé de la représentation de la vague historiciste, donne une leçon de tenue cumulatrice en retenant le tempo pour mieux le lâcher par vagues successives.
Restait toutefois un premier mouvement parfois brouillon dans l'engagement de l'harmonie (mais au moins cet engagement était-il présent) mais aux transitions parfois remarquables, et surtout un allegretto assez superbe, faisant notamment entendre (enfin !) idéalement la sortie du fugato et les neuf mesures d'exclamation du contre-sujet au bois, d'ordinaire inaudibles (à G). Le type même de petit miracle d'intelligibilité, de transparence qui, avec notre meilleur Salonen, se produit à l'échelle d'une œuvre et le plus souvent d'un concert entier - avec notre orchestre français, qui devrait être le sien quand bon lui semblera.


Libellés

Brahms31 Orchestre Philharmonique de Radio-France29 Schumann29 Chopin25 Mozart25 Quatuor23 Rachmaninov23 Mahler21 Orchestre de Paris21 Schubert21 Orchestre National de France19 Opéra17 Orchestres britanniques16 Pianistes français16 Ravel16 Choeur/Maitrise de Radio-France15 Violoncelle15 Bach14 Prokofiev14 Salonen14 Sibelius14 Bartok13 Chostakovitch13 Orchestres allemands/autrichiens13 Berg12 Edition musicale / historiographie12 Franck (M.)12 La Roque12 Tchaikovsky12 Cité de la Musique11 Debussy11 Haydn11 Järvi (Paavo)11 Mendelssohn11 Philharmonie de Paris11 Stravinsky11 Maison de Radio-France10 Wagner10 Berezovsky9 Ensembles/solistes baroques9 Lugansky9 Pianistes hongrois9 Buniatishvili8 Châtelet8 Hannigan8 Louvre8 Barenboim7 London Symphony Orchestra7 Opéra National de Paris7 Orchestres russes7 Pianistes italiens7 Schoenberg7 Bruckner6 Gergiev6 Jurowski6 Le Touquet6 Présences6 Ranki6 Strauss6 clarinette6 Andsnes5 Berlioz5 Bouffes du Nord5 Ciccolini5 Davis (Colin)5 Janacek5 Leonskaja5 London5 London Philharmonic Orchestra5 Masur5 Pollini5 Sokolov5 de la Salle5 Bastille4 Boulez4 Britten4 Cortot (salle)4 Dusapin4 Ensemble Intercontemporain4 Ensemble Modern4 Gatti4 Ligeti4 Moussorgsky4 Orchestres américains4 Philharmonia Orchestra4 Repin4 Rudenko4 Staatskapelle Berlin4 Wittgenstein4 Academia Santa Cecilia3 Alto3 Bagatelle3 Berlin3 Bruxelles3 Chung3 De Falla3 Denoke3 Dvorak3 Festival d'Automne à Paris3 Freire3 Gaveau3 Grange de Meslay3 Grimaud3 Hautbois3 Inbal3 Kalagina3 Klukon3 Kurtag3 Mantovani3 Mariinsky3 Medtner3 Muti3 Nigl3 Ollu3 Orchestre Philharmonique de Saint Petersbourg3 Orchestre Philharmonique de Vienne3 Palais Garnier3 Pletnev3 Rameau3 Rosen3 Rossini3 Saraste3 Seine Musicale3 Szymanowski3 Tetzlaff3 Thielemann3 Virsaladze3 Webern3 Widmann3 Zemlinsky3 Znaider3 Abbado2 Adorno2 Aix-en-Provence2 Angelich2 Arbo2 Auteuil2 Boulez-Saal2 Braunstein2 Breitkopf2 Buniatishvili (G.)2 Chauviré2 Chicago Symphony2 Choeur de l'Orchestre de Paris2 Concertgebouw d'Amsterdam2 Conolly2 Covent Garden2 Cowell2 Dalhaus2 Dohnanyi2 Dukas2 Dutilleux2 Ensemble Orchestral de Paris2 Fauré2 Fedosseyev2 Flûte2 Furtwängler2 Gershwin2 Gewandhaus Leipzig2 Glück2 Goerne2 Grieg2 Grinberg2 Gubanova2 H.J. Mayer2 Hahn2 Haitink2 Hanslick2 Harding2 Hengelbrock2 Heras-Casado2 Herrmann2 Hillborg2 Hirsch2 Honeck2 Institut Hongrois2 Ives2 Jansons2 Jordan2 Kavakos2 Khachatryan2 Klinton2 Koopman2 Kovacevich2 Kreisler2 Lachenmann2 Langrée2 Lutoslawski2 Lyapunov2 Manzoni2 Masycheva2 Matsuev2 Mattei2 Messiaen2 Meyer (Paul)2 Mullova2 Mälkki2 Noseda2 Oelze2 Orchestre Symphonique Tchaikovsky2 Orchestre du Conservatoire de Paris2 Orchestre du Festival de Lucerne2 Orsay2 Petibon2 Pontoise2 Prohaska2 Quatuor Arod2 Quatuor Artemis2 Quatuor Borodin2 Quatuor Diotima2 Quatuor Pavel Haas2 Roth2 Roussev2 Rydl2 Saariaho2 Saint Roch2 Sallinen2 Scriabin2 Sinfonia Varsovia2 Soulez2 Temirkanov2 Théâtre de la Ville2 Weber2 West-Eastern Divan Orchestra2 Youn2 Yuja Wang2 Zehetmair2 Zinman2 1041 Ablinger-Sperrhake1 Abrahamyan1 Académie d'Etat de Moscou1 Adams1 Adès1 Afkham1 Agache1 Aikin1 Aimard1 Ambronay1 Amy1 Antheil1 Antonini1 Ars Nova1 Ashkenazy1 Athénée1 Attahir1 BBC Symphony Orchestra1 Baechle1 Ballet1 Balthasar-Neumann Ensemble und Chor1 Barath1 Barber1 Barbican1 Barenboim (Michaël)1 Bashkirova1 Bausch1 Bedford1 Begley1 Benjamin1 Benzi1 Berglund1 Berio1 Berlinskaïa1 Blacher1 Blomstedt1 Bonitatibus1 Borodin1 Borodina1 Bou1 Bourion1 Bozar1 Brauer1 Bringuier1 Briot1 Bronfman1 Brunnet-Grupposo1 Bryant1 Buchbinder1 Bulycheva1 Bärenreiter1 Cage1 Cambreling1 Capuçon (G.)1 Carsen1 Casadei1 Casella1 Caussé1 Cerha1 Chailly1 Chamayou1 Chamber Orchestra of Europe1 Chapuis1 Charpentier1 Cheng1 Choeur National d'Estonie1 Choi1 Choir of Eltham College1 Christie1 Ciampollini1 Ciuller1 Clavecin1 Claycomb1 Cleveland Orchestra1 Collegium 17041 Colli1 Colonne1 Concert des Nations1 Condoluci1 Conlon1 Conservatoire Royal1 Coppey1 Cor1 Couperin1 Courkal1 Crapez1 Crumb1 Csalog1 Cuende1 Dalayman1 Dalbavie1 Damiens1 Danse1 Danto1 Dasch1 Davislim1 De Visée1 De la Fuente1 Delangle1 Delestska1 Demarquette1 Desjardins1 Deutsch1 Devilleneuve1 Diener1 Dohnanyi (E.)1 Dolgov1 Dombrecht1 Dubois1 Dudamel1 Dudinova1 Dumaux1 Duruflé1 Dutoit1 Eisler1 El Khoury1 Elgr1 Elliot1 Elsner1 End of the World1 Engerer1 Ensemble Avanti1 Ensemble Correspondances1 Ensemble Kanazawa1 Ensemble Musikfabrik1 Ensemble Pierre Robert1 Ensemble Resonanz1 Evin1 Eötvös1 Faber1 Farina1 Fasolis1 Faust1 Fedele1 Fedorova1 Fekete1 Fin du monde1 Fink1 Fiolia1 Fischer (I.)1 Fischer (J.)1 Forcalquier1 Forsyth1 Franck1 Frang1 Fray1 Fritz1 Frühbeck de Burgos1 Fujimura1 Gardiner1 Gerstein1 Giardinio Armonico1 Gilels1 Ginzburg1 Glanert1 Glazounov1 Gluzman1 Gould (S.)1 Granados1 Granjon1 Grimal1 Grisey1 Groves1 Groza1 Gubisch1 Gulbenkian1 Gutman1 Güra1 Hackbarth1 Haenchen1 Haendel1 Hampson1 Hantaï1 Harada1 Harteros1 Helmchen1 Henschel (D.)1 Henschel (J.)1 Henze1 Herlitzius1 Hoffman (Gary)1 Hofmann1 Honegger1 Hope1 Horowitz1 I Barrochisti1 Il Fondamento1 Inoue1 Invernizzi1 Isokoski1 Isserlis1 Izquierdo1 Jablonski1 Jalbert1 Jando1 Janowski1 Jansen1 Jarrousky1 Joneleit1 Josefowicz1 Juntunen1 Järvi (Neeme)1 Kaasch1 Kahn1 Kameneva1 Karnéus1 Karthäuser1 Karttunen1 Kaufmann1 Keohane1 Kerl1 Ketelen1 Kiss-B1 Kivy1 Kochanovsky1 Kodaly1 Kolosova1 Komsi (A)1 Komsi (P)1 Koroliov1 Kozhukhin1 Kravets1 Kremer1 Kriiku1 Krylov1 Kuijken (S.)1 La Monnaie1 Laneri1 Lang1 Lang Lang1 Larsson1 Le Sage1 Le Texier1 Legendre1 Leleux1 Lemalu1 Les Arts Florissants1 Les Siècles1 Liadov1 Lichdl1 Lille1 Lindberg1 Lingotto1 Linnebach1 Lisiecki1 Lisitsa1 Loges1 London Philharmonic Choir1 Lortie1 Los Angeles Philharmonic Orchestra1 Lucchesini1 Luks1 Lupu1 Maazel1 Madetoja1 Madzar1 Mahler Chamber Orchestra1 Maltman1 Manfrino1 Mann1 Marais1 Margita1 Marks1 Mattila1 Maxwell Davies1 Mehta1 Metcjetina1 Meyer1 Michelangeli1 Milling1 Minaar1 Moiseiwitsch1 Moroz1 Moscou1 Mosolov1 Müller-Schott1 Münchner Staatsoper1 Nagano1 Nahon1 Naughton1 Nelsons1 Nemo1 Netopil1 Neuburger1 New York Philharmonic1 Nono1 Nott1 Odinius1 Ohlsson1 Opéra Comique1 Opéra d'Etat de Vienne1 Orchestra dil Maggio Musicale Fiorentino1 Orchestra of the Age of Enlightment1 Orchestre Baroque d'Amsterdam1 Orchestre National de Lille1 Orchestre Philharmonique Tchèque1 Orchestre Philharmonique d'Helsinki1 Orchestre Philharmonique de Berlin1 Orchestre Philharmonique de Munich1 Orchestre Philharmonique de Rotterdam1 Orchestre Philharmonique de Varsovie1 Orchestre Révolutionnaire et Romantique1 Orchestre du Festival de Budapest1 Orchestre-Atelier Ostinato1 Oskrostsvaridze1 Ovenden1 Pahud1 Panula1 Papavrami1 Pappano1 Paris de la Musique1 Peintre1 Perahia1 Perenyi1 Perle1 Persson1 Pertusi1 Petersen (M.)1 Petrenko1 Pfitzner1 Philadelphia1 Philharmonie de Berlin1 Philharmonie de Cluj1 Piau1 Pintscher1 Pires1 Pittsburgh Symphony1 Plessner1 Poltéra1 Pons1 Poppe1 Poulenc1 Pratt1 Pärt1 Quatuor Arditi1 Quatuor Asasello1 Quatuor Bennewitz1 Quatuor Casals1 Quatuor Danel1 Quatuor Doric1 Quatuor Ebène1 Quatuor Emerson1 Quatuor Escher1 Quatuor Girard1 Quatuor Hagen1 Quatuor Kocian1 Quatuor Modigliani1 Quatuor Oistrakh1 Quatuor Parkanyi1 Quatuor Prazak1 Quatuor Renoir1 Quatuor Zaïde1 Quatuor Zemlinsky1 Queyras1 Rancatore1 Rasilainen1 Reich1 Reinecke1 Renavand1 Rimsky-Korsakov1 Robertson1 Roesel1 Rome1 Rophé1 Rose1 Rotterdam1 Rouvali1 Royal1 Rozanova1 Rubackyte1 Rundfunk Sinfonie-Orchester Berlin1 Räisäinen-Midth1 Röschmann1 SWR Baden Baden1 Saint Clotilde1 Saint Denis1 Saint Saëns1 Saint-Roch1 Salabert1 Salzburg1 San Francisco Symphony1 Savall1 Saxophone1 Sceaux1 Scherbakov1 Schleiermacher1 Schnittke1 Schukkof1 Schuster1 Schwanewilms1 Schäffer1 Segerstam1 Selig1 Semishkur1 Sempé1 Sequenza 9.31 Serdyuk1 Sidhom1 Silvasti1 Simonpietri1 Sinchuk1 Sinfonieorchester des Bayerischer Rundfunk1 Sinopoli1 Siragusa1 Sokolov (Valery)1 Solti1 Son (Y.E.)1 Sorokine1 Southbank Centre1 Spano1 Staatskapelle Dresden1 Staud1 Stenbaek1 Stockhammer1 Stoklossa1 Storgards1 Straka1 Suh1 Swensen1 Swingle Singers1 Synergy Vocals1 Tamestit1 Tansman1 Tchetuev1 Tchinchinadze1 Teitgen1 Texas Festival Chamber Ensemble1 Thomas (I.)1 Thorette1 Théâtre de Poche Montparnasse1 Tiberghien1 Tilson Thomas1 Tippett1 Tischenko1 Trifonov1 Trio Guarneri1 Trombone1 Turin1 Uchida1 Ursuleasa1 Usitalo1 Uusitalo1 Vanskä1 Varjon1 Varèse1 Vasquez1 Vassalo1 Vassilakis1 Vedernikov1 Veneziano1 Ventris1 Verbey1 Verdi1 Vocal Consort Berlin1 Vogt1 Voisin1 Volle1 Volmer1 Volodos1 Vondung1 Wegner1 Weinberg1 Welser-Möst1 Wesseling1 Weynants1 White1 Wispelwey1 Wit1 Yamada1 Yastrybeva1 Ye-Eun1 Yundi Li1 Zagorinskaia1 Zelenka1 Zhidkova1 Zimmermann (F-P)1 Zukerman1 Zukerman Chamber Players1 Zylberstein1 d'Oria Nicolas1 de Maria1
Plus d'éléments