Rencontre avec Khatia Buniatishvili



Entretien réalisé par Théo Bélaud le 6 juin 2011 à Paris, au Café de Flore


Thé pour Théo, camomille pour Khatia, ce qui montre qu'il ne faut pas se fier aux apparences : l'enfant terrible du piano mondial est une personne étonnamment calme, posée, et par ailleurs extrêmement sympathique.


Nous nous sommes vus une fois déjà, la première fois que je vous écoutais en concert, en 2009 à La Roque d’Anthéron. Ce jour là, vous m’aviez dédicacé le programme en français : vous parlez parfaitement notre langue… comme beaucoup de Géorgiens.
Pas encore parfaitement ! Beaucoup de géorgiens apprennent le français à l’école, en effet, mais il se trouve que cela n’a pas été mon cas. Je ne me suis mise au français qu’il y a cinq ans, par cours particuliers.

Vous êtes douée pour les langues, et parlez donc couramment géorgien, russe, allemand, anglais, et français : pourquoi avoir choisi de vivre en France, après vos années à Vienne et en Suisse ?
Les musiciens apprennent facilement les langues, en général… Je me suis installée à Paris tout récemment, en mars de cette année. Par choix et vraiment par amour de la ville. J’ai interrompu mes études à l’Université de Vienne cette année, et ne retourne plus là-bas que pour voir Oleg Maisenberg de temps en temps.

Votre parcours a toujours été assez particulier. Formée à Tbilissi, vous n’êtes pas rentrée ensuite dans le moule (post)-soviétique, n’êtes pas allée à Moscou, ni n’avez passé le Concours Tchaikovsky…
Effectivement, à 17 ans, après mon prix au Concours de Tbilissi, j’ai eu l’opportunité de partir à Vienne chez Maisenberg. Je n’ai pas hésité une seconde, je voulais travailler avec lui. Moscou ? Finalement, maintenant, beaucoup de jeunes pianistes des ex-républiques soviétiques ne rêvent plus forcément d’y aller, peut-être parce que le prestige, l’aura des professeurs ne sont plus tout à fait les mêmes qu’avant : on rêvait d’entrer dans la classe de Neuhaus, mais maintenant ?
Il y a aussi deux autres raisons pour lesquelles Tchaikovsky, le conservatoire et le concours n’étaient pas un objectif pour moi. D’abord, le contexte politique est délicat en ce moment entre nos deux pays, et en Géorgie, cela n’est plus évident pour un jeune de partir étudier à Moscou.
Ensuite, c’est aussi une question de mentalité, de forme de l’ambition. Je voulais faire une carrière, mais je n’aime pas les concours, la logique de préparation, de travail sur le répertoire normé par la perspective des concours. Et pour ce qui concerne plus particulièrement le concours, il y a un vrai problème depuis une décennie, il faut beaucoup de courage pour se lancer dans Tchaikovsky en sachant que le climat y est si tendu, que les controverses sur les jurys prennent chaque fois tant de place : la compétition avec cette dimension en plus, c’est trop pour moi.

C’est pourtant un concours, l’un des cinq ou six « grands », qui a clairement lancé votre carrière. Le Rubinstein était votre premier ?
Non, j’avais passé Bruxelles – Reine-Elisabeth – avant.

Et ?
Éliminée au premier tour ! Je ne prenais sans doute pas cela très au sérieux, et à Tel-Aviv probablement pas davantage, et je ne pensais franchement pas aller bien loin dans le concours, en tout cas pas en finale. Je n’étais d’ailleurs absolument pas préparée pour celle-ci.

Pourtant, vos prestations des derniers tours, en récital et concerto, ont beaucoup contribué à vous faire connaître, via les vidéos… y compris pour l’accident fameux dans le finale du 2e Concerto de Brahms ! Que s’est-il passé ?
On me le demande souvent, et en général les gens croient que j’ai brillamment rattrapé une erreur du chef d’orchestre… ce que je comprends très bien, car moi-même, sur le moment, je pensais que le chef s’était trompé dans sa levée : en réalité, c’était de ma faute, je ne me suis même pas rendu compte que j'avais un trou de mémoire, il suffit de regarder avec la partition pour s’en apercevoir (NdR. Effectivement, une grosse trentaine de mesures sont sautées...). Je n’étais simplement pas assez bien préparée : c'est en partie un souvenir douloureux, mais si vous dites que cela m'a attiré la sympathie du public... J’ai choisi le Brahms parce que je ne l’avais jamais joué et que j’avais envie de me faire plaisir . Il y avait aussi le concerto en fa mineur de Chopin dans le choix proposé aux candidats, concerto que je connaissais beaucoup mieux : mon professeur m’a dit que si je voulais gagner le concours, je n’avais qu’à le jouer… Tant pis !
En fait, une très grande partie de mon programme avait été apprise trop tardivement pour le concours, j’ai joué à Tel-Aviv beaucoup de choses pour la première fois devant un vrai public, y compris la Fantaisie de Schumann.

