L'art du duo

V V
∏ ∏ ∏
Ω
- La Roque d'Anthéron, le jeudi 12 août 2011
- Mendelssohn, Andante et allegro brillant en la majeur, op. 92 - Schubert, Allegro à quatre mains en la majeur, D. 947 - De Falla, Danse espagnole n°1 - Mozart, Sonate pour deux pianos enmajeur; KV. 448 - Brahms, Variations sur un thème de Haydn, op. 56b - Lutoslawski, Variations sur un thème de Paganini
- Chrisina & Michelle Naughton, pianos
* * *
- Schubert, Fantaisie à quatre mains en fa mineur , D. 940 - Rachmaninov, Suite n°2 en ut majeur, op. 17 - Gershwin, Fantasie pour deux pianos sur Porgy and Bess - Ravel, La Valse, version pour deux pianos
- Gvantsa & Khatia Buniatishvili, pianos

- La Roque d'Anthéron, le mardi 17 août 2011
- Arensky, Suite n°1 en fa majeur, op. 15 - Rachmaninov, Danses Symphoniques, op. 45a - Ravel, La Valse, version pour deux pianos
- Nikolaï Lugansky & Vadim Rudenko, pianos 
* * *
- Liszt, Eine Faust-Symphonie, S. 647 
- Edit Klukon & Dezsö Ránki, pianos
Le 17 août © L. Verdet





Je ne rentrerai pas dans le détail de la prestation des sœurs Naughton en relançant le lancinant orgue de barbarie du commentaire du piano de barbarie. N'ayant aucune idée préalable quant à ces jeunes filles (renseignez-vous si le vous le souhaitez), j'étais de toute façon un auditeur semi-captif, comme le sont ceux de la plupart des nuits du piano rocassiennes. C'est sans doute dans ce genre de situation, au-delà du climat pollué de culture, d'Arte et de démago-campingophilie, que La Roque revêt ses atours les plus désagréables : devoir écouter untel pour écouter tel autre, et subir quelque chose qu'on ne se serait jamais infligé ailleurs, du moins en connaissance de cause. Il est permis de voir le bon côté des choses : Khatia Buniatishvili est dans ce contexte traitée à son plus grand avantage. Souvenons nous que pour sa première Nuit du piano (Chopin, 2009), elle avait été couplée avec les débuts d'Etsuko Hirose (qui, toutefois, intervenaient à sa suite). Quand les premières notes de la Fantaisie de Schubert ont résonné vers 22h15 cette année, le contraste se montrait d'autant plus flatteur, à un point presque indécent.
Le 12 août © L. Verdet
Les sœurs Naughton n'ont, cependant, pas grand'chose à voir avec Hirose, ou avec quelques clones de Yundi Lang. Peut-être davantage avec une Alice Sara Ott, avec une pincée de Lisitsa et un saupoudrage d'esprit français qui rend le cocktail final vaguement respectable, moins bling-bling sans doute. Il n'y a donc pas chez elles d'ultra-violence dans le massacre, pas de maltraitance outrée de l'instrument, et, on s'en doute, guère de mauvais goût de premier degré. Il y a tout le reste du catalogue commun et mondialisé : une laideur sonore caractérisée par l'extrême sécheresse, l'aridité d'une articulation toute de joliesse digitale ; une dimension de petite boite à musique, gentillette, presque irèniste, forçant artificiellement à reconnaître l'intelligence et le goût cultivé ; en somme, une substitution pleine et entière de la musicalité à la musique, qui semble tout droit sortie de cette nouvelle merveille du nihilisme musical académique, dont j'aurai sans doute à reparler (en attendant, regardez les exemples gratuits, qui sont édifiants). 
