Les incroyables grands écarts de Gergiev

∏ ∏
∏ ∏ ∏ ∏ ∏

- Paris, Salle Pleyel, le 27 mars 2011
- Mahler, Symphonie n°3 enmineur
- Anna Larsson, contralto
- Choir of Eltham College
- London Symphony Orchestra
- Valery Gergiev, direction

-Paris, Salle Pleyel, le 28 mars 2011
- Mahler, Symphonie n°10 en fa dièse majeur (Adagio) ; Symphonie n°9 enmajeur
- London Symphony Orchestra
- Valery Gergiev, direction

Symphonies n°4 & 6
Symphonie n°2
Symphonie n°8
Vidéo intégrale des 10e et 9e en question ci-dessous.


De cette intégrale Mahler attendue comme l'une des plus superflues de l'histoire (ce qui mettait la barre très haut, convenons-en), j'ai manqué les symphonies n°1, 5 et 7, ce qui est surtout dommage dans le cas de la dernière citée : les symphonies paires avec le Mariinsky avaient donné un aperçu bien suffisant de l'intérêt de renouvellement (fait en partie de réminiscences d'une part de passé mal reconnue) du propos mahlerien, de son idiome, de son imaginaire sonore. J'aurais été curieux d'entendre à quoi ressemblait la plus rarement (tout est relatif ici) jouée des symphonies menée tambour battant avec le virtuosissime LSO, sans doute au détriment de bien des dimensions mais sans la complaisance esthétisante et luxueuse qui comme pour les autres symphonies tient lieu de standard international. Mais, entre le dieu vivant du piano à Bruxelles et la loterie gergievienne usuelle, il fallait choisir.

De ce que l'on m'en a rapporté, cette exécution de la 7e m'aurait cependant davantage intéressé, sans doute que la 3e donnée le lendemain, justement beaucoup plus ordinaire en regard des canons de la rutilance aux thématisations imposées. Le LSO n'est pas ici entrainé vers cet ailleurs fantasmagorique, halluciné et grinçant que Gergiev semble théoriquement capable d'apporter à chacune de ses propositions malheriennes.

Ce que l'on pouvait craindre du troc du Marrinsky pour le LSO se réalise ici, avec tout ce que cela comporte de paradoxe. Tout est plus propre, plus maîtrisé instrumentalement, plus puissant, plus équilibré surtout, avec des registres graves gigantesques à l'œuvre dans tous les compartiments de l'orchestre. De la singularité d'imaginaire et de discours notamment audible dans la sœur de la 3e, (la 2e Symphonie) ne subsiste plus grosso modo, et de façon sporadique, que la tendance généralement heureuse de Gergiev à presser le pas, notamment quand le matériau est réexposé ou récapitulé. Mais précisément, cette tendance est exploitée de façon moins heureuse ici, en-dehors du Kräftig initial. Gergiev l'applique essentiellement au finale, qui commence dans un molto adagio coutumier pour progressivement aller vers un adagietto menant lui-même, comme dans le concert de 2007 au Barbican ci-dessous, à une progression et péroraison finale franchement andante. C'est assez cohérent, tenu, splendidement joué par un LSO souverain à tous les pupitres, mais j'ai du mal à y croire : ici, c'est le premier degré qui vient à manquer, la majesté conclusive des la ! !, dont l'escamotage apparaît comme une fuite en avant pour finir sur une impression questionnant l'inéluctable des représentations comme dans les trois autres symphonies avec voix : mais c'est ici trop prévisible et volontariste pour faire croire à une alternative crédible de sens.
L'auditeur de plus en plus confiant dans le Mahler gergivien que je suis avait, il est vrai, été préalablement échaudé par des mouvements centraux assez inintéressants en-dehors de leur indéniable réussite plastique. Dans les II et III (ce qui est étonnant compte-tenu de la grande réussite de ses mouvements intermédiaires dans la Résurrection), Gergiev parait attentiste et impuissant à animer et même caractériser le matériau : du coup, le matériau est caractérisé par défaut, et très bien, ainsi que n'importe quelle exécution par les Philharmoniques de Berlin, Londres, New York ou Los Angeles y parviendrait tout naturellement. C'est admirable, on a déjà entendu cela dix, vingt fois, cent fois avec le disque. Les mouvements vocaux sont plus intéressants, essentiellement grâce à la prestation magnifique d'Anna Larsson, qui était déjà ma Zarathoustra préférée au disque (avec Abbado et Berlin) : au moins les deux grands lieder de cette intégrale auront-ils été d'égales réussites. Le chœur d'Eltham College fait bonne impression, même si ici la conduite de Gergiev laisse un peu perplexe quant à la logique rythmique, si tant est qu'il y en eût une d'ailleurs.