Ce qui explique que votre interprétation de celle-ci a beaucoup évolué depuis deux ans. Le premier mouvement, en particulier, que vous jouez nettement plus lentement, en caractérisant beaucoup plus les épisodes.
Quand j’ai monté la Fantaisie, j’étais complètement amoureuse de cette partition que je commençais à jouer, et je l’interprétais à l’instinct, avec toute la fraîcheur de la découverte. Au bout d’un certain temps, un an peut-être, j’ai senti que cette fraîcheur disparaissait, et que je jouais moins bien. Je l’ai alors moins jouée, et tenté de redécouvrir l’œuvre, de repartir d’autre chose, de nouveau.

De plus creusé, abstrait ?
C’est possible : j’étais d’abord partie d’une rencontre passionnée avec l’œuvre, quand l’habitude s’est installée, j’ai dû chercher à me la représenter autrement. En tout cas, c’est ce qui m’a amenée à jouer la Fantaisie à peu près comme vous l’avez entendue à Orsay l’automne dernier.

Quoiqu’il en soit, cette Fantaisie, ce Brahms, ainsi que votre superbe sonate en ut mineur de Haydn ont fait de vous la favorite du public israélien, qui vous a attribué son prix, et même si vous n’aimez pas les concours, le Rubinstein a vraiment lancé votre carrière.
C’est indéniable, j’ai découvert les grandes salles, l’attente du public d’un coup, après Tel-Aviv. Rétrospectivement, c’est un beau souvenir, et puis, jouer avec le Philharmonique d’Israël était très gratifiant : ils ont des bois uniques, superbes. En fait, c’était un souvenir tellement agréable que je suis revenu à Tel-Aviv cette année pour y re-jouer et suivre le concours. Vous avez écouté des choses ?

Pas beaucoup. J’ai principalement regardé les prestations de Dinara Klinton, qui est l’un des trois ou quatre jeunes pianistes que j’apprécie le plus avec vous.
Figurez vous que je l’ai rencontrée là-bas ! C’est une personne adorable, n’est-ce pas ? J’espère qu’elle fera carrière.
Pour revenir au bénéfice du concours, effectivement, c’est juste après que j’ai été invitée à Carnegie Hall, et qu’ensuite j’ai été choisie pour la série BBC New Generation Artists, qui m’a offert trois concerts au Wigmore Hall. Puis mes débuts à La Roque que vous avez vus.

Mais vous aviez déjà joué en France longtemps avant ?
J’ai fait mes débuts parisiens il y a sept ans, à Auteuil, ensuite j’ai donné mon premier récital au Louvre, où je présentait d’ailleurs pour la première fois en public la 7e Sonate de Prokofiev.

Ce genre de première fois, avec de tels monuments de Schumann, Prokofiev ou d’autres, ne vous effraie pas, apparemment. On a d’ailleurs l’impression que rien ne vous effraie, c’est un trait de caractère particulièrement marqué chez vous.
On me le dit souvent. Je ne sais pas si c’est vrai. Je distingue l'appréhension vis-à-vis du public, qui ne m'est pas étrangère, d'autant que je joue depuis peu de temps dans les plus grandes salles, et puis la peur face aux grandes œuvres, la peur de s'investir dans l'interprétation, qui effet ne m'a jamais empêché de jouer... y compris et surtout en public, car le choix n'est pas possible au concert : il faut aller au bout de ce qu'on croit bon à ce moment, qui ne sera peut-être pas la même chose que le lendemain.

Contrairement au studio ?
Oui, pour moi cela n’a rien à voir. Même si mon disque Liszt était ma première vraie session d’enregistrement (en-dehors de la musique de chambre), je savais que cela devait se passer très différemment d’un concert. Pourtant, j’ai enregistré la Sonate de Liszt en une journée, deux prises d’une traite, et quelques retouches. Cela ressemble au live mais est incomparable. La façon dont je joue sur ce disque correspond à une volonté, celle de proposer mon idée de la sonate en si mineur. D’une certaine façon, il y a davantage des choses pensées pour mettre cette idée en lumière. C’est le genre de choses que je laisse de côté au concert. 