Cette anesthésie par la trivialité du Bien, en quelque sorte, est tout spécialement pénible dans la première partie d'un programme par ailleurs superbe et assez rare, qui méritait mille fois mieux. A la croisée des produits marketing du mondialisme (les dames déjà citées) et de la morbidité d'un pianiste viennois quelconque, Mendelssohn, Schubert et Mozart traversent un cauchemar éveillé, fait de complaisance parfois extrême (dès le noble thème de l'andante de Mendelssohn) et surtout de phrases notoirement absurdes, enchainées comme des perles dans le Lebensstürme. Et dieu sait que j'étais par principe heureux d'entendre ces deux merveilles si peu données : pour en arriver rapidement au sentiment qu'il était hautement désirable que cela se finisse le plus vite possible. Quant à la sonate de Mozart, que j'adore presque autant, j'ai bien cru qu'elle ne se terminerait jamais : quel pensum de salon ! Quelque part à partir du milieu de cette dernière, je suis totalement sorti de l'écoute pour attendre la suite (de l'avantage, notons le, du piano-boite à musique absurde : contrairement à celui d'un Vogt, d'un Yundi ou d'un Dalberto, il est possible de couper mentalement le son et de s'épargner la souffrance physique en ne conservant que l'ennui : le plus profond, certes. J'allais presque oublier de mentionner ce qui est sans doute pour beaucoup dans le succès de ces jeunes filles et leur propulsion sur la scène internationale : elles jouent tout par cœur (et n'en mette pas une à côté, vous aviez deviné, je suppose). Belle performance. Et no comment.
Le 12 août © L. Verdet

L'avantage auquel est placé le duo Buniatishvili après cela est presque exagéré : c'est, si l'on veut, le charme de La Roque que ces juxtapositions rendant les écarts qualitatifs excessivement perceptibles. On a pu s'étonner, au-delà de l'évident intérêt de la densité de Khatia dans la partie haute, que celle-ci ne se place pas en bas, comme il est attendu que le membre fort d'un duo a priori déséquilibré le fasse. On ne saura peut-être jamais ce que cela changerait, et il serait trop hasardeux d'en concevoir un regret, car cette Fantaisie est une assez belle surprise : sa mise en place factuelle est perfectible, mais il y a beaucoup à retenir de cette interprétation, à commencer par son esprit, empli de sens et de nécessité à un point tout à fait inattendu, dans la mesure où cet esprit se place au plus près d'une tradition schubertienne (faut-il la nommer) austère, presque aride, dont la non-complaisance tranchait elle-même de façon brutale avec la musicalité bêta subie une heure avant. Le largo, en particulier,  puis toute la section en fa dièse mineur, sont admirables d'économie de moyens et de concentration. La fugue est remarquablement intelligible et prend elle-même le risque ô combien pertinente d'être elle aussi assez lente, et de ne jamais grimper aux rideaux ensuite. Seule la conclusion paraîtra légèrement anecdotique et précipitée.
La suite de ce programme, un peu moins consistant et équilibré que le précédent, accusera davantage les prévisibles problèmes d'équilibre de ce duo, mais sans que cela ne soit jamais rédhibitoire. Au reste, dans l'opus 17 de Rachmaninov, si l'équilibre proprement polyphonique est satisfaisant, et que le premier mouvement a le mérite d'être pris très au sérieux, dans un tempo mesuré et tenu, il semble que Khatia (au premier piano) veille un peu excessivement à ne manger Gvantsa. Le contraste avec son interprétation du concerto en ré mineur du même est saisissante, ce qui a certes sa logique autre que circonstanciée. Mais par rapport à qu'on la sait capable de produire, cette sagesse semble exagérée dans le second mouvement, qui chante certes avec naturel, et se joue à chaque piano des innombrables chausse-trappes, mais où les phrases du thème secondaire n'osent parler que prudemment. Ce retrait de la prise de parole habituellement quasi-saturée de Khatia se confirme dans le mouvement lent, lui aussi noblement présenté, mais comme au prix d'une ponction sur la tension. Le finale, dans cette logique d'économie, sera presque plus convaincant.