Reste donc, ce qui n'est pas rien, un Kräftig dont c'est un euphémisme de dire qu'il était impressionnant orchestralement, et ce pas uniquement grâce à une petite et grande harmonie survoltée, mais aussi à un quatuor certes plus agressif et métallique qu'enveloppant, mais d'une puissance fabuleuse. Gergiev y retrouve un peu plus de sa verve, de l'inventivité et de la dimension intuitive qui présidait à ses réussites petersbourgeoises. Cela n'empêche nullement les choses d'être supérieurement en place, y compris dans le contrepoint demandant autant de cohésion rythmique que d'intensité de jeu - ainsi, tout le dernier développement précédant la réexposition, de 44 à 51, frise la perfection sans se priver d'une bonne dose d'excitation, entre autres par le fait de flûtes (la piccolo!) déchainées. Ni ne contrarie la précision chircurgicale, malgré l'accelerando continu des deux dernières pages, d'une formidable coda. Mais même cela, pour gratifiant que ce soit pour les sens, ne satisfait pas celui qui attend de Gergiev qu'il soit Gergiev ici.


Tout le contraire de cette inoubliable 9e que nul n'attendait à ce niveau sensationnel : on ne parle évidemment pas ici de niveau d'engagement (quoique...) ni de qualité des exécutants, pour l'essentiel comparable avec celle observée dans la 3e. Et puis, qui avait encore envie de se concentrer sur la grande œuvre-messie pour notre temps, le cérémonial stéréotypé par excellence des obsédés des grand-messes symphoniques de la Salle Pleyel, qu'on se remémore après comme on exhibe ses blessures de guerre ? Au moins sera-t-on heureux de se remémorer celle-ci, qui avait de vraies blessures, de réelles fellures, qui renouait avec la fragilité, la paradoxale transparence de verre d'une architecture posée au bord du vide, qu'escamote maintenant presque toujours les plus grandes phalanges au profit d'une maxi-caractérisation des éléments psychologiques qu'a validé l'intégration de plein-pied de la 9e à la tradition post-romantique. Même quand il s'agit de son versant à l'extrême épuré que propose Abbado. Car cette fois Gergiev réussit à tirer son LSO vers les zones dangereuses, toxiques et corrosives où il navigue naturellement avec le Mariinsky.

On pouvait le sentir arriver dès l'étonnant adagio de la 10e (que j'aimerais bien entendre dans sa complétion par les mêmes...), qui débutait de façon relativement banale pour basculer très vite dans cette forme étrange de continuité par l'enchainement en apparence linéaire des épisodes. Extrêmement rapide, faisant certes fi, comme beaucoup maintenant (Metzmacher et Inbal récemment) du découpage des andantes et des adagios, son interprétation se déploie sans aucune concession à l'image d'une contemplation vue déjà depuis l'au-delà : c'est la vie même, l'envie de dire et de discourir qui transparait, dans une troublante flexibilité de battue qui n'appuie aucun de ses changements d'allure. Une mise en style de l'incertitude, de l'inquiétude, cohérente même avec l'étonnante façon de lancer l'épisode des clusters, ne sonnant en rien ici comme un exercice d'expérimentation : voyez les neuf sons qui tombent ensemble ici) - eh bien, non, ils ne tombent pas ensemble, ce qui est manifestement voulu. Le chemin parcouru de l'autre côté est encore plus touchant et inspiré, plus qu'il n'était dans l'exécution ici un brin trop dilatée et purement transparente d'Inbal et de la Philharmonique Tchèque. : cette fois, Gergiev trouve la finesse de ton dans le survol apparent, cette subilité vénéneuse qu'il peinait à insuffler dans le finale de la 3e. Jugez par vous-même.

