Poète, va !

V
 
- Paris, Salle Pleyel, le mercredi 14 septembre 2011 (a) et le jeudi 15 septembre 2011 (b)
- Berlioz, Le Corsaire, ouverture - Chopin, Concerto n°1 en mi mineur, op. 11 (a) ; Concerto n°2 en fa mineur, op. 21 (b) - Beethoven, Symphonie n°5 en ut mineur, op. 67

- Jan Lisiecki, piano (a)
- Khatia Buniatishvili, piano (b)
- Orchestre de Paris
- Paavo Järvi, direction



Le sujet de cette injonction est féminin et apparaît en photo ci-contre (et en quantité d'autres endroits de ce blog en passe de devenir glamourissime). La veille du second de ces concerts, alors que Jan Lisecki attaquait son concerto en mi mineur, Khatia Buniatishvili était le sujet de clôture de la grand'messe vespérale du temps de cerveau disponible : pour l'anecdote, au même moment de la soirée à peu près, tombait la dépêche AFP signalant que DSK serait l'invité de la dite grand'messe trois jours plus tard, rehaussant d'autant l'épaisseur, si j'ose dire, des honneurs de l'émission. Certes, elle n'eut pas ceux d'un face à face avec Claire Chazal, mais seulement ceux d'un "sujet" introduit par Madame Capuçon (et de la présence de Monsieur à son concert le lendemain). Dans le dit sujet, Paavo Järvi faisait une furtive et joviale apparition pour signaler que sa pianiste du jour était une poétesse.
Loin de moi l'idée de moquer cette assertion que j'ai moi-même défendue depuis deux ans à un certain nombre de reprises. Au reste, on ne peut que se réjouir, non pas de la médiatisation bien vaine d'un interprète classique au 20H de TF1 (quand TF1 était une chaîne nationale, Elisso Virsaladze y était invitée pour jouer Chopin, ce qui laisse à penser que le temps de cerveau serait un excellent objet de re-nationalisation), mais que la portion congrue soit occupée, pour une fois, par un véritable espoir et non par de la fausse monnaie.

Mais comment résister : je salue au passage mes fidèles lecteurs de la petite (et grande ?) harmonie de l'Orchestre de Paris. Ceux-là, les cors légendaires en particulier, ont forcément regardé le journal en différé, et ont pris leur directeur musical au mot. A la plupart des interventions de Buniatishvili ils ont su se fendre d'admiratives réparties : "poèèèèèèèt' ! poèèt' !". Et hélas, il faut maintenant cesser de plaisanter, car tout cela fut quelque peu consternant, provoquant deux soirées durant un sentiment bien éloigné de celui suscité par la précédente rentrée de l'OP, et d'ailleurs la plupart des concerts qu'ils ont donnés sous la baguette de Järvi la saison passée - dûment chroniqués ici.
On voudrait s'épargner les supputations quant à ce qui a bien pu changer au cours de l'été, mais ces considérations hasardeuses auront pourtant bien été un des sujets de conversation les plus prisés de l'entracte et de l'après-concert. Après une saison de sain purgatoire suivant l'enfer Eschenbach, l'orchestre a-t-il décidé de ranger les efforts et les belles promesses au placard ? Va-t-il s'enfermer dans une routine semblable à celle ici très clairement en germe - rater à ce point un double concert d'ouverture n'est tout de même pas banal - ? A-t-il atteint aux meilleurs moments (qui étaient vraiment bons) des programmes antérieurs de Järvi un plafond de niveau qui serait de verre, et auquel il n'aurait plus envie de se cogner ? On ne sait, mais pour que ces questions se posent avec urgence alors que l'on est deux fois allé écouter Järvi diriger une symphonie de Beethoven, il faut que la situation soit très problématique. Car cela fait huit fois que j'assiste à un concert du chef estonien comportant une symphonie de Beethoven, dix fois en comptant les ouvertures et concertos. Rien, absolument rien ne m'avait préparé au désastre cette fois produit puis reproduit avec un zèle certain le lendemain.