Très peu de réserves, en revanche, sur le Gershwin, que j'étais fort content d'entendre dans cette très belle version à deux pianos, et qui a le mérite non négligeable de montrer plus qu'ailleurs les qualités tout à fait appréciables du jeu de Gvantsa - notamment à l'irruption du thème d'I loves you Porgy, dont la pudeur émeut franchement, d'autant qu'elle est magnifiée par le voicing de haute distinction de Khatia. La Valse a elle le charme d'une interprétation ne cherchant pas à rajouter de la structure plus sophistiquée qu'une progression comme subie. Dans la continuité bien sentie de Porgy and Bess, le duo privilégie une certaine douceur allusive dans les vagues successives d'emportement, et une forme d'exhibition de leur qualité d'écoute mutuelle. Tout ce qui relève de la délicatesse, jeux d'échos, glissandos ppp aux deux pianos, est supérieurement bien réalisé. L'osmose est moins crédible dans la dernière section de l’œuvre, où Khatia, à défaut de manger, finit pas se décider à mordre : l'équilibre s'en ressent, et au moins se souvient-on de l’énorme réserve de puissance non forcée à disposition.

Le 17 août © C. Grémiot
D'un bout à l'autre normée par un métier de vingt ans et une tradition d'un siècle, la prestation du duo de Lugansky et Rudenko ne surprend plus guère et donne la leçon de style et de maîtrise attendue. Sans doute légèrement en deçà de ce que l'on pouvait en espérer (surtout au vu de leur répétition matinale où sortaient, tout à fait informellement et tandis que les pianistes discutaient en jouant, des phrases plus magnifiques les unes que les autres). Paraissant légèrement moins affuté que dans son concerto trois semaines auparavant, Lugansky tend à laisser le beau rôle à son partenaire, ce qu'il fait souvent volontairement et qui est tout à son honneur, qui fonctionne fort bien dans la délicieuse suite d'Arensky, où Rudenko occupe le premier piano, mais moins dans le reste où les duettistes échangent leurs places.
La Valse sera plus décevante, surtout exécutée dans un esprit radicalement différent de celui des Buniatishvili, donnant la part belle à la science de l'organisation et de la caractérisation de Lugansky, au premier piano donc : mais si la qualité de piano suit, le chef parait en léger manque d'inspiration, et l'orchestre-Rudenko suit la danse sur la réserve, presque passivement : le résultat est solide en diable, si l'on ose dire, plein de justesse et d'un métier inattaquable, mais sans frissons - leur Valse sera bien meilleure une semaine plus tard au Touquet. On se console en se disant qu'ils n'ont guère de concurrence à craindre dans les Danses Symphoniques, qui sont tout de même allées crescendo en tension et en équilibre des pianistes.
Grands professionnels jusqu'au bout, les deux compères ont l'excellent goût de nous quitter sur une touche plus réussie que l'ensemble de ce très correct récital, infiniment classieuse : le scherzo de l'opus 17, qui vient en remontrer sérieusement aux Buniatishvili, avec un  merveilleux Rudenko au premier piano. De toute cette série de duos, et de tout le festival nonobstant la mère supérieure de l'exercice (Virsaladze), le grand bis.

Une transition parfaite, dans le cours de cette soirée qui aura été finalement inoubliable, pour faire le pas vers l'absolu musical, une heure plus tard. Je ne m'étendrai pas ici sur la Faust-Symphonie des époux Ránki, dont il serait indécent de rendre compte en une poignée de lignes, comme si cela avait un statut comparable au reste. Ces artistes (je n'emploie quasiment jamais ce mot aujourd'hui incroyablement vulgaire : je l'emploie au sens de ce que sera la mémoire de grands artistes) évoluent dans une autre constellation que le commun des mortels musiciens, c'est aussi simple que cela. Et tout ce qu'ils font, incluant bien sûr le trop peu que Dezsö Ránki fait par lui-même, cela fait partie de l'histoire la plus exclusive de l'interprétation : la mise à jour de cette partition techniquement inédite (transcription de la version primitive de la symphonie), donnée donc ici en première française présumée, sera un haut lieu de leur histoire, et de celle de la postérité de Franz (Ferenc) Liszt. Ce n'est pas un événement de la morne Année Liszt : c'est le seul.  