Je suis fortement tenté de répéter cette exhortation s'agissant de la 9e. D'abord parce ce qu'il y a à en dire se rapproche génériquement de ce que je viens de dire de l'adagio de la 10e, et de ce que j'ai déjà pu dire de la 2e ou du finale de la 6e. Au détail près que tout est mieux. C'est, in exetremis, la synthèse a priori impossible que réussit là Gergiev, entre l'excellence, l'exigence académique du LSO, sa mentalité compétitrice dans la confrontation aux autres machines d'élite, et le questionnement perpétuel et improvisé du chef. On ne peut guère douter que dans une telle partition, cette alchimie ne fonctionne pas à chaque fois : je me suis laissé dire que la 9e donnée par les mêmes au Barbican avait été un maillon faible du cycle londonien, et c'est très possible voire probable dans la mesure où les musiciens sont certainement davantage rodés aujourd'hui au système mis en place par leur directeur - que résumait l'autre jour avec humour (mais non sans amour sincère) un membre de l'orchestre, citant Gergiev en répétition : "basically, that's how it works : I move, you play". Et débrouillez vous avec cela, puisque vous êtes si forts, semble être le codicille nécessaire et sous-entendu.
Je l'ai dit dès le départ du cycle, cette improbable 8e, qu'avec le recul je réécouterais volontiers : je ne crois pas à la mystique chamaniste des inconditionnels de Gergiev. Si cela fonctionne, c'est d'abord que les instrumentistes d'élite du LSO savent et respectent la compétence de leur chef ; ensuite que, d'une façon certainement hermétique à qui n'est pas in situ (et ici, être simplement présent dans la salle n'est pas être in situ), ses gestes, ce qui lui sert occasionnellement de battue, signifient quelque chose pour eux ; enfin que, au-delà d'un professionnalisme que l'on sait presque sans concurrence, ces anglais doivent tout de même avoir autre chose qu'une admiration de façade pour le musicien Gergiev pour se donner avec autant de conviction (et surtout de plaisir évident) dans un répertoire que comme tout le monde ils ont joué cent fois avec la moitié du gratin mondial de la direction, chose qu'ils continueront à faire demain et après-demain. Mais que voulez-vous que je vous dise, à défaut de décrypter techniquement le phénomène ? Mis à part qu'ici, ça marche, je ne vois pas.

Il y a au moins un aspect objectivement descriptible qui est la modification de la personnalité sonore de l'orchestre, spectaculaire par rapport à la 3e dans la mesure où l'on se rapprochait ici très près de l'esthétique, de la balance globale surtout, du Mariinsky. Pas forcément par le réglage dynamique : je n'ai pas été souvent à l'angle opposé du second balcon de Pleyel par rapport aux violoncelles et contrebasses et senti le plancher vibrer ainsi... Certes, Gergiev demande la plupart du temps aux cors de ne pas donner dans la splendeur roborative - ce déterminant d'esthétique mahlerienne non négligeable qui avait servi jusqu'à la caricature l'absence de vision de Dudamel il y a deux mois. Contrairement à l'image sonore convenue, notamment dans le premier mouvement, ce sont les trompettes et les trombones (vibrant joyeusement), et la petite harmonie de haut registre qui sont les principaux artisans de l'exploration du contrepoint ici proposée - ce qui change en bien des endroits la logique d'appréhension du matériau thématique, et pas que dans le Rondo-Burleske. Quoiqu'il en soit, en y ajoutant l'extraordinaire prestation du légendaire Nigel Thomas au timbales, celle, déchainée, du concertmaster Roman Simovic, le solo de flûte de Gareth Davies (dont l'entame, suspendue au-dessus d'un précipice, transperçait littéralement)...
Ce sont des détails plus ou moins importants qui font la dimension supplémentaire par rapport au meilleur des concerts donnés avec le Mariinsky, ceux qui réalisent l'autre pan de la synthèse : la satisfaction aux plus hauts standards, dans les mœurs d'un niveau orchestral surélevé, mise au service d'une interrogation, entre autres, quant au sens même de cette folle virtuosité - le contraire ou presque de ce que proposent Abbado et Lucerne, où la perfection sert une forme de symbolisation ultime de l'idéal contemporain, également fascinante mais à mon sens moins stimulante dans le questionnement de la partition elle-même.