Premièrement, le travail accompli sur la discipline agogique et la qualité d'écoute entre les pupitres (de cordes au moins), qui semblait porter ses premiers fruits dans la remarquable 4e Symphonie, tout cela semble s'être littéralement volatilisé. Les coups d'archets (re)tombent dans une dimension d'aléatoire certaine, confinant à l'impossible dans l'andante de la 5e. L'impact physique du quintette, en progrès notables la saison dernière, et pas que dans Beethoven, s'est effondré, et l'anémique premier mouvement fait les deux fois perdre tout espoir au bout de moins d'une minute. Placés en un vis-à-vis qui semble les dépasser encore plus que le National de Gatti, les premiers et seconds violons échouent toujours à faire corps sonore comme à proposer une quelconque éloquence dans les tutti (comme dans le motif ascendant du thème du finale, ou l'invraisemblable platitude de l'élan final de l'andante, à partir de la m. 185).
Deuxièmement, le reste de l'orchestre semble retombé à son pire stade d'absence de cohésion comme de talent individuel. Ces bois malingres, souffreteux pourront-ils seulement un jour être récupérables ? Peut-être, mais pour ce qui retourne des cors, on ne peut plus sérieusement y croire. Sans plus penser une seconde à rentrer dans le jeu des comparaisons aux standards internationaux, j'ai suffisamment écouté d'orchestres de province à une époque et parfois encore maintenant pour considérer, comme bien du monde, que cet ensemble-là disqualifie presque à lui seul le statut à rayonnement... national de l'OP. Il est cruel, trop cruel de réduire une prestation instrumentale sur deux soirées à une minute : mais le problème est que l'incroyable avalanche, relevant du comique de répétition, de dérapages et de départs à contre-temps entre cors, clarinettes, bassons, flûtes, timbales... dans les dernières pages du III faisait furieusement se dire : 'évidemment, depuis le temps que cela leur pendait au nez"...
Troisièmement, et c'est sans doute le plus grave, l'orchestre semble en être revenu à ce point de médiocrité parce qu'il ne paraît plus réagir à ce que propose Järvi. Il y a un monde entre ce que ce dernier a obtenu en termes de logique rythmique et d'articulations dans l'exposé du I de la part de Brême et ce qu'il obtient ici en tentant à peu près la même chose. Certes, la 5e de son intégrale donnée en 2009 au TCE n'était pas le sommet du cycle, mais le discours était indéniablement clair, solide et respirant l'intelligence du long terme. Ici l'absence totale (le terme ne tolère ici aucune nuance dans son utilisation : rien, nichts, nothing, niente) de caractérisation, de caractère, d'énergie, d'envie, d’orgueil aussi rendent tout effort vain. Même la physionomie sonore la plus générale est à des kilomètres de ce que devrait être un Beethoven de Järvi : tout n'est que lourdeur molle, à l'exception notoire de la fin du développement du I, où la baguette parvient à grand peine à mener la tension à terme (progression jusqu'à F).  Le point le plus caricatural est atteint dans l'andante, encore plus le second soir où Järvi semblait avoir démissionné après le I, à la reprise variée du thème aux violoncelles et contrebasses : le chef, pragmatique autant que cohérent avec lui-même, tente de faire écouter les basses au reste de l'orchestre, allant chercher les premières, exhortant les seconds à la retenue. La réponse à cet élémentaire requisit de finesse et de logique est éloquente ("poète, va, poèt'poèt'", semblent répondre en cœur violons et cors) : les violoncelles peuvent s'agiter avec leurs moyens très limités, on n'entendra en guise de thème varié qu'un miasme lointain et informe dans le bas du spectre, et du bruit par-dessus. On frôle la faute morale, comme dirait l'autre.

Franchement, les concertos, orchestralement parlant, étaient nettement plus apocalyptique encore : je pense qu'en moyenne l'Ensemble Orchestral de Paris joue beaucoup mieux que ça à tous points de vue. La description, en regard de ce que l'on attend d'une formation non pas de haut niveau, mais professionnelle, est assez difficile. Une fois passées, le mercredi, le jeudi, cinq ou six premières mesures du dernier degré d'improbable, on aura tâché d'écouter ce que les solistes avaient à proposer, en prenant sur soi pour imaginer un autre écrin harmonique et mélodique que cette mélasse assoupie.