Réécoutez-vous vos récitals enregistrés ? Non, surtout pas, justement pour cette raison. Essayer d'y retrouver les mêmes représentations, concepts interprétatifs d'une soirée à une autre m'est impossible, et ne pourrait que me rendre... folle. Imaginez, alors, si j'essayais de les retrouver a posteriori. Au concert, j’improvise, en ce sens que je suis mon oreille, tout simplement, et rien d’autre. Et ce que mon oreille a envie d’entendre change forcément d’un soir à l’autre. Il faut choisir, l’idée, qui n’est pas censée trop bouger, ou l’oreille. Je ne peux pas bien jouer sans être attentive à mon oreille.


Boris Berezovsky a souvent fait des déclarations assez similaires, pour dire que c’est l’oreille qui guide l’interprétation, et que c’est d’abord elle, l’oreille, qui doit être virtuose.
Il a complètement raison. Du reste, je l’admire beaucoup, parmi les pianistes en activité, il fait partie des quelques uns que j’aime le plus.

Vous l’avez rencontré une fois, je crois.
Oui, l’été dernier, à la Grange de Meslay.

Justement, je vais l’écouter à la Grange à la fin du mois. Un très beau week-end, il y a aussi Gutman et Virsaladze, et le Quatuor Pavel Haas.
Tiens, mais je joue avec le Quatuor Pavel Haas ! Nous avons monté une fois le Quintette de Chostakovitch, et nous allons le rejouer plusieurs fois cet été. C’est un formidable quatuor.

Il y a un certain nombre de ressemblances entre Berezovsky et vous, et on pourrait même imaginer qu’avec vos moyens et votre rapport très intuitif à l’interprétation, vous pourriez suivre le même genre d’évolution…
Quelque chose de plus en plus libre et allégé, n’est-ce pas ?

Oui, où l’harmonie prime sur le rythme et la mélodie. Vous avez ce don comme lui.
C’est un très beau compliment. Je suis d’accord, l’harmonie est la chose la plus importante et doit guider la façon dont on traite le rythme et la mélodie. J’ai eu la chance que cette approche de la musique soit toujours évidente pour moi. En Géorgie, quand j’étais petite, il était inconcevable de chanter une chanson traditionnelle, ou quoi que ce soit, sans que deux autres voix ne viennent harmoniser. C’est vrai pour la plupart des Géorgiens : nous ne connaissons pas la monodie.
Je crois que cela vient de notre histoire. Notre polyphonie traditionnelle est l’une des plus anciennes du monde, la Géorgie étant d’ailleurs une des nations chrétiennes les plus anciennes. Or, durant la période byzantine, le peuple géorgien a dû lutter pour continuer à pratiquer ces chants alors qu’on voulait l’en priver, et pour continuer à les transmettre de génération en génération. Il faut croire que ce rapport viscéral à la polyphonie continue de couler dans nos veines aujourd’hui. Un autre aspect qui m’a beaucoup aidée à avoir une écoute globale des partitions est la collaboration avec les orchestres. Pas en concerto, dans l’orchestre : de Tbilissi à Verbier, il m’est souvent arrivé d’y jouer.

Donc, j’imagine vous avez joué le vrai Petrouchka avant de monter les trois mouvements pour piano ?
Oui, dans des conditions magnifiques, c'était Temirkanov qui dirigeait : et cela m'aide sans doute aujourd'hui à progresser dans les Trois mouvements, dans lesquels je cherche toujours, je reste perpétuellement insatisfaite (!). Mais j'ai joué plein d'autres choses dans l'orchestre, par exemple la 7e Symphonie de Chostakovitch, sous la direction de Valery Gergiev. J’ai même joué la 2e Symphonie de Mahler !

A…
… l’orgue, oui ! Peu importe, j’aurais pu jouer de n’importe quoi, l’important était qu’à chaque fois j’entendais ce qu’entendent les musiciens d’orchestre tous les jours, ce qui donne une perspective très différente sur l’écriture, et sur la façon d’écouter et de jouer avec les autres. 