Car s'agissant du plus important que constitue cette dernière dimension, je suis vraiment heureux que, au moins pour un temps, le film de ce concert soit disponible : cela m'éviter la gageure de décrire la phénoménale tension des transitions, l'inexplicable exhibition de la forme par l'éclatement et le refus de la hiérarchisation normale des éléments. Ainsi du passage le plus convenu (avec la dernière page) de la 9e de Mahler aujourd'hui, le stringendo menant à l'appel des trombones, que Gergiev refuse à sa théâtralité ordinaire, réfute comme conclusion d'un troisième développement qui serait une fin en soi - les pages suivantes, jusqu'au Wie von Anfang étant précisément supposées faire acte de transition vers le retour du Le-be-wohl. Gergiev n'en fait qu'un passage vers ce retour dont le sens ne se trouve et se comprend qu'à très long terme, dans l'ultime et si bref développement (m. 356-375) qui semble d'habitude trop vain pour être perçu comme tel, et auquel le duo de flûte et cor et sa suite semblent aussi intégrés. C'est je crois le moment le plus représentatif et important pour comprendre l'enjeu discursif ici démontré : la proposition d'une diachronie alternative à la structure normalisée de l'Andante comodo, montrer que toutes ses richesses formelles ne s'épuisent pas dans la tragédie en quatre actes (tension) liés par trois tableaux (détente/transition) sempiternellement rejouée : ne semble-t-on pas entendre une seule ligne dans les dix dernières minutes de l'Andante ?

Ici on semble tracer des courbes enchâssées, on enjambe, et on continue de même dans les mouvements suivants, comme pour mieux éviter, aux échelles inférieures, les pièges de la routine narrative. Le grand écart entre les deux soirées laisse surtout place au frisson que procurent ces grands écarts dans le temps musical (alors même que Gergiev joue presque tout plus vite que ses confrères, et c'est heureux). Et finalement, on fait des pas de géant, forcés que sont les oreilles de chercher d'autres repères, d'autres représentations.




Théo Bélaud
Contrat Creative Commons
le petit concertorialiste by Théo Bélaud est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 2.0 France.