Et le malheureux Jan Lisiecki, seize ans et Deutsche Grammophon Artist (on s'y perd dans le recrutement chopinien de sa majesté hambourgeoise, après Yundi et Lang Lang, et entre Sara Ott, Blechacz, Wang, Wunder et lui : une chose est presque sûre, la moyenne d'âge des licenciements devrait correspondre à celle de l'âge normal d'insertion sur le marché du travail) a, surprise, quelque chose à proposer. Ce doux géant au visage d'enfant ne cogne pas, ne se crispe que peu, et, jeune âge aidant sans doute, ne fait entendre que très peu de musicalité apprise. Élégance naturelle du ton et économie mozartienne semblent devoir être au rendez-vous pour notre plus grand bonheur, mais cela ne fonctionne hélas pas vraiment. Les moyens semblent un peu limités pour donner un grand Chopin classique, et encore plus un Chopin de Grand Style, mais ils sont toutefois suffisants pour en donner un non trivial : là où le bât blesse davantage, c'est dans la force d'intuition, apparemment trop erratique pour tenir la distance.
Dommage, car l'absence de volontarisme réserve de belles choses, soit réalisées (tout l'exposé d'avant le thème majeur, et symétriquement l'entame du second développement, et quelques passages du larghetto, notamment la mini-cadence centrale et la finale, malgré un trou de mémoire), soit que l'on sent plus en puissance : la grande cantilène du I séduit de façon, disons, théorique, par sa très grande économie de phrasé. Enfin, se dit-on, un jeune interprète de ce concerto qui ne le vit pas juste pour arriver, à genoux et brûlant devant sa belle, avec do#-ré#-mi-fa#-sol#, fa#-mi-ré#-do#-ré#. Le simple fait qu'il passe complètement à côté du lieu commun de cette phrase et de son environnement encourage à lui laisser le temps de s'épanouir.  Ah, si seulement, la première fois, le cor solo s'était abstenu de recouvrir ces belles intentions d'une litanie poétique dans le ton du poivrot qui trouve que réciter du Baudelaire s'accorde mal avec son huitième pastis : hééééé-oh, l'pôôôèèèèèèt : à ce niveau, autant jouer "il est vraiment phénoménal (...) dans le journal de Claire Chazal". Si seulement aussi les altos n'avaient pas commencé à évoluer dans des espaces-temps différents (un tempo par pupitre à peu près) au bout de soixante-dix mesures.  Si seulement le quintette entier avait trouvé le moyen de s'accorder sur la valeur d'une noire dans le rondo. Si seulement ce concerto avait été accompagné, il aurait été possible de trouver vraiment quelque chose au jeune Canadien, qui nous aura finalement laissé totalement interdit, proposant coup sur coup en rappel une valse en ut dièse mineur de l'opus 64 fort sobre et tenue, quoiqu'un peu grise de timbre, puis une aria des Goldberg passablement triviale et complaisante. Ils sont bizarres ces ados.

J'ai déjà tellement parlé de Buniatishvili sur ce site qu'il ne me semble pas très important de rentrer dans le détail de ce qu'elle produit dans ce concerto particulier ou dans Chopin en général, puisque de plus il est évident que j'aurai bien des occasions d'y revenir. Notre prodige maintenant télésanctifiée aura souffert encore plus du surnaturel prosaïsme de ses partenaires que Lisecki, dans la mesure où elle aussi joue la carte de l'extrême allègement du trait, sauf qu'elle en a les moyens, et va donc jusqu'à s'avancer très nettement par-delà la frontière de ce que l'on nomme Grand Style. Son approche ressemble à tous égards et à tous moments, à s'y méprendre, à celle de Berezovsky (c'est-à-dire, historiquement, dans ce répertoire, à celle de Moiseiwitsch ou Hoffmann) : la nuance fondamentale est le piano. L'articulation de base le legatissimo armonico. La gestion du rubato forcément en perspective : absolue vis-à-vis du métronome bien sûr, mais aussi diachronique dans la relation des mains, qui dès la première mesure soliste se décalent gaiement dans la battue. Enfin, l'économie générale des tempos se résume à : toujours un peu, voire beaucoup plus vite que le tempo indiqué. Dynamique encore plus intime, agogique quasi-impossible à suivre, fallait-il à ce point torturer un OP déjà à l'agonie ? Soit, ce n'est pas son problème et n'a pas à l'être, du moins en théorie.