Je peux bien m'autoriser cette facilité de raccourcissement, puisque le duo rejouera le même programme, augmenté d’œuvres de Barnabas Dukay, à Orsay le 17 novembre. C'est à 20h, c'est un jeudi, ce sera le centre et la création du monde, et l'auditorium n'est pas grand. Bien sûr, vous irez et nous irons écouter, qui Abbado, qui Boulez, qui Lupu, qui Pollini, qui Salonen... mais on le fait chaque année, ou presque, et ce qu'ils jouent on l'entend chaque mois, ou chaque semaine de la vie musicale. Vous ne pouvez pas passer à côté de cette expérience musicale là, qui n'est pas rare que par son contenu, mais parce qu'elle est par-delà le beau et le laid, le bien et le mal, la peine et la joie, le pur et l'impur dans la musique : qui est élévation pure.

Théo Bélaud
Contrat Creative Commons

Libellés

Brahms31 Orchestre Philharmonique de Radio-France29 Schumann29 Chopin25 Mozart25 Quatuor23 Rachmaninov23 Mahler21 Orchestre de Paris21 Schubert21 Orchestre National de France19 Opéra17 Orchestres britanniques16 Pianistes français16 Ravel16 Choeur/Maitrise de Radio-France15 Violoncelle15 Bach14 Prokofiev14 Salonen14 Sibelius14 Bartok13 Chostakovitch13 Orchestres allemands/autrichiens13 Berg12 Edition musicale / historiographie12 Franck (M.)12 La Roque12 Tchaikovsky12 Cité de la Musique11 Debussy11 Haydn11 Järvi (Paavo)11 Mendelssohn11 Philharmonie de Paris11 Stravinsky11 Maison de Radio-France10 Wagner10 Berezovsky9 Ensembles/solistes baroques9 Lugansky9 Pianistes hongrois9 Buniatishvili8 Châtelet8 Hannigan8 Louvre8 Barenboim7 London Symphony Orchestra7 Opéra National de Paris7 Orchestres russes7 Pianistes italiens7 Schoenberg7 Bruckner6 Gergiev6 Jurowski6 Le Touquet6 Présences6 Ranki6 Strauss6 clarinette6 Andsnes5 Berlioz5 Bouffes du Nord5 Ciccolini5 Davis (Colin)5 Janacek5 Leonskaja5 London5 London Philharmonic Orchestra5 Masur5 Pollini5 Sokolov5 de la Salle5 Bastille4 Boulez4 Britten4 Cortot (salle)4 Dusapin4 Ensemble Intercontemporain4 Ensemble Modern4 Gatti4 Ligeti4 Moussorgsky4 Orchestres américains4 Philharmonia Orchestra4 Repin4 Rudenko4 Staatskapelle Berlin4 Wittgenstein4 Academia Santa Cecilia3 Alto3 Bagatelle3 Berlin3 Bruxelles3 Chung3 De Falla3 Denoke3 Dvorak3 Festival d'Automne à Paris3 Freire3 Gaveau3 Grange de Meslay3 Grimaud3 Hautbois3 Inbal3 Kalagina3 Klukon3 Kurtag3 Mantovani3 Mariinsky3 Medtner3 Muti3 Nigl3 Ollu3 Orchestre Philharmonique