Libellés

Brahms31 Orchestre Philharmonique de Radio-France29 Schumann29 Chopin25 Mozart25 Quatuor23 Rachmaninov23 Mahler21 Orchestre de Paris21 Schubert21 Orchestre National de France19 Opéra17 Orchestres britanniques16 Pianistes français16 Ravel16 Choeur/Maitrise de Radio-France15 Violoncelle15 Bach14 Prokofiev14 Salonen14 Sibelius14 Bartok13 Chostakovitch13 Orchestres allemands/autrichiens13 Berg12 Edition musicale / historiographie12 Franck (M.)12 La Roque12 Tchaikovsky12 Cité de la Musique11 Debussy11 Haydn11 Järvi (Paavo)11 Mendelssohn11 Philharmonie de Paris11 Stravinsky11 Maison de Radio-France10 Wagner10 Berezovsky9 Ensembles/solistes baroques9 Lugansky9 Pianistes hongrois9 Buniatishvili8 Châtelet8 Hannigan8 Louvre8 Barenboim7 London Symphony Orchestra7 Opéra National de Paris7 Orchestres russes7 Pianistes italiens7 Schoenberg7 Bruckner6 Gergiev6 Jurowski6 Le Touquet6 Présences6 Ranki6 Strauss6 clarinette6 Andsnes5 Berlioz5 Bouffes du Nord5 Ciccolini5 Davis (Colin)5 Janacek5 Leonskaja5 London5 London Philharmonic Orchestra5 Masur5 Pollini5 Sokolov5 de la Salle5 Bastille4 Boulez4 Britten4 Cortot (salle)4 Dusapin4 Ensemble Intercontemporain4 Ensemble Modern4 Gatti4 Ligeti4 Moussorgsky4 Orchestres américains4 Philharmonia Orchestra4 Repin4 Rudenko4 Staatskapelle Berlin4 Wittgenstein4 Academia Santa Cecilia3 Alto3 Bagatelle3 Berlin3 Bruxelles3 Chung3 De Falla3 Denoke3 Dvorak3 Festival d'Automne à Paris3 Freire3 Gaveau3 Grange de Meslay3 Grimaud3 Hautbois3 Inbal3 Kalagina3 Klukon3 Kurtag3 Mantovani3 Mariinsky3 Medtner3 Muti3 Nigl3 Ollu3 Orchestre Philharmonique de Saint Petersbourg3 Orchestre Philharmonique de Vienne3 Palais Garnier3 Pletnev3 Rameau3 Rosen3 Rossini3 Saraste3 Seine Musicale3 Szymanowski3 Tetzlaff3 Thielemann3 Virsaladze3 Webern3 Widmann3 Zemlinsky3 Znaider3 Abbado2 Adorno2 Aix-en-Provence2 Angelich2 Arbo2 Auteuil2 Boulez-Saal2 Braunstein2 Breitkopf2 Buniatishvili (G.)2 Chauviré2 Chicago Symphony2 Choeur de l'Orchestre de Paris2 Concertgebouw d'Amsterdam2 Conolly2 Covent Garden2 Cowell2 Dalhaus2 Dohnanyi2 Dukas2 Dutilleux2 Ensemble Orchestral de Paris2 Fauré2 Fedosseyev2 Flûte2 Furtwängler2 Gershwin2 Gewandhaus Leipzig2 Glück2 Goerne2 Grieg2 Grinberg2 Gubanova2 H.J. Mayer2 Hahn2 Haitink2 Hanslick2 Harding2 Hengelbrock2 Heras-Casado2 Herrmann2 Hillborg2 Hirsch2 Honeck2 Institut Hongrois2 Ives2 Jansons2 Jordan2 Kavakos2 Khachatryan2 Klinton2 Koopman2 Kovacevich2 Kreisler2 Lachenmann2 Langrée2 Lutoslawski2 Lyapunov2 Manzoni2 Masycheva2 Matsuev2 Mattei2 Messiaen2 Meyer (Paul)2 Mullova2 Mälkki2 Noseda2 Oelze2 Orchestre Symphonique Tchaikovsky2 Orchestre du Conservatoire de Paris2 Orchestre du Festival de Lucerne2 Orsay2 Petibon2 Pontoise2 Prohaska2 Quatuor Arod2 Quatuor Artemis2 Quatuor Borodin2 Quatuor Diotima2 Quatuor Pavel Haas2 Roth2 Roussev2 Rydl2 Saariaho2 Saint Roch2 Sallinen2 Scriabin2 Sinfonia Varsovia2 Soulez2 Temirkanov2 Théâtre de