D’où, aussi, votre pratique très assidue de la musique de chambre. Outre votre collaboration avec les Pavel Haas, je connais votre trio avec Gidon Kremer et Giedre Dirvanauskaite, et bien sûr votre duo avec Renaud Capuçon, avec qui vous avez donné trois superbes récitals l’année dernière au Louvre et à Saint-Denis. Comment cette rencontre s’est-elle faite ?
A Monte-Carlo, un peu par hasard. Renaud préparait son festival à Annecy, nous avons essayé la sonate de Franck, que vous nous avez donc entendu jouer trois fois : je ne l'avais jamais montée avec personne jusque là, et dès la première lecture, tout fonctionnait parfaitement, aucune mésentente ni décalage, donc, nous avons tout de suite su qu’il fallait poursuivre. 

Votre principal professeur à Vienne, Oleg Maisenberg, est un des plus grands pianistes chambristes vivants, qui a avant vous été le grand partenaire de Gidon Kremer : outre leurs fameux Schubert, ils ont aussi laissé un grand live de la sonate de Franck : mais vous n’avez donc pas travaillé ce répertoire avec lui ? 
Eh non. Avec lui j’ai travaillé le répertoire soliste ; et en-dehors du travail devant le piano, comme Maisenberg était assez imprévisible dans son enseignement, j’ai au moins autant appris avec lui durant des cours très précis et techniques, que d'autres cours qui se transformaient en de longues discussions, comme ici, au café ! Ceci dit, je l’ai bien sûr aussi écouté, il donne encore des concerts assez souvent en Autriche, et c’est effectivement un chambriste magnifique.
Il se trouve que nous allons maintenant jouer avec Renaud Capuçon les trois sonatines de Schubert.

Maisenberg, comme Koroliov, fait partie de ces grands pédagogues russes assez atypiques. Vous n'êtes pas allée non plus à Moscou, et possédez pourtant une technique extraordinairement solide et peu digitale : l'avez-vous acquise à Tbilissi ?  Oui et non : mon premier professeur non plus n'était pas passé dans le moule soviétique. Mais il avait un credo qui était l'économie maximale des gestes. Pas que des doigts, de tous les gestes. Il m'a notamment appris, très jeune, à toujours trouver le chemin le plus simple dans les déplacements, à toujours trouver le mouvement le plus facile et détendu. Pour ce qui est des doigts, j'ai la chance d'avoir une main assez peu musclée, mais souple, donc je n'ai effectivement pas besoin d'articuler beaucoup. Mais le grand mérite de l'enseignement que j'ai reçu est de ne pas m'avoir imposé de règles sur ces sujets, mais de me faire trouver ce qui convenait le mieux à la morphologie. C'est une méthode qui, à mon sens, devrait s'imposer à toutes les règles pré-conçues dans l'enseignement du piano.

Et la puissance ? Vous êtes capable de produire des dynamiques inaccessibles à la plupart des hommes, j’ai des souvenirs effarés de certains fortissimos dans la 2e Sonate pour violon de Bartók ou dans Petrouchka, alors que le son restait étonnement dense et peu dur ; pourtant, je ne crois pas que vous pesiez 120 kg.
Je ne crois pas, effectivement, mais si c’est le cas, je ferais un régime ! Plus sérieusement, je pense que la puissance pure provient essentiellement de l’énergie, de l’adrénaline. Je suppose que je suis très énergique, en tout cas en public. Et pour le son, comme je vous l’ai dit, j’ai la chance d’avoir une main qui amortit naturellement.


Vous écoutez, je crois, beaucoup les grands maîtres anciens du piano : avez-vous des modèles ?
Pas dans la mesure où j’admire beaucoup de pianistes effectivement plutôt anciens, sans faire de cette admiration un idéal à atteindre. Par exemple, je n’aime pas forcément Horowitz partout, mais ce qu’il a fait dans Schumann et surtout Scarlatti est sublime, presque inégalable : pour le reste, je le prends comme il était, et c'est ainsi pour quantité de pianistes. Si je ne devais garder qu’un pianiste dont je continuerais à écouter tout ce qu’il a enregistré, ce serait Rachmaninov, sans hésitation.
Maintenant, j’écoute en fait beaucoup moins de piano enregistré qu’avant : j’écoute surtout du répertoire symphonique et de la musique de chambre chez moi, et je me mets doucement à écouter de plus en plus d'opéra.