Techniquement, il n'y a absolument rien à redire à la réalisation de ce beau projet, sinon que la densité de timbre de Buniatishvili dans le piano et le pianissimo, pour exceptionnelle qu'elle soit (surtout dans la lenteur, il faut le souligner), n'est pas suffisante pour exister en permanence face à une telle compagnie de gros lourds. La virtuosité factuelle est quant à elle aussi impressionnante que ce à quoi Buniatishvili nous convie les meilleurs jours : la liberté, la détente, la facilité absolue de déplacement, la nouvelle coqueluche des plus grandes salles du monde et de la plupart des vrais amateurs de beau piano est en démonstration.
Mais deux réserves empêchent celle-ci de sauver cette double morne soirée. D'une part, celle déjà mentionnée : une telle approche est mort-née dans ce contexte orchestral. Cela pourrait passer au disque en revoyant la balance : mais psychiquement, l'effort permanent demandé à l'oreille pour ne pas perdre le fil pianistique perceptible est trop important pour se laisser prendre par la main : c'est qu'il y a dans le même temps soixante légionnaires qui vous tirent par les jambes. D'autre part, j'ai tout de même quelques doutes sur la consistance "théorique" de la continuité discursive proposée par Buniatishvili dans le premier mouvement : si les fulgurances sont légion, les transitions précisément le point fort évident tant elles roulent, traversent, font du fondu-enchainé, le caractère décousu paraît sur le long terme presque trop... intentionné pour être touchant. Mais les deux derniers mouvements (surtout le II, d'une liberté incroyablement éloquente dans la section centrale) sont eux absolument magnifiques, pianistiquement et spirituellement ; jusque dans la présentation follement racée de la coda, introduite par un glorieux appel (pôpôpô-ééèèèt-teuh). Une Ferrari lancée dans un champ de patates (ou de betteraves, sans doute) !

J'ai oublié de parler de Berlioz. C'était, comment dire, beau comme un camion.
Vous pouvez éteindre votre ordinateur et reprendre une activité normale.

Théo Bélaud
Contrat Creative Commons

Libellés

Brahms31 Orchestre Philharmonique de Radio-France29 Schumann29 Chopin25 Mozart25 Quatuor23 Rachmaninov23 Mahler21 Orchestre de Paris21 Schubert21 Orchestre National de France19 Opéra17 Orchestres britanniques16 Pianistes français16 Ravel16 Choeur/Maitrise de Radio-France15 Violoncelle15 Bach14 Prokofiev14 Salonen14 Sibelius14 Bartok13 Chostakovitch13 Orchestres allemands/autrichiens13 Berg12 Edition musicale / historiographie12 Franck (M.)12 La Roque12 Tchaikovsky12 Cité de la Musique11 Debussy11 Haydn11 Järvi (Paavo)11 Mendelssohn11 Philharmonie de Paris11 Stravinsky11 Maison de Radio-France10 