de Saint Petersbourg3 Orchestre Philharmonique de Vienne3 Palais Garnier3 Pletnev3 Rameau3 Rosen3 Rossini3 Saraste3 Seine Musicale3 Szymanowski3 Tetzlaff3 Thielemann3 Virsaladze3 Webern3 Widmann3 Zemlinsky3 Znaider3 Abbado2 Adorno2 Aix-en-Provence2 Angelich2 Arbo2 Auteuil2 Boulez-Saal2 Braunstein2 Breitkopf2 Buniatishvili (G.)2 Chauviré2 Chicago Symphony2 Choeur de l'Orchestre de Paris2 Concertgebouw d'Amsterdam2 Conolly2 Covent Garden2 Cowell2 Dalhaus2 Dohnanyi2 Dukas2 Dutilleux2 Ensemble Orchestral de Paris2 Fauré2 Fedosseyev2 Flûte2 Furtwängler2 Gershwin2 Gewandhaus Leipzig2 Glück2 Goerne2 Grieg2 Grinberg2 Gubanova2 H.J. Mayer2 Hahn2 Haitink2 Hanslick2 Harding2 Hengelbrock2 Heras-Casado2 Herrmann2 Hillborg2 Hirsch2 Honeck2 Institut Hongrois2 Ives2 Jansons2 Jordan2 Kavakos2 Khachatryan2 Klinton2 Koopman2 Kovacevich2 Kreisler2 Lachenmann2 Langrée2 Lutoslawski2 Lyapunov2 Manzoni2 Masycheva2 Matsuev2 Mattei2 Messiaen2 Meyer (Paul)2 Mullova2 Mälkki2 Noseda2 Oelze2 Orchestre Symphonique Tchaikovsky2 Orchestre du Conservatoire de Paris2 Orchestre du Festival de Lucerne2 Orsay2 Petibon2 Pontoise2 Prohaska2 Quatuor Arod2 Quatuor Artemis2 Quatuor Borodin2 Quatuor Diotima2 Quatuor Pavel Haas2 Roth2 Roussev2 Rydl2 Saariaho2 Saint Roch2 Sallinen2 Scriabin2 Sinfonia Varsovia2 Soulez2 Temirkanov2 Théâtre de la Ville2 Weber2 West-Eastern Divan Orchestra2 Youn2 Yuja Wang2 Zehetmair2 Zinman2 1041 Ablinger-Sperrhake1 Abrahamyan1 Académie d'Etat de Moscou1 Adams1 Adès1 Afkham1 Agache1 Aikin1 Aimard1 Ambronay1 Amy1 Antheil1 Antonini1 Ars Nova1 Ashkenazy1 Athénée1 Attahir1 BBC Symphony Orchestra1 Baechle1 Ballet1 Balthasar-Neumann Ensemble und Chor1 Barath1 Barber1 Barbican1 Barenboim (Michaël)1 Bashkirova1 Bausch1 Bedford1 Begley1 Benjamin1 Benzi1 Berglund1 Berio1 Berlinskaïa1 Blacher1 Blomstedt1 Bonitatibus1 Borodin1 Borodina1 Bou1 Bourion1 Bozar1 Brauer1 Bringuier1 Briot1 Bronfman1 Brunnet-Grupposo1 Bryant1 Buchbinder1 Bulycheva1 Bärenreiter1 Cage1 Cambreling1 Capuçon (G.)1 Carsen1 Casadei1 Casella1 Caussé1 Cerha1 Chailly1 Chamayou1 Chamber Orchestra of Europe1 Chapuis1 Charpentier1 Cheng1 Choeur National d'Estonie1 Choi1 Choir of Eltham College1 Christie1 Ciampollini1 Ciuller1 Clavecin1 Claycomb1 Cleveland Orchestra1 Collegium 17041 Colli1 Colonne1 Concert des Nations1 Condoluci1 Conlon1 Conservatoire Royal1 Coppey1 Cor1 Couperin1 Courkal1 Crapez1 