Vous apparaissez, avec tous vos dons pianistiques et votre personnalité, comme un des grands pianistes romantiques de demain. Qu’en est-il des autres répertoires, classiques, français, contemporain… ?
J’ai joué les Cinque Variazioni de Berio, notamment lors de mes débuts parisiens, des études de Ligeti, et je me prépare à jouer Incises de Boulez. Je jouerais volontiers davantage de créations, mais il faut que je prenne le temps de trouver ce que j’ai vraiment envie d’apprendre, pas seulement ce qui me plait à l’écoute.
Dans le répertoire classique, j’ai joué plusieurs concertos de Mozart, le 17e, le 18e, le 24e, le 25e, , bientôt le 23e. Je vais d’ailleurs faire toute une tournée Mozart avec Paavo Järvi la saison prochaine. J’adore aussi jouer le concerto en majeur de Haydn, que j’ai encore donné récemment à Toulouse. En récital je donne quelques sonates de Scarlatti, que j’adore, mais s’il y a bien un compositeur qu’il est difficile de jouer après Horowitz, c’est lui…
Enfin, on m’a dit assez souvent que je devrais jouer Debussy, mais je n’ai pas encore décidé quelles œuvres apprendre…

Vous devriez jouer Pour le piano.
Je l’ai joué, quand j’étais petite ! Il faudrait que je réapprenne, je ne me souviens que de la toccata.

La musique de chambre, votre duo avec votre sœur Gvantsa, il ne manque que le lied…
J’aimais beaucoup en jouer durant mes études, et je reprendrais volontiers : tout le problème est de trouver le ou les bons chanteurs, ce qui est beaucoup plus difficile que de rencontrer des partenaires de musique de chambre. Le choix est plus limité et surtout, je voudrais jouer avec un chanteur qui s’intéresse au piano et à l’harmonie, avec qui l’on puisse construire l’interprétation de la même façon qu’avec un quatuor ou violoniste. Ce n’est pas facile : le public vient généralement écouter le chanteur, qui lui-même n'est le plus souvent qu'à l'écoute de sa propre voix, et tout incite à ne pas accorder au piano l’importance qu’il a objectivement sur la partition.

Pour tout le reste, votre carrière semble maintenant inarrêtable, vous avez cette saison joué vos programmes de récitals au Concertgebouw, au Musikverein, à la Philharmonie de Berlin, Tchaikovsky avec le Philharmonie de Saint-Petersbourg… et maintenant ?
Je vais jouer de plus en plus en France : Saint-Denis la semaine prochaine, Strasbourg le lendemain avec Renaud Capuçon, puis Montpellier, Toulon, Sceaux, et bien sûr La Roque, avec ma sœur… Je vais donner bientôt deux concertos très importants pour la première fois : 3e Concerto de Rachmaninov à Verbier (*) cet été, sous la direction de Neeme Järvi, et mon premier concerto de Beethoven.. le premier : j’espère bientôt jouer le troisième, qui est mon préféré. Et comme vous le savez, je ferai mes débuts à Pleyel cet automne, dans le 2e de Chopin avec Paavo Järvi et l’Orchestre de Paris.

…Il est minuit ! J'ai reçu beaucoup de pressions, féminines notamment, pour vous poser la question la plus fondamentale : quelle est votre marque de rouge à lèvres ? Chanel.

Merci beaucoup pour votre temps.
C’était un plaisir. Je vous invite !


Théo Bélaud
* Entre temps, cette première fois s'est avancée de quatre jours pour se tenir à Tbilissi, le 14 juillet;