Wagner10 Berezovsky9 Ensembles/solistes baroques9 Lugansky9 Pianistes hongrois9 Buniatishvili8 Châtelet8 Hannigan8 Louvre8 Barenboim7 London Symphony Orchestra7 Opéra National de Paris7 Orchestres russes7 Pianistes italiens7 Schoenberg7 Bruckner6 Gergiev6 Jurowski6 Le Touquet6 Présences6 Ranki6 Strauss6 clarinette6 Andsnes5 Berlioz5 Bouffes du Nord5 Ciccolini5 Davis (Colin)5 Janacek5 Leonskaja5 London5 London Philharmonic Orchestra5 Masur5 Pollini5 Sokolov5 de la Salle5 Bastille4 Boulez4 Britten4 Cortot (salle)4 Dusapin4 Ensemble Intercontemporain4 Ensemble Modern4 Gatti4 Ligeti4 Moussorgsky4 Orchestres américains4 Philharmonia Orchestra4 Repin4 Rudenko4 Staatskapelle Berlin4 Wittgenstein4 Academia Santa Cecilia3 Alto3 Bagatelle3 Berlin3 Bruxelles3 Chung3 De Falla3 Denoke3 Dvorak3 Festival d'Automne à Paris3 Freire3 Gaveau3 Grange de Meslay3 Grimaud3 Hautbois3 Inbal3 Kalagina3 Klukon3 Kurtag3 Mantovani3 Mariinsky3 Medtner3 Muti3 Nigl3 Ollu3 Orchestre Philharmonique de Saint Petersbourg3 Orchestre Philharmonique de Vienne3 Palais Garnier3 Pletnev3 Rameau3 Rosen3 Rossini3 Saraste3 Seine Musicale3 Szymanowski3 Tetzlaff3 Thielemann3 Virsaladze3 Webern3 Widmann3 Zemlinsky3 Znaider3 Abbado2 Adorno2 Aix-en-Provence2 Angelich2 Arbo2 Auteuil2 Boulez-Saal2 Braunstein2 Breitkopf2 Buniatishvili (G.)2 Chauviré2 Chicago Symphony2 Choeur de l'Orchestre de Paris2 Concertgebouw d'Amsterdam2 Conolly2 Covent Garden2 Cowell2 Dalhaus2 Dohnanyi2 Dukas2 Dutilleux2 Ensemble Orchestral de Paris2 Fauré2 Fedosseyev2 Flûte2 Furtwängler2 Gershwin2 Gewandhaus Leipzig2 Glück2 Goerne2 Grieg2 Grinberg2 Gubanova2 H.J. Mayer2 Hahn2 Haitink2 Hanslick2 Harding2 Hengelbrock2 Heras-Casado2 Herrmann2 Hillborg2 Hirsch2 Honeck2 Institut Hongrois2 Ives2 Jansons2 Jordan2 Kavakos2 Khachatryan2 Klinton2 Koopman2 Kovacevich2 Kreisler2 Lachenmann2 Langrée2 Lutoslawski2 Lyapunov2 Manzoni2 Masycheva2 Matsuev2 Mattei2 Messiaen2 Meyer (Paul)2 Mullova2 Mälkki2 Noseda2 Oelze2 Orchestre Symphonique Tchaikovsky2 Orchestre du Conservatoire de Paris2 Orchestre du Festival de Lucerne2 Orsay2 Petibon2 Pontoise2 Prohaska2 Quatuor Arod2 Quatuor Artemis2 Quatuor Borodin2 Quatuor Diotima2 Quatuor Pavel Haas2 Roth2 Roussev2 Rydl2 Saariaho2 Saint Roch2 Sallinen2 Scriabin2 Sinfonia Varsovia2 Soulez2 Temirkanov2 Théâtre de la Ville2 Weber2 West-Eastern Divan Orchestra2 Youn2 Yuja Wang2 Zehetmair2 Zinman2 1041 Ablinger-Sperrhake1 Abrahamyan1 Académie d'Etat de Moscou1 Adams1 Adès1 Afkham1 Agache1 Aikin1 Aimard1 Ambronay1 Amy1 Antheil1 Antonini1 Ars Nova1 Ashkenazy1 Athénée1 Attahir1 BBC Symphony Orchestra1 Baechle1 Ballet1 Balthasar-Neumann Ensemble und Chor1 Barath1 Barber1 Barbican1 Barenboim (Michaël)1 Bashkirova1 Bausch1 