Postlude flasque pour public de chien

V V
- Opéra Bastille, le jeudi 30 juin 2011
- Wagner : Götterdämmerung, troisième journée en un prologue et trois actes du festival scénique Der Ring des Nibelungen  
- Mise en scène, Günther Krämer ; décors, Jürgen Bäckmann ; costumes, Falk Bauer ; lumières, Diego Leetz ; chorégraphie, Otto Pichler ; création d’images vidéo, Stefan Bischoff 
- Siegfried, Tosten kerl ; Gunther, Iain Paterson; Alberich, Peter Sidhom; Hagen, Hans-Peter König; Brünnhilde, Katarina Dalayman; Gutrune et Troisième Norne, Christiane Libor; Waltraute, Sophie Koch; Première Norne et Folsshilde, Nicole Piccolomini; Woglinde, Caroline Stein; Deuxième Norne et Wellgunde, Daniela Sindram
- Chœurs et orchestre de l’Opéra national de Paris 
- Philippe Jordan, direction
© E. Haberer / Opéra National de Paris

Par Philippe Houbert
En 1976, Rolf Liebermann dut mettre fin, après Rheingold et Walküre, au Ring produit par Peter Stein et Klaus Michael Grüber et dirigé par Georg Solti. Depuis, aucun directeur de l’Opéra de Paris ne prit le risque de monter la Tétralogie. Nicolas Joel y est malheureusement parvenu. Il a réussi à monter, avec le couple Krämer-Jordan, l’un des pires spectacles donnés à Paris ces dernières années, couvrant notre scène nationale de ridicule dans le monde musical.Accablé par les trois premiers volets, c’est presque symboliquement que j’avais choisi la toute dernière représentation de Götterdämmerung, le 30 juin, pour boire le calice jusqu’à la lie. Même habité par un état d’esprit prévenu, il est toujours permis d’espérer un petit rayon de lumière dans cette infâme grisaille scénique et musicale qui nous fut servie trois soirées durant. Que nenni ! Calice et lie bien épaisse étaient là au rendez-vous.
Günther Krämer avait monté un Rheingold reprenant quelques idées piochées ici et là, principalement dans des mises en scène du Ring des années 70 et 80 : un Walhalla-GERMANIA, des Géants syndicalistes, une Erda bibliothécaire …. Et pas grand-chose d’autre à se mettre sous la dent. Walküre fut pire : le vide théâtral, comme si le metteur en scène, faute de vision générale de la Tétralogie, abordait les volets les uns après les autres et, en l’occurrence, avait déjà « tout mis » dans Rheingold. Cette saison, Siegfried laissa entrevoir une très timide amélioration : Mime et Siegfried en gentil couple gay ne se supportant plus et, surtout, un deuxième acte presque poétique avec sa voie ferrée, d’assez jolis Murmures de la forêt et un Oiseau personnifié par une actrice. Ca n’allait pas chercher très loin et on ne voyait toujours pas ce que Krâmer avait à raconter mais, au moins, les yeux trouvaient quelque agrément. 
Dans Götterdämmerung, on retombe dans un mélange des deux premiers volets avec quelques ajouts technologiques éculés, telle la vidéo projetant les flammes autour du rocher de Brünnhilde et celles très laides filmant la montée de Siegfried au Walhalla et l’immolation. Pour le reste, c’est le néant : une collection de concepts qu’on n’ose pas qualifier d’idées et qui n’établisse aucun lien ni entre eux ni avec les autres volets : du plateau tournant sur lequel évoluent les Nornes  au palais des Gibichungen transformé en Biergarten, d’un Hagen infirme poussé dans une chaise roulante par une femme voilée qui s’avèrera être Alberich. Ni dérision, ni second degré, ni lecture politique ou écologique ou sociale. Ni direction d’acteurs. Ni surtout la moindre notion de récit, point sur lequel l’entente fut parfaite entre metteur en scène et direction d’orchestre. Jamais de ma vie un opéra wagnérien ne m’aura semblé aussi long.