Libellés

Brahms31 Orchestre Philharmonique de Radio-France29 Schumann29 Chopin25 Mozart25 Quatuor23 Rachmaninov23 Mahler21 Orchestre de Paris21 Schubert21 Orchestre National de France19 Opéra17 Orchestres britanniques16 Pianistes français16 Ravel16 Choeur/Maitrise de Radio-France15 Violoncelle15 Bach14 Prokofiev14 Salonen14 Sibelius14 Bartok13 Chostakovitch13 Orchestres allemands/autrichiens13 Berg12 Edition musicale / historiographie12 Franck (M.)12 La Roque12 Tchaikovsky12 Cité de la Musique11 Debussy11 Haydn11 Järvi (Paavo)11 Mendelssohn11 Philharmonie de Paris11 Stravinsky11 Maison de Radio-France10 Wagner10 Berezovsky9 Ensembles/solistes baroques9 Lugansky9 Pianistes hongrois9 Buniatishvili8 Châtelet8 Hannigan8 Louvre8 Barenboim7 London Symphony Orchestra7 Opéra National de Paris7 Orchestres russes7 Pianistes italiens7 Schoenberg7 Bruckner6 Gergiev6 Jurowski6 Le Touquet6 Présences6 Ranki6 Strauss6 clarinette6 Andsnes5 Berlioz5 Bouffes du Nord5 Ciccolini5 Davis (Colin)5 Janacek5 Leonskaja5 London5 London Philharmonic Orchestra5 Masur5 Pollini5 Sokolov5 de la Salle5 Bastille4 Boulez4 Britten4 Cortot (salle)4 Dusapin4 Ensemble Intercontemporain4 Ensemble Modern4 Gatti4 Ligeti4 Moussorgsky4 Orchestres américains4 Philharmonia Orchestra4 Repin4 Rudenko4 Staatskapelle Berlin4 Wittgenstein4 Academia Santa Cecilia3 Alto3 Bagatelle3 Berlin3 Bruxelles3 Chung3 De Falla3 Denoke3 Dvorak3 Festival d'Automne à Paris3 Freire3 Gaveau3 Grange de Meslay3 Grimaud3 Hautbois3 Inbal3 Kalagina3 Klukon3 Kurtag3 Mantovani3 Mariinsky3 Medtner3 Muti3 Nigl3 Ollu3 Orchestre Philharmonique de Saint Petersbourg3 Orchestre Philharmonique de Vienne3 Palais Garnier3 Pletnev3 Rameau3 Rosen3 Rossini3 Saraste3 Seine Musicale3 Szymanowski3 Tetzlaff3 Thielemann3 Virsaladze3 Webern3 Widmann3 Zemlinsky3 Znaider3 Abbado2 Adorno2 Aix-en-Provence2 Angelich2 Arbo2 Auteuil2 Boulez-Saal2 Braunstein2 Breitkopf2 Buniatishvili (G.)2 Chauviré2 Chicago Symphony2 Choeur de l'Orchestre de Paris2 Concertgebouw d'Amsterdam2 Conolly2 Covent Garden2 Cowell2 Dalhaus2 Dohnanyi2 Dukas2 Dutilleux2 Ensemble Orchestral de Paris2 Fauré2 Fedosseyev2 Flûte2 Furtwängler2 Gershwin2 Gewandhaus Leipzig2 Glück2 Goerne2 Grieg2 Grinberg2 Gubanova2 H.J. Mayer2 Hahn2 Haitink2 Hanslick2 Harding2 Hengelbrock2 Heras-Casado2 Herrmann2 Hillborg2 Hirsch2 Honeck2 Institut Hongrois2 Ives2 Jansons2 Jordan2 Kavakos2 Khachatryan2 Klinton2 Koopman2 Kovacevich2 Kreisler2 Lachenmann2 Langrée2 Lutoslawski2 Lyapunov2 Manzoni2 Masycheva2 Matsuev2 Mattei2 Messiaen2 Meyer (Paul)2 Mullova2 Mälkki2 Noseda2 Oelze2 Orchestre Symphonique Tchaikovsky2 Orchestre du Conservatoire de Paris2 Orchestre du Festival de Lucerne2 Orsay2 Petibon2 Pontoise2 Prohaska2 Quatuor Arod2 Quatuor Artemis2 Quatuor Borodin2 Quatuor Diotima2 Quatuor Pavel Haas2 Roth2 Roussev2 Rydl2 Saariaho2 Saint Roch2 Sallinen2 Scriabin2 Sinfonia Varsovia2 Soulez2 Temirkanov2 Théâtre de