Crumb1 Csalog1 Cuende1 Dalayman1 Dalbavie1 Damiens1 Danse1 Danto1 Dasch1 Davislim1 De Visée1 De la Fuente1 Delangle1 Delestska1 Demarquette1 Desjardins1 Deutsch1 Devilleneuve1 Diener1 Dohnanyi (E.)1 Dolgov1 Dombrecht1 Dubois1 Dudamel1 Dudinova1 Dumaux1 Duruflé1 Dutoit1 Eisler1 El Khoury1 Elgr1 Elliot1 Elsner1 End of the World1 Engerer1 Ensemble Avanti1 Ensemble Correspondances1 Ensemble Kanazawa1 Ensemble Musikfabrik1 Ensemble Pierre Robert1 Ensemble Resonanz1 Evin1 Eötvös1 Faber1 Farina1 Fasolis1 Faust1 Fedele1 Fedorova1 Fekete1 Fin du monde1 Fink1 Fiolia1 Fischer (I.)1 Fischer (J.)1 Forcalquier1 Forsyth1 Franck1 Frang1 Fray1 Fritz1 Frühbeck de Burgos1 Fujimura1 Gardiner1 Gerstein1 Giardinio Armonico1 Gilels1 Ginzburg1 Glanert1 Glazounov1 Gluzman1 Gould (S.)1 Granados1 Granjon1 Grimal1 Grisey1 Groves1 Groza1 Gubisch1 Gulbenkian1 Gutman1 Güra1 Hackbarth1 Haenchen1 Haendel1 Hampson1 Hantaï1 Harada1 Harteros1 Helmchen1 Henschel (D.)1 Henschel (J.)1 Henze1 Herlitzius1 Hoffman (Gary)1 Hofmann1 Honegger1 Hope1 Horowitz1 I Barrochisti1 Il Fondamento1 Inoue1 Invernizzi1 Isokoski1 Isserlis1 Izquierdo1 Jablonski1 Jalbert1 Jando1 Janowski1 Jansen1 Jarrousky1 Joneleit1 Josefowicz1 Juntunen1 Järvi (Neeme)1 Kaasch1 Kahn1 Kameneva1 Karnéus1 Karthäuser1 Karttunen1 Kaufmann1 Keohane1 Kerl1 Ketelen1 Kiss-B1 Kivy1 Kochanovsky1 Kodaly1 Kolosova1 Komsi (A)1 Komsi (P)1 Koroliov1 Kozhukhin1 Kravets1 Kremer1 Kriiku1 Krylov1 Kuijken (S.)1 La Monnaie1 Laneri1 Lang1 Lang Lang1 Larsson1 Le Sage1 Le Texier1 Legendre1 Leleux1 Lemalu1 Les Arts Florissants1 Les Siècles1 Liadov1 Lichdl1 Lille1 Lindberg1 Lingotto1 Linnebach1 Lisiecki1 Lisitsa1 Loges1 London Philharmonic Choir1 Lortie1 Los Angeles Philharmonic Orchestra1 Lucchesini1 Luks1 Lupu1 Maazel1 Madetoja1 Madzar1 Mahler Chamber Orchestra1 Maltman1 Manfrino1 Mann1 Marais1 Margita1 Marks1 Mattila1 Maxwell Davies1 Mehta1 Metcjetina1 Meyer1 Michelangeli1 Milling1 Minaar1 Moiseiwitsch1 Moroz1 Moscou1 Mosolov1 Müller-Schott1 Münchner Staatsoper1 Nagano1 Nahon1 Naughton1 Nelsons1 Nemo1 Netopil1 Neuburger1 New York Philharmonic1 Nono1 Nott1 Odinius1 Ohlsson1 Opéra Comique1 Opéra d'Etat de Vienne1 Orchestra dil Maggio Musicale Fiorentino1 Orchestra of the Age of Enlightment1 Orchestre Baroque d'Amsterdam1 Orchestre National de Lille1 Orchestre Philharmonique Tchèque1 Orchestre Philharmonique d'Helsinki1 Orchestre Philharmonique