Bedford1 Begley1 Benjamin1 Benzi1 Berglund1 Berio1 Berlinskaïa1 Blacher1 Blomstedt1 Bonitatibus1 Borodin1 Borodina1 Bou1 Bourion1 Bozar1 Brauer1 Bringuier1 Briot1 Bronfman1 Brunnet-Grupposo1 Bryant1 Buchbinder1 Bulycheva1 Bärenreiter1 Cage1 Cambreling1 Capuçon (G.)1 Carsen1 Casadei1 Casella1 Caussé1 Cerha1 Chailly1 Chamayou1 Chamber Orchestra of Europe1 Chapuis1 Charpentier1 Cheng1 Choeur National d'Estonie1 Choi1 Choir of Eltham College1 Christie1 Ciampollini1 Ciuller1 Clavecin1 Claycomb1 Cleveland Orchestra1 Collegium 17041 Colli1 Colonne1 Concert des Nations1 Condoluci1 Conlon1 Conservatoire Royal1 Coppey1 Cor1 Couperin1 Courkal1 Crapez1 Crumb1 Csalog1 Cuende1 Dalayman1 Dalbavie1 Damiens1 Danse1 Danto1 Dasch1 Davislim1 De Visée1 De la Fuente1 Delangle1 Delestska1 Demarquette1 Desjardins1 Deutsch1 Devilleneuve1 Diener1 Dohnanyi (E.)1 Dolgov1 Dombrecht1 Dubois1 Dudamel1 Dudinova1 Dumaux1 Duruflé1 Dutoit1 Eisler1 El Khoury1 Elgr1 Elliot1 Elsner1 End of the World1 Engerer1 Ensemble Avanti1 Ensemble Correspondances1 Ensemble Kanazawa1 Ensemble Musikfabrik1 Ensemble Pierre Robert1 Ensemble Resonanz1 Evin1 Eötvös1 Faber1 Farina1 Fasolis1 Faust1 Fedele1 Fedorova1 Fekete1 Fin du monde1 Fink1 Fiolia1 Fischer (I.)1 Fischer (J.)1 Forcalquier1 Forsyth1 Franck1 Frang1 Fray1 Fritz1 Frühbeck de Burgos1 Fujimura1 Gardiner1 Gerstein1 Giardinio Armonico1 Gilels1 Ginzburg1 Glanert1 Glazounov1 Gluzman1 Gould (S.)1 Granados1 Granjon1 Grimal1 Grisey1 Groves1 Groza1 Gubisch1 Gulbenkian1 Gutman1 Güra1 Hackbarth1 Haenchen1 Haendel1 Hampson1 Hantaï1 Harada1 Harteros1 Helmchen1 Henschel (D.)1 Henschel (J.)1 Henze1 Herlitzius1 Hoffman (Gary)1 Hofmann1 Honegger1 Hope1 Horowitz1 I Barrochisti1 Il Fondamento1 Inoue1 Invernizzi1 Isokoski1 Isserlis1 Izquierdo1 Jablonski1 Jalbert1 Jando1 Janowski1 Jansen1 Jarrousky1 Joneleit1 Josefowicz1 Juntunen1 Järvi (Neeme)1 Kaasch1 Kahn1 Kameneva1 Karnéus1 Karthäuser1 Karttunen1 Kaufmann1 Keohane1 Kerl1 Ketelen1 Kiss-B1 Kivy1 Kochanovsky1 Kodaly1 Kolosova1 Komsi (A)1 Komsi (P)1 Koroliov1 Kozhukhin1 Kravets1 Kremer1 Kriiku1 Krylov1 Kuijken (S.)1 La Monnaie1 Laneri1 Lang1 Lang Lang1 Larsson1 Le Sage1 Le Texier1 Legendre1 Leleux1 Lemalu1 Les Arts Florissants1 Les Siècles1 Liadov1 Lichdl1 Lille1 Lindberg1 Lingotto1 Linnebach1 Lisiecki1 Lisitsa1 Loges1 London Philharmonic Choir1 Lortie1 Los Angeles Philharmonic Orchestra1 Lucchesini1 Luks1 Lupu1 Maazel1 Madetoja1 Madzar1 Mahler Chamber Orchestra1 Maltman1 Manfrino1 Mann1 Marais1 Margita1 Marks1 Mattila1 Maxwell Davies1 Mehta1 Metcjetina1 Meyer1 Michelangeli1 Milling1 Minaar1 Moiseiwitsch1 Moroz1 Moscou1 Mosolov1 Müller-Schott1 Münchner Staatsoper1 Nagano1 Nahon1 Naughton1 Nelsons1 Nemo1 Netopil1 Neuburger1 