Le public de la première a copieusement hué l’équipe de production. Pour mieux célébrer son petit chéri,  Philippe Jordan. C’est dire l’inconsistance des opinions d’un public. Dans un dossier consacré à la mise en scène d’opéra paru dans le « Diapason » de septembre 2010, Christian Merlin faisait fort justement remarquer que la plus extrême confusion régnait en la matière : un décor qui apparaîtra laid au public sera interprété comme une trahison de la part du metteur en scène, alors que de beaux costumes seyants, mais totalement inefficaces sur le plan théâtral plairont et passeront pour des éléments positifs de la mise en scène. Pendant ce temps, personne, à  part quelques critiques et mélomanes, ne relèveront les erreurs de dynamique ou de tempo du chef. Or, les critiques d’incohérence, de fourre-tout, adressées à Günther Krâmer peuvent au moins autant être infligées à Jordan.   
Ceci n’est que la triste confirmation de ce que nous avions perçu lors des trois premiers volets : des tempi résolument lents (sans doute le Rheingold le plus lent de l’histoire, un prologue et Acte 1 du Götterdämmerung qui devraient aussi figurer en bonne place dans ce classement avec plus de deux heures), une mise en place de l’orchestre qui s’est améliorée au fil du temps (notamment au niveau des cordes), l’absence totale de tension (caractéristique qui m’a amené à utiliser et décaler Erik Satie dans le titre de cette chronique),une incapacité à construire des dynamiques donnant l’impression d’un objet musical flasque avançant avec grande peine. 

Cause ou conséquence de ces insuffisances : Jordan ne raconte rien, ce qui constitue le péché majeur guettant un chef dans le Ring. A Bayreuth l’an dernier, Thielemann (je le cite volontairement car il n’est pas de mes chefs préférés, loin s’en faut) pouvait connaître des passages sans (actes 2 de Walküre et Götterdämmerung) mais le sens du récit était présent à tout moment. On pouvait voir le Ring « eyes wide shut », ce que certains spectateurs ont du faire d’ailleurs. Avec Jordan, fermer les yeux conduisait à piquer un roupillon dans la minute qui suivait. Que dire des passages orchestraux de transition, tous plus traînants les uns que les autres, ne parvenant jamais à créer la moindre atmosphère (fin du Voyage sur le Rhin, arrivée de Waltraute, appel des Gibichungen par Hagen, marche funèbre, dernières mesures). Tout était mou, désespérément mou et flasque.
Le seul point sur lequel on pourrait sauver Philippe Jordan est d’avoir su alléger la masse orchestrale (mais était il capable de faire autrement ?) pour permettre à des voix totalement inadaptées à la salle de l’Opéra Bastille de se faire entendre. Torsten Kerl est un Siegfried déplaisant scéniquement et vocalement. Sa voix manque par trop de vaillance pour camper un Siegfried crédible. Le chef fait tout ce qu’il peut pour que ses Adieux à Brünnhilde et son deuxième acte passent la fosse mais, du coup, Kerl passerait presque inaperçu, notamment dans les scènes des réminiscences et de la mort, chantées sans la moindre émotion. A ses côtés, Katarina Dalayman, au timbre toujours aussi crayeux, hurle son rôle du début à la fin. Si les aigus du départ de Siegfried sont encore supportables, que dire des vociférations du II et de la scène finale, durant laquelle la voix bouge terriblement. On lui sait juste gré d’avoir essayé d’habiter son personnage, sans doute de sa propre initiative, transformant la scène finale du I en l’un des rares moments acceptables de la soirée.
Après une Fricka correcte dans Rheingold, Sophie Koch abordait le rôle de Waltraute. Folie totale car elle n’a évidemment pas les graves pour un tel défi. Elle a bien essayé, par une incarnation comme toujours chez elle très (trop) étudiée, de compenser les insuffisances vocales (merci Philippe Jordan) en ar-ti-cu-lant chaque syllabe (au cas où Brünnhilde ne comprendrait pas) mais la beauté de cette scène resta lettre close pour notre Sophie nationale. Effarantes Gutrune (Christine Libor), Nornes et Filles du Rhin dont un théâtre russe de troisième zone de voudrait pas. On passera aussi sur l’Alberich de Peter Sidhom, à bout de voix.