la Ville2 Weber2 West-Eastern Divan Orchestra2 Youn2 Yuja Wang2 Zehetmair2 Zinman2 1041 Ablinger-Sperrhake1 Abrahamyan1 Académie d'Etat de Moscou1 Adams1 Adès1 Afkham1 Agache1 Aikin1 Aimard1 Ambronay1 Amy1 Antheil1 Antonini1 Ars Nova1 Ashkenazy1 Athénée1 Attahir1 BBC Symphony Orchestra1 Baechle1 Ballet1 Balthasar-Neumann Ensemble und Chor1 Barath1 Barber1 Barbican1 Barenboim (Michaël)1 Bashkirova1 Bausch1 Bedford1 Begley1 Benjamin1 Benzi1 Berglund1 Berio1 Berlinskaïa1 Blacher1 Blomstedt1 Bonitatibus1 Borodin1 Borodina1 Bou1 Bourion1 Bozar1 Brauer1 Bringuier1 Briot1 Bronfman1 Brunnet-Grupposo1 Bryant1 Buchbinder1 Bulycheva1 Bärenreiter1 Cage1 Cambreling1 Capuçon (G.)1 Carsen1 Casadei1 Casella1 Caussé1 Cerha1 Chailly1 Chamayou1 Chamber Orchestra of Europe1 Chapuis1 Charpentier1 Cheng1 Choeur National d'Estonie1 Choi1 Choir of Eltham College1 Christie1 Ciampollini1 Ciuller1 Clavecin1 Claycomb1 Cleveland Orchestra1 Collegium 17041 Colli1 Colonne1 Concert des Nations1 Condoluci1 Conlon1 Conservatoire Royal1 Coppey1 Cor1 Couperin1 Courkal1 Crapez1 Crumb1 Csalog1 Cuende1 Dalayman1 Dalbavie1 Damiens1 Danse1 Danto1 Dasch1 Davislim1 De Visée1 De la Fuente1 Delangle1 Delestska1 Demarquette1 Desjardins1 Deutsch1 Devilleneuve1 Diener1 Dohnanyi (E.)1 Dolgov1 Dombrecht1 Dubois1 Dudamel1 Dudinova1 Dumaux1 Duruflé1 Dutoit1 Eisler1 El Khoury1 Elgr1 Elliot1 Elsner1 End of the World1 Engerer1 Ensemble Avanti1 Ensemble Correspondances1 Ensemble Kanazawa1 Ensemble Musikfabrik1 Ensemble Pierre Robert1 Ensemble Resonanz1 Evin1 Eötvös1 Faber1 Farina1 Fasolis1 Faust1 Fedele1 Fedorova1 Fekete1 Fin du monde1 Fink1 Fiolia1 Fischer (I.)1 Fischer (J.)1 Forcalquier1 Forsyth1 Franck1 Frang1 Fray1 Fritz1 Frühbeck de Burgos1 Fujimura1 Gardiner1 Gerstein1 Giardinio Armonico1 Gilels1 Ginzburg1 Glanert1 Glazounov1 Gluzman1 Gould (S.)1 Granados1 Granjon1 Grimal1 Grisey1 Groves1 Groza1 Gubisch1 Gulbenkian1 Gutman1 Güra1 Hackbarth1 Haenchen1 Haendel1 Hampson1 Hantaï1 Harada1 Harteros1 Helmchen1 Henschel (D.)1 Henschel (J.)1 Henze1 Herlitzius1 Hoffman (Gary)1 Hofmann1 Honegger1 Hope1 Horowitz1 I Barrochisti1 Il Fondamento1 Inoue1 Invernizzi1 Isokoski1 Isserlis1 Izquierdo1 Jablonski1 Jalbert1 Jando1 Janowski1 Jansen1 Jarrousky1 Joneleit1 Josefowicz1 Juntunen1 Järvi (Neeme)1 Kaasch1 Kahn1 Kameneva1 Karnéus1 Karthäuser1 Karttunen1 Kaufmann1 Keohane1 Kerl1 Ketelen1 Kiss-B1 Kivy1 Kochanovsky1 Kodaly1 Kolosova1 Komsi (A)1 Komsi (P)1 Koroliov1 Kozhukhin1 Kravets1 Kremer1 Kriiku1 Krylov1 Kuijken (S.)1 La Monnaie1 Laneri1 Lang1 Lang Lang1 Larsson1 Le Sage1 Le Texier1 Legendre1 Leleux1 Lemalu1 Les Arts Florissants1 Les Siècles1 Liadov1 Lichdl1 Lille1 Lindberg1 Lingotto1 Linnebach1 Lisiecki1 Lisitsa1 Loges1 London Philharmonic Choir1 Lortie1 Los Angeles Philharmonic Orchestra1 Lucchesini1 Luks1 Lupu1 Maazel1 Madetoja1 Madzar1 Mahler Chamber Orchestra1 Maltman1 Manfrino1 Mann1 Marais1 Margita1 Marks1 Mattila1 