de Berlin1 Orchestre Philharmonique de Munich1 Orchestre Philharmonique de Rotterdam1 Orchestre Philharmonique de Varsovie1 Orchestre Révolutionnaire et Romantique1 Orchestre du Festival de Budapest1 Orchestre-Atelier Ostinato1 Oskrostsvaridze1 Ovenden1 Pahud1 Panula1 Papavrami1 Pappano1 Paris de la Musique1 Peintre1 Perahia1 Perenyi1 Perle1 Persson1 Pertusi1 Petersen (M.)1 Petrenko1 Pfitzner1 Philadelphia1 Philharmonie de Berlin1 Philharmonie de Cluj1 Piau1 Pintscher1 Pires1 Pittsburgh Symphony1 Plessner1 Poltéra1 Pons1 Poppe1 Poulenc1 Pratt1 Pärt1 Quatuor Arditi1 Quatuor Asasello1 Quatuor Bennewitz1 Quatuor Casals1 Quatuor Danel1 Quatuor Doric1 Quatuor Ebène1 Quatuor Emerson1 Quatuor Escher1 Quatuor Girard1 Quatuor Hagen1 Quatuor Kocian1 Quatuor Modigliani1 Quatuor Oistrakh1 Quatuor Parkanyi1 Quatuor Prazak1 Quatuor Renoir1 Quatuor Zaïde1 Quatuor Zemlinsky1 Queyras1 Rancatore1 Rasilainen1 Reich1 Reinecke1 Renavand1 Rimsky-Korsakov1 Robertson1 Roesel1 Rome1 Rophé1 Rose1 Rotterdam1 Rouvali1 Royal1 Rozanova1 Rubackyte1 Rundfunk Sinfonie-Orchester Berlin1 Räisäinen-Midth1 Röschmann1 SWR Baden Baden1 Saint Clotilde1 Saint Denis1 Saint Saëns1 Saint-Roch1 Salabert1 Salzburg1 San Francisco Symphony1 Savall1 Saxophone1 Sceaux1 Scherbakov1 Schleiermacher1 Schnittke1 Schukkof1 Schuster1 Schwanewilms1 Schäffer1 Segerstam1 Selig1 Semishkur1 Sempé1 Sequenza 9.31 Serdyuk1 Sidhom1 Silvasti1 Simonpietri1 Sinchuk1 Sinfonieorchester des Bayerischer Rundfunk1 Sinopoli1 Siragusa1 Sokolov (Valery)1 Solti1 Son (Y.E.)1 Sorokine1 Southbank Centre1 Spano1 Staatskapelle Dresden1 Staud1 Stenbaek1 Stockhammer1 Stoklossa1 Storgards1 Straka1 Suh1 Swensen1 Swingle Singers1 Synergy Vocals1 Tamestit1 Tansman1 Tchetuev1 Tchinchinadze1 Teitgen1 Texas Festival Chamber Ensemble1 Thomas (I.)1 Thorette1 Théâtre de Poche Montparnasse1 Tiberghien1 Tilson Thomas1 Tippett1 Tischenko1 Trifonov1 Trio Guarneri1 Trombone1 Turin1 Uchida1 Ursuleasa1 Usitalo1 Uusitalo1 Vanskä1 Varjon1 Varèse1 Vasquez1 Vassalo1 Vassilakis1 Vedernikov1 Veneziano1 Ventris1 Verbey1 Verdi1 Vocal Consort Berlin1 Vogt1 Voisin1 Volle1 Volmer1 Volodos1 Vondung1 Wegner1 Weinberg1 Welser-Möst1 Wesseling1 Weynants1 White1 Wispelwey1 Wit1 Yamada1 Yastrybeva1 Ye-Eun1 Yundi Li1 Zagorinskaia1 Zelenka1 Zhidkova1 Zimmermann (F-P)1 Zukerman1 Zukerman Chamber Players1 Zylberstein1 d'Oria Nicolas1 de Maria1
Plus d'éléments