Si si, c'est l'incendie du Walhalla.
Quand il faut aller chercher Hagen et Gunther pour utiliser des termes un peu moins désagréables, ça caractérise le niveau de la soirée. Allons, Iain Paterson, en dépit d’un costume sorti d’une série policière de l’ex-RDA, fut la bonne surprise vocale de ce Götterdämmerung, campant un Gunther plus subtil que prévu, beaucoup plus présent dans l’action (peut être lié au fait d’être confronté à un Hagen débile physiquement), et doté d’un très beau timbre. Face à lui, Hans-Peter König, mieux connu, confirma le bien que l’on en pense, faisant montre d’une voix aux graves éblouissants et, chose beaucoup plus rare, d’aigus d’une stupéfiante facilité. On eût juste aimé une incarnation un peu plus diversifiée mais, là encore, les choix lamentables opérés par Krämer limitaient la marge d’action.
Ce Ring, qui sera redonné en cycle complet durant la saison 2012-13, clôt de façon calamiteuse la deuxième saison de Nicolas Joel à la tête de l’Opéra de Paris. Ce n’est pas le lieu ici d’établir des bilans mais disons juste que cette direction aura fait fuir les bons metteurs en scène, n’aura pas su, en dépit des promesses claironnées, attirer les grandes voix (à de rares exceptions près) et aura imposé un chef qui restera sans doute comme l’éternel espoir jamais confirmé. Ça fait beaucoup, non ?
En tout cas, tout ceci ne permet pas de renouveler un public qui, représentation après représentation, confirme son impolitesse, son manque de savoir-faire et son inculture. Il faut assister à une représentation comme celle du 30 juin pour croire que l’on peut se déplacer durant l’opéra, une fois, deux fois, dix fois, continuer à parler fort alors que le chef a débuté, fuir son siège à peine le dernier accord donné. Oui, triste postlude flasque pour un public de chien !

Philippe Houbert 
Contrat Creative Commons

Libellés

Brahms31 Orchestre Philharmonique de Radio-France29 Schumann29 Chopin25 Mozart25 Quatuor23 Rachmaninov23 Mahler21 Orchestre de Paris21 Schubert21 Orchestre National de France19 Opéra17 Orchestres britanniques16 Pianistes français16 Ravel16 Choeur/Maitrise de Radio-France15 Violoncelle15 Bach14 Prokofiev14 Salonen14 Sibelius14 Bartok13 Chostakovitch13 Orchestres allemands/autrichiens13 Berg12 Edition musicale / historiographie12 Franck (M.)12 La Roque12 Tchaikovsky12 Cité de la Musique11 Debussy11 Haydn11 Järvi (Paavo)11 Mendelssohn11 Philharmonie de Paris11 Stravinsky11 Maison de Radio-France10 Wagner10 Berezovsky9 Ensembles/solistes baroques9 Lugansky9 Pianistes hongrois9 Buniatishvili8 Châtelet8 Hannigan8 Louvre8 Barenboim7 London Symphony Orchestra7 Opéra National de