la Ville2 Weber2 West-Eastern Divan Orchestra2 Youn2 Yuja Wang2 Zehetmair2 Zinman2 1041 Ablinger-Sperrhake1 Abrahamyan1 Académie d'Etat de Moscou1 Adams1 Adès1 Afkham1 Agache1 Aikin1 Aimard1 Ambronay1 Amy1 Antheil1 Antonini1 Ars Nova1 Ashkenazy1 Athénée1 Attahir1 BBC Symphony Orchestra1 Baechle1 Ballet1 Balthasar-Neumann Ensemble und Chor1 Barath1 Barber1 Barbican1 Barenboim (Michaël)1 Bashkirova1 Bausch1 Bedford1 Begley1 Benjamin1 Benzi1 Berglund1 Berio1 Berlinskaïa1 Blacher1 Blomstedt1 Bonitatibus1 Borodin1 Borodina1 Bou1 Bourion1 Bozar1 Brauer1 Bringuier1 Briot1 Bronfman1 Brunnet-Grupposo1 Bryant1 Buchbinder1 Bulycheva1 Bärenreiter1 Cage1 Cambreling1 Capuçon (G.)1 Carsen1 Casadei1 Casella1 Caussé1 Cerha1 Chailly1 Chamayou1 Chamber Orchestra of Europe1 Chapuis1 Charpentier1 Cheng1 Choeur National d'Estonie1 Choi1 Choir of Eltham College1 Christie1 Ciampollini1 Ciuller1 Clavecin1 Claycomb1 Cleveland Orchestra1 Collegium 17041 Colli1 Colonne1 Concert des Nations1 Condoluci1 Conlon1 Conservatoire Royal1 Coppey1 Cor1 Couperin1 Courkal1 Crapez1 Crumb1 Csalog1 Cuende1 Dalayman1 Dalbavie1 Damiens1 Danse1 Danto1 Dasch1 Davislim1 De Visée1 De la Fuente1 Delangle1 Delestska1 Demarquette1 Desjardins1 Deutsch1 Devilleneuve1 Diener1 Dohnanyi (E.)1 Dolgov1 Dombrecht1 Dubois1 Dudamel1 Dudinova1 Dumaux1 Duruflé1 Dutoit1 Eisler1 El Khoury1 Elgr1 Elliot1 Elsner1 End of the World1 Engerer1 Ensemble Avanti1 Ensemble Correspondances1 Ensemble Kanazawa1 Ensemble Musikfabrik1 Ensemble Pierre Robert1 Ensemble Resonanz1 Evin1 Eötvös1 Faber1 Farina1 Fasolis1 Faust1 Fedele1 Fedorova1 Fekete1 Fin du monde1 Fink1 Fiolia1 Fischer (I.)1 Fischer (J.)1 Forcalquier1 Forsyth1 Franck1 Frang1 Fray1 Fritz1 Frühbeck de Burgos1 Fujimura1 Gardiner1 Gerstein1 Giardinio Armonico1 Gilels1 Ginzburg1 Glanert1 Glazounov1 Gluzman1 Gould (S.)1 Granados1 Granjon1 Grimal1 Grisey1 Groves1 Groza1 Gubisch1 Gulbenkian1 Gutman1 Güra1 Hackbarth1 Haenchen1 Haendel1 Hampson1 Hantaï1 Harada1 Harteros1 Helmchen1 Henschel (D.)1 Henschel (J.)1 Henze1 Herlitzius1 Hoffman (Gary)1 Hofmann1 Honegger1 Hope1 Horowitz1 I Barrochisti1 Il Fondamento1 Inoue1 Invernizzi1 Isokoski1 Isserlis1 Izquierdo1 Jablonski1 Jalbert1 Jando1 Janowski1 Jansen1 Jarrousky1 Joneleit1 Josefowicz1 Juntunen1 Järvi (Neeme)1 Kaasch1 Kahn1 Kameneva1 Karnéus1 Karthäuser1 Karttunen1 Kaufmann1 Keohane1 Kerl1 Ketelen1 Kiss-B1 Kivy1 Kochanovsky1 Kodaly1 Kolosova1 Komsi (A)1 Komsi (P)1 Koroliov1 Kozhukhin1 Kravets1 Kremer1 Kriiku1 Krylov1 Kuijken (S.)1 La Monnaie1 Laneri1 Lang1 Lang Lang1 Larsson1 Le Sage1 Le Texier1 Legendre1 Leleux1 Lemalu1 Les Arts Florissants1 Les Siècles1 Liadov1 Lichdl1 Lille1 Lindberg1 Lingotto1 Linnebach1 Lisiecki1 Lisitsa1 Loges1 London Philharmonic Choir1 Lortie1 Los Angeles Philharmonic Orchestra1 Lucchesini1 Luks1 Lupu1 Maazel1 Madetoja1 Madzar1 Mahler Chamber Orchestra1 Maltman1 Manfrino1 Mann1 Marais1 Margita1 Marks1 Mattila1 