Maxwell Davies1 Mehta1 Metcjetina1 Meyer1 Michelangeli1 Milling1 Minaar1 Moiseiwitsch1 Moroz1 Moscou1 Mosolov1 Müller-Schott1 Münchner Staatsoper1 Nagano1 Nahon1 Naughton1 Nelsons1 Nemo1 Netopil1 Neuburger1 New York Philharmonic1 Nono1 Nott1 Odinius1 Ohlsson1 Opéra Comique1 Opéra d'Etat de Vienne1 Orchestra dil Maggio Musicale Fiorentino1 Orchestra of the Age of Enlightment1 Orchestre Baroque d'Amsterdam1 Orchestre National de Lille1 Orchestre Philharmonique Tchèque1 Orchestre Philharmonique d'Helsinki1 Orchestre Philharmonique de Berlin1 Orchestre Philharmonique de Munich1 Orchestre Philharmonique de Rotterdam1 Orchestre Philharmonique de Varsovie1 Orchestre Révolutionnaire et Romantique1 Orchestre du Festival de Budapest1 Orchestre-Atelier Ostinato1 Oskrostsvaridze1 Ovenden1 Pahud1 Panula1 Papavrami1 Pappano1 Paris de la Musique1 Peintre1 Perahia1 Perenyi1 Perle1 Persson1 Pertusi1 Petersen (M.)1 Petrenko1 Pfitzner1 Philadelphia1 Philharmonie de Berlin1 Philharmonie de Cluj1 Piau1 Pintscher1 Pires1 Pittsburgh Symphony1 Plessner1 Poltéra1 Pons1 Poppe1 Poulenc1 Pratt1 Pärt1 Quatuor Arditi1 Quatuor Asasello1 Quatuor Bennewitz1 Quatuor Casals1 Quatuor Danel1 Quatuor Doric1 Quatuor Ebène1 Quatuor Emerson1 Quatuor Escher1 Quatuor Girard1 Quatuor Hagen1 Quatuor Kocian1 Quatuor Modigliani1 Quatuor Oistrakh1 Quatuor Parkanyi1 Quatuor Prazak1 Quatuor Renoir1 Quatuor Zaïde1 Quatuor Zemlinsky1 Queyras1 Rancatore1 Rasilainen1 Reich1 Reinecke1 Renavand1 Rimsky-Korsakov1 Robertson1 Roesel1 Rome1 Rophé1 Rose1 Rotterdam1 Rouvali1 Royal1 Rozanova1 Rubackyte1 Rundfunk Sinfonie-Orchester Berlin1 Räisäinen-Midth1 Röschmann1 SWR Baden Baden1 Saint Clotilde1 Saint Denis1 Saint Saëns1 Saint-Roch1 Salabert1 Salzburg1 San Francisco Symphony1 Savall1 Saxophone1 Sceaux1 Scherbakov1 Schleiermacher1 Schnittke1 Schukkof1 Schuster1 Schwanewilms1 Schäffer1 Segerstam1 Selig1 Semishkur1 Sempé1 Sequenza 9.31 Serdyuk1 Sidhom1 Silvasti1 Simonpietri1 Sinchuk1 Sinfonieorchester des Bayerischer Rundfunk1 Sinopoli1 Siragusa1 Sokolov (Valery)1 Solti1 Son (Y.E.)1 Sorokine1 Southbank Centre1 Spano1 Staatskapelle Dresden1 Staud1 Stenbaek1 Stockhammer1 Stoklossa1 Storgards1 Straka1 Suh1 Swensen1 Swingle Singers1 Synergy Vocals1 Tamestit1 Tansman1 Tchetuev1 Tchinchinadze1 Teitgen1 Texas Festival Chamber Ensemble1 Thomas (I.)1 Thorette1 Théâtre de Poche Montparnasse1 Tiberghien1 Tilson Thomas1 Tippett1 Tischenko1 Trifonov1 Trio Guarneri1 Trombone1 Turin1 Uchida1 Ursuleasa1 Usitalo1 Uusitalo1 Vanskä1 Varjon1 Varèse1 Vasquez1 Vassalo1 Vassilakis1 Vedernikov1 Veneziano1 Ventris1 Verbey1 Verdi1 Vocal Consort Berlin1 Vogt1 Voisin1 Volle1 Volmer1 Volodos1 Vondung1 Wegner1 Weinberg1 Welser-Möst1 Wesseling1 Weynants1 White1 Wispelwey1 Wit1 Yamada1 Yastrybeva1 Ye-Eun1 Yundi Li1 Zagorinskaia1 Zelenka1 Zhidkova1 Zimmermann (F-P)1 Zukerman1 Zukerman Chamber Players1 Zylberstein1 d'Oria Nicolas1 de Maria1
Plus d'éléments