Paris7 Orchestres russes7 Pianistes italiens7 Schoenberg7 Bruckner6 Gergiev6 Jurowski6 Le Touquet6 Présences6 Ranki6 Strauss6 clarinette6 Andsnes5 Berlioz5 Bouffes du Nord5 Ciccolini5 Davis (Colin)5 Janacek5 Leonskaja5 London5 London Philharmonic Orchestra5 Masur5 Pollini5 Sokolov5 de la Salle5 Bastille4 Boulez4 Britten4 Cortot (salle)4 Dusapin4 Ensemble Intercontemporain4 Ensemble Modern4 Gatti4 Ligeti4 Moussorgsky4 Orchestres américains4 Philharmonia Orchestra4 Repin4 Rudenko4 Staatskapelle Berlin4 Wittgenstein4 Academia Santa Cecilia3 Alto3 Bagatelle3 Berlin3 Bruxelles3 Chung3 De Falla3 Denoke3 Dvorak3 Festival d'Automne à Paris3 Freire3 Gaveau3 Grange de Meslay3 Grimaud3 Hautbois3 Inbal3 Kalagina3 Klukon3 Kurtag3 Mantovani3 Mariinsky3 Medtner3 Muti3 Nigl3 Ollu3 Orchestre Philharmonique de Saint Petersbourg3 Orchestre Philharmonique de Vienne3 Palais Garnier3 Pletnev3 Rameau3 Rosen3 Rossini3 Saraste3 Seine Musicale3 Szymanowski3 Tetzlaff3 Thielemann3 Virsaladze3 Webern3 Widmann3 Zemlinsky3 Znaider3 Abbado2 Adorno2 Aix-en-Provence2 Angelich2 Arbo2 Auteuil2 Boulez-Saal2 Braunstein2 Breitkopf2 Buniatishvili (G.)2 Chauviré2 Chicago Symphony2 Choeur de l'Orchestre de Paris2 Concertgebouw d'Amsterdam2 Conolly2 Covent Garden2 Cowell2 Dalhaus2 Dohnanyi2 Dukas2 Dutilleux2 Ensemble Orchestral de Paris2 Fauré2 Fedosseyev2 Flûte2 Furtwängler2 Gershwin2 Gewandhaus Leipzig2 Glück2 Goerne2 Grieg2 Grinberg2 Gubanova2 H.J. Mayer2 Hahn2 Haitink2 Hanslick2 Harding2 Hengelbrock2 Heras-Casado2 Herrmann2 Hillborg2 Hirsch2 Honeck2 Institut Hongrois2 Ives2 Jansons2 Jordan2 Kavakos2 Khachatryan2 Klinton2 Koopman2 Kovacevich2 Kreisler2 Lachenmann2 Langrée2 Lutoslawski2 Lyapunov2 Manzoni2 Masycheva2 Matsuev2 Mattei2 Messiaen2 Meyer (Paul)2 Mullova2 Mälkki2 Noseda2 Oelze2 Orchestre Symphonique Tchaikovsky2 Orchestre du Conservatoire de Paris2 Orchestre du Festival de Lucerne2 Orsay2 Petibon2 Pontoise2 Prohaska2 Quatuor Arod2 Quatuor Artemis2 Quatuor Borodin2 Quatuor Diotima2 Quatuor Pavel Haas2 Roth2 Roussev2 Rydl2 Saariaho2 Saint Roch2 Sallinen2 Scriabin2 Sinfonia Varsovia2 Soulez2 Temirkanov2 Théâtre de la Ville2 Weber2 West-Eastern Divan Orchestra2 Youn2 Yuja Wang2 Zehetmair2 Zinman2 1041 Ablinger-Sperrhake1 Abrahamyan1 Académie d'Etat de Moscou1 Adams1 Adès1 Afkham1 Agache1 Aikin1 Aimard1 Ambronay1 Amy1 Antheil1 Antonini1 Ars Nova1 Ashkenazy1 Athénée1 Attahir1 BBC Symphony Orchestra1 Baechle1 Ballet1 Balthasar-Neumann Ensemble und Chor1 Barath1 Barber1 Barbican1 Barenboim (Michaël)1 Bashkirova1 Bausch1 Bedford1 Begley1 Benjamin1 Benzi1 Berglund1 Berio1 Berlinskaïa1 Blacher1 Blomstedt1 Bonitatibus1 Borodin1 Borodina1 Bou1 