Maxwell Davies1 Mehta1 Metcjetina1 Meyer1 Michelangeli1 Milling1 Minaar1 Moiseiwitsch1 Moroz1 Moscou1 Mosolov1 Müller-Schott1 Münchner Staatsoper1 Nagano1 Nahon1 Naughton1 Nelsons1 Nemo1 Netopil1 Neuburger1 New York Philharmonic1 Nono1 Nott1 Odinius1 Ohlsson1 Opéra Comique1 Opéra d'Etat de Vienne1 Orchestra dil Maggio Musicale Fiorentino1 Orchestra of the Age of Enlightment1 Orchestre Baroque d'Amsterdam1 Orchestre National de Lille1 Orchestre Philharmonique Tchèque1 Orchestre Philharmonique d'Helsinki1 Orchestre Philharmonique de Berlin1 Orchestre Philharmonique de Munich1 Orchestre Philharmonique de Rotterdam1 Orchestre Philharmonique de Varsovie1 Orchestre Révolutionnaire et Romantique1 Orchestre du Festival de Budapest1 Orchestre-Atelier Ostinato1 Oskrostsvaridze1 Ovenden1 Pahud1 Panula1 Papavrami1 Pappano1 Paris de la Musique1 Peintre1 Perahia1 Perenyi1 Perle1 Persson1 Pertusi1 Petersen (M.)1 Petrenko1 Pfitzner1 Philadelphia1 Philharmonie de Berlin1 Philharmonie de Cluj1 Piau1 Pintscher1 Pires1 Pittsburgh Symphony1 Plessner1 Poltéra1 Pons1 Poppe1 Poulenc1 Pratt1 Pärt1 Quatuor Arditi1 Quatuor Asasello1 Quatuor Bennewitz1 Quatuor Casals1 Quatuor Danel1 Quatuor Doric1 Quatuor Ebène1 Quatuor Emerson1 Quatuor Escher1 Quatuor Girard1 Quatuor Hagen1 Quatuor Kocian1 Quatuor Modigliani1 Quatuor Oistrakh1 Quatuor Parkanyi1 Quatuor Prazak1 Quatuor Renoir1 Quatuor Zaïde1 Quatuor Zemlinsky1 Queyras1 Rancatore1 Rasilainen1 Reich1 Reinecke1 Renavand1 Rimsky-Korsakov1 Robertson1 Roesel1 Rome1 Rophé1 Rose1 Rotterdam1 Rouvali1 Royal1 Rozanova1 Rubackyte1 Rundfunk Sinfonie-Orchester Berlin1 Räisäinen-Midth1 Röschmann1 SWR Baden Baden1 Saint Clotilde1 Saint Denis1 Saint Saëns1 Saint-Roch1 Salabert1 Salzburg1 San Francisco Symphony1 Savall1 Saxophone1 Sceaux1 Scherbakov1 Schleiermacher1 Schnittke1 Schukkof1 Schuster1 Schwanewilms1 Schäffer1 Segerstam1 Selig1 Semishkur1 Sempé1 Sequenza 9.31 Serdyuk1 Sidhom1 Silvasti1 Simonpietri1 Sinchuk1 Sinfonieorchester des Bayerischer Rundfunk1 Sinopoli1 Siragusa1 Sokolov (Valery)1 Solti1 Son (Y.E.)1 Sorokine1 Southbank Centre1 Spano1 Staatskapelle Dresden1 Staud1 Stenbaek1 Stockhammer1 Stoklossa1 Storgards1 Straka1 Suh1 Swensen1 Swingle Singers1 Synergy Vocals1 Tamestit1 Tansman1 Tchetuev1 Tchinchinadze1 Teitgen1 Texas Festival Chamber Ensemble1 Thomas (I.)1 Thorette1 Théâtre de Poche Montparnasse1 Tiberghien1 Tilson Thomas1 Tippett1 Tischenko1 Trifonov1 Trio Guarneri1 Trombone1 Turin1 Uchida1 Ursuleasa1 Usitalo1 Uusitalo1 Vanskä1 Varjon1 Varèse1 Vasquez1 Vassalo1 Vassilakis1 Vedernikov1 Veneziano1 Ventris1 Verbey1 Verdi1 Vocal Consort Berlin1 Vogt1 Voisin1 Volle1 Volmer1 Volodos1 Vondung1 Wegner1 Weinberg1 Welser-Möst1 Wesseling1 Weynants1 White1 Wispelwey1 Wit1 Yamada1 Yastrybeva1 Ye-Eun1 Yundi Li1 Zagorinskaia1 Zelenka1 Zhidkova1 Zimmermann (F-P)1 Zukerman1 Zukerman Chamber Players1 Zylberstein1 d'Oria Nicolas1 de Maria1
Plus d'éléments