New York Philharmonic1 Nono1 Nott1 Odinius1 Ohlsson1 Opéra Comique1 Opéra d'Etat de Vienne1 Orchestra dil Maggio Musicale Fiorentino1 Orchestra of the Age of Enlightment1 Orchestre Baroque d'Amsterdam1 Orchestre National de Lille1 Orchestre Philharmonique Tchèque1 Orchestre Philharmonique d'Helsinki1 Orchestre Philharmonique de Berlin1 Orchestre Philharmonique de Munich1 Orchestre Philharmonique de Rotterdam1 Orchestre Philharmonique de Varsovie1 Orchestre Révolutionnaire et Romantique1 Orchestre du Festival de Budapest1 Orchestre-Atelier Ostinato1 Oskrostsvaridze1 Ovenden1 Pahud1 Panula1 Papavrami1 Pappano1 Paris de la Musique1 Peintre1 Perahia1 Perenyi1 Perle1 Persson1 Pertusi1 Petersen (M.)1 Petrenko1 Pfitzner1 Philadelphia1 Philharmonie de Berlin1 Philharmonie de Cluj1 Piau1 Pintscher1 Pires1 Pittsburgh Symphony1 Plessner1 Poltéra1 Pons1 Poppe1 Poulenc1 Pratt1 Pärt1 Quatuor Arditi1 Quatuor Asasello1 Quatuor Bennewitz1 Quatuor Casals1 Quatuor Danel1 Quatuor Doric1 Quatuor Ebène1 Quatuor Emerson1 Quatuor Escher1 Quatuor Girard1 Quatuor Hagen1 Quatuor Kocian1 Quatuor Modigliani1 Quatuor Oistrakh1 Quatuor Parkanyi1 Quatuor Prazak1 Quatuor Renoir1 Quatuor Zaïde1 Quatuor Zemlinsky1 Queyras1 Rancatore1 Rasilainen1 Reich1 Reinecke1 Renavand1 Rimsky-Korsakov1 Robertson1 Roesel1 Rome1 Rophé1 Rose1 Rotterdam1 Rouvali1 Royal1 Rozanova1 Rubackyte1 Rundfunk Sinfonie-Orchester Berlin1 Räisäinen-Midth1 Röschmann1 SWR Baden Baden1 Saint Clotilde1 Saint Denis1 Saint Saëns1 Saint-Roch1 Salabert1 Salzburg1 San Francisco Symphony1 Savall1 Saxophone1 Sceaux1 Scherbakov1 Schleiermacher1 Schnittke1 Schukkof1 Schuster1 Schwanewilms1 Schäffer1 Segerstam1 Selig1 Semishkur1 Sempé1 Sequenza 9.31 Serdyuk1 Sidhom1 Silvasti1 Simonpietri1 Sinchuk1 Sinfonieorchester des Bayerischer Rundfunk1 Sinopoli1 Siragusa1 Sokolov (Valery)1 Solti1 Son (Y.E.)1 Sorokine1 Southbank Centre1 Spano1 Staatskapelle Dresden1 Staud1 Stenbaek1 Stockhammer1 Stoklossa1 Storgards1 Straka1 Suh1 Swensen1 Swingle Singers1 Synergy Vocals1 Tamestit1 Tansman1 Tchetuev1 Tchinchinadze1 Teitgen1 Texas Festival Chamber Ensemble1 Thomas (I.)1 Thorette1 Théâtre de Poche Montparnasse1 Tiberghien1 Tilson Thomas1 Tippett1 Tischenko1 Trifonov1 Trio Guarneri1 Trombone1 Turin1 Uchida1 Ursuleasa1 Usitalo1 Uusitalo1 Vanskä1 Varjon1 Varèse1 Vasquez1 Vassalo1 Vassilakis1 Vedernikov1 Veneziano1 Ventris1 Verbey1 Verdi1 Vocal Consort Berlin1 Vogt1 Voisin1 Volle1 Volmer1 Volodos1 Vondung1 Wegner1 Weinberg1 Welser-Möst1 Wesseling1 Weynants1 White1 Wispelwey1 Wit1 Yamada1 Yastrybeva1 Ye-Eun1 Yundi Li1 Zagorinskaia1 Zelenka1 Zhidkova1 Zimmermann (F-P)1 Zukerman1 Zukerman Chamber Players1 Zylberstein1 d'Oria Nicolas1 de Maria1
Plus d'éléments