Bourion1 Bozar1 Brauer1 Bringuier1 Briot1 Bronfman1 Brunnet-Grupposo1 Bryant1 Buchbinder1 Bulycheva1 Bärenreiter1 Cage1 Cambreling1 Capuçon (G.)1 Carsen1 Casadei1 Casella1 Caussé1 Cerha1 Chailly1 Chamayou1 Chamber Orchestra of Europe1 Chapuis1 Charpentier1 Cheng1 Choeur National d'Estonie1 Choi1 Choir of Eltham College1 Christie1 Ciampollini1 Ciuller1 Clavecin1 Claycomb1 Cleveland Orchestra1 Collegium 17041 Colli1 Colonne1 Concert des Nations1 Condoluci1 Conlon1 Conservatoire Royal1 Coppey1 Cor1 Couperin1 Courkal1 Crapez1 Crumb1 Csalog1 Cuende1 Dalayman1 Dalbavie1 Damiens1 Danse1 Danto1 Dasch1 Davislim1 De Visée1 De la Fuente1 Delangle1 Delestska1 Demarquette1 Desjardins1 Deutsch1 Devilleneuve1 Diener1 Dohnanyi (E.)1 Dolgov1 Dombrecht1 Dubois1 Dudamel1 Dudinova1 Dumaux1 Duruflé1 Dutoit1 Eisler1 El Khoury1 Elgr1 Elliot1 Elsner1 End of the World1 Engerer1 Ensemble Avanti1 Ensemble Correspondances1 Ensemble Kanazawa1 Ensemble Musikfabrik1 Ensemble Pierre Robert1 Ensemble Resonanz1 Evin1 Eötvös1 Faber1 Farina1 Fasolis1 Faust1 Fedele1 Fedorova1 Fekete1 Fin du monde1 Fink1 Fiolia1 Fischer (I.)1 Fischer (J.)1 Forcalquier1 Forsyth1 Franck1 Frang1 Fray1 Fritz1 Frühbeck de Burgos1 Fujimura1 Gardiner1 Gerstein1 Giardinio Armonico1 Gilels1 Ginzburg1 Glanert1 Glazounov1 Gluzman1 Gould (S.)1 Granados1 Granjon1 Grimal1 Grisey1 Groves1 Groza1 Gubisch1 Gulbenkian1 Gutman1 Güra1 Hackbarth1 Haenchen1 Haendel1 Hampson1 Hantaï1 Harada1 Harteros1 Helmchen1 Henschel (D.)1 Henschel (J.)1 Henze1 Herlitzius1 Hoffman (Gary)1 Hofmann1 Honegger1 Hope1 Horowitz1 I Barrochisti1 Il Fondamento1 Inoue1 Invernizzi1 Isokoski1 Isserlis1 Izquierdo1 Jablonski1 Jalbert1 Jando1 Janowski1 Jansen1 Jarrousky1 Joneleit1 Josefowicz1 Juntunen1 Järvi (Neeme)1 Kaasch1 Kahn1 Kameneva1 Karnéus1 Karthäuser1 Karttunen1 Kaufmann1 Keohane1 Kerl1 Ketelen1 Kiss-B1 Kivy1 Kochanovsky1 Kodaly1 Kolosova1 Komsi (A)1 Komsi (P)1 Koroliov1 Kozhukhin1 Kravets1 Kremer1 Kriiku1 Krylov1 Kuijken (S.)1 La Monnaie1 Laneri1 Lang1 Lang Lang1 Larsson1 Le Sage1 Le Texier1 Legendre1 Leleux1 Lemalu1 Les Arts Florissants1 Les Siècles1 Liadov1 Lichdl1 Lille1 Lindberg1 Lingotto1 Linnebach1 Lisiecki1 Lisitsa1 Loges1 London Philharmonic Choir1 Lortie1 Los Angeles Philharmonic Orchestra1 Lucchesini1 Luks1 Lupu1 Maazel1 Madetoja1 Madzar1 Mahler Chamber Orchestra1 Maltman1 Manfrino1 Mann1 Marais1 Margita1 Marks1 Mattila1 Maxwell Davies1 Mehta1 Metcjetina1 Meyer1 Michelangeli1 Milling1 Minaar1 Moiseiwitsch1 Moroz1 Moscou1 Mosolov1 Müller-Schott1 Münchner Staatsoper1 Nagano1 Nahon1 Naughton1 Nelsons1 Nemo1 Netopil1 Neuburger1 New York Philharmonic1 Nono1 Nott1 Odinius1 Ohlsson1 Opéra Comique1 Opéra d'Etat de Vienne1 Orchestra dil Maggio Musicale Fiorentino1 Orchestra of the Age of Enlightment1 Orchestre Baroque d'Amsterdam1 Orchestre National de Lille1 Orchestre Philharmonique Tchèque1 Orchestre Philharmonique d'Helsinki1 Orchestre Philharmonique de Berlin1 Orchestre Philharmonique de Munich1 Orchestre Philharmonique de Rotterdam1 Orchestre Philharmonique de Varsovie1 Orchestre Révolutionnaire et Romantique1 Orchestre du Festival de Budapest1 Orchestre-Atelier Ostinato1 Oskrostsvaridze1 Ovenden1 Pahud1 Panula1 Papavrami1 Pappano1 Paris de la Musique1 Peintre1 Perahia1 Perenyi1 Perle1 Persson1 Pertusi1 Petersen (M.)1 Petrenko1 Pfitzner1 Philadelphia1 Philharmonie de Berlin1 Philharmonie de Cluj1 Piau1 Pintscher1 Pires1 Pittsburgh Symphony1 Plessner1 Poltéra1 Pons1 Poppe1 Poulenc1 Pratt1 Pärt1 Quatuor Arditi1 Quatuor Asasello1 Quatuor Bennewitz1 Quatuor Casals1 Quatuor Danel1 Quatuor Doric1 Quatuor Ebène1 Quatuor Emerson1 Quatuor Escher1 Quatuor Girard1 Quatuor Hagen1 Quatuor Kocian1 Quatuor Modigliani1 Quatuor Oistrakh1 Quatuor Parkanyi1 Quatuor Prazak1 Quatuor Renoir1 Quatuor Zaïde1 Quatuor Zemlinsky1 Queyras1 Rancatore1 Rasilainen1 Reich1 Reinecke1 Renavand1 Rimsky-Korsakov1 Robertson1 Roesel1 Rome1 Rophé1 Rose1 Rotterdam1 Rouvali1 Royal1 Rozanova1 Rubackyte1 Rundfunk Sinfonie-Orchester Berlin1 Räisäinen-Midth1 Röschmann1 SWR Baden Baden1 Saint Clotilde1 Saint Denis1 Saint Saëns1 Saint-Roch1 Salabert1 Salzburg1 San Francisco Symphony1 Savall1 Saxophone1 Sceaux1 Scherbakov1 Schleiermacher1 Schnittke1 Schukkof1 Schuster1 Schwanewilms1 Schäffer1 Segerstam1 Selig1 Semishkur1 Sempé1 Sequenza 9.31 Serdyuk1 Sidhom1 Silvasti1 Simonpietri1 Sinchuk1 Sinfonieorchester des Bayerischer Rundfunk1 Sinopoli1 Siragusa1 Sokolov (Valery)1 Solti1 Son (Y.E.)1 Sorokine1 Southbank Centre1 Spano1 Staatskapelle Dresden1 Staud1 Stenbaek1 Stockhammer1 Stoklossa1 Storgards1 Straka1 Suh1 Swensen1 Swingle Singers1 Synergy Vocals1 Tamestit1 Tansman1 Tchetuev1 Tchinchinadze1 Teitgen1 Texas Festival Chamber Ensemble1 Thomas (I.)1 Thorette1 Théâtre de Poche Montparnasse1 Tiberghien1 Tilson Thomas1 Tippett1 Tischenko1 Trifonov1 Trio Guarneri1 Trombone1 Turin1 Uchida1 Ursuleasa1 Usitalo1 Uusitalo1 Vanskä1 Varjon1 Varèse1 Vasquez1 Vassalo1 Vassilakis1 Vedernikov1 Veneziano1 Ventris1 Verbey1 Verdi1 Vocal Consort Berlin1 Vogt1 Voisin1 Volle1 Volmer1 Volodos1 Vondung1 Wegner1 Weinberg1 Welser-Möst1 Wesseling1 Weynants1 White1 Wispelwey1 Wit1 Yamada1 Yastrybeva1 Ye-Eun1 Yundi Li1 Zagorinskaia1 Zelenka1 Zhidkova1 Zimmermann (F-P)1 Zukerman1 Zukerman Chamber Players1 Zylberstein1 d'Oria Nicolas1